1337

# S T #

10405

Message du Conseil fédéral à l'Assemblée fédérale concernant l'ouverture de crédits d'engagement afférents à des bâtiments et autres immeubles à l'usage de l'Entreprise des postes, téléphones et télégraphes (Du 12 novembre 1969)

Monsieur le Président et Messieurs, Nous avons l'honneur de vous soumettre un message concernant l'ouverture de crédits d'engagement pour les ouvrages suivants : Bâtiments des PTT:

Bâtiments des postes : Bâtiments des téléphones :

Aarberg Allschwil Diepoldsau Lausanne-Saint-François (transformation et agrandissement) Fehraltorf Langenthal Baie Bienne-Madretsch Brütisellen Dietikon Fällanden Langenthal Lausanne-Lés Bergières Lyss Niederurnen (agrandissement) Saint-Gall Sierre Spreitenbach Wallisellen

1338 Achat d'immeubles à :

Aarau Neuchâtel Zurich-Aussersihl Zurich-Oerlikon (propriété par étages)

Les considérations liminaires qu'on trouve dans le message du 14 mai 1969 au sujet de prévisions antérieures relatives au trafic sont encore pertinentes, l'expansion économique et par conséquent l'augmentation du trafic aux PTT s'étant accentuées entretemps. En revanche, la rapide croissance économique a incité le Département fédéral des finances et des douanes à suggérer aux directeurs cantonaux des finances, avec notre assentiment, des mesures tendant à freiner la demande des collectivités publiques. L'Entreprise des PTT a elle aussi été invitée à tenir compte de ces recommandations dans la mesure du possible.

Pour juger si les demandes de crédits qui font l'objet du présent message sont conciliables avec les recommandations susmentionnées, il ne faut pas perdre de vue que l'Entreprise des PTT - en tant que service public - est tenue de remplir envers chacun de ses usagers les obligations prévues par la loi.

L'activité en matière de construction s'est certes accrue ces dernières années aux PTT, mais pas - en raison surtout des mesures prises à l'époque pour freiner la surexpansion économique - dans la même mesure que les besoins en locaux des services de la poste et des télécommunications.

Tout nouveau resserrement des investissements nécessaires à l'exécution du service ne ferait qu'accroître les arriérés et nuirait inévitablement aux prestations. Les critiques reprochant aujourd'hui déjà aux PTT de manquer d'installations adéquates iraient en s'amplifiant. D'où l'impossibilité de renoncer, sous peine de graves préjudices, à certains des projets de construction très urgents proposés par le présent message.

Le délégué aux questions conjoncturelles reconnaît que les constructions prévues ont pour objectif principal l'extension des prestations de la poste et du téléphone. Il approuve leur réalisation parce qu'il s'agit d'investissements qui influent favorablement sur la croissance économique et la productivité, et sont par conséquent prioritaires.

  1. Achat d'un immeuble à Aarau Le bâtiment de la poste principale a Aarau, sis à la place de Ja Gare, abrite, en plus de l'office postal d'Aarau 1, l'office de chèques postaux, un central téléphonique local ainsi que les équipements pour le trafic du groupe de réseaux et le trafic interurbain. Depuis un certain temps déjà, les locaux dont disposent la poste et le téléphone ne répondent plus aux exigences du trafic des PTT, qui augmente d'année en année.

1339 Office postal cTAarau 1

Vente de timbres-poste, en millions de francs ...

Objets de correspondance déposés, en millions Colis déposés ...

...

Versements ...

Objets de correspondance distribués, en millions Colis distribués Paiements Habitants 11

1950

1,2

I960

1,7

Ì96&

3,2

Indice 1968 1950 = 100

259

7,9 258 300 381 300

10,2 249600 609800

12,6 158 376 300 « 146 671 500 176

9,4 430 000 85300 14300

13,9 592 100 122 500 17000

14,7 156 834 500 D 194 139200 163 17 700 124

La définition des colis ayant été modifiée en 1963, il est difficile de comparer ces chiffres à ceux des années précédentes.

Groupe de réseaux d'Aarau

1950

I960

1968

Indice 1968 1950 = 100

Raccordements principaux Postes téléphoniques ....

Conversations locales en millions Conversations interurbaines de sortie, en millions (nationales et internationales) . .

Recettes des conversations, en millions de francs

11 503 18 354 4,7

23 177 35290 9,9

39 861 59981 14,8

347 327 316

7,7

14,5

27,9

360

33

6,5

11,6

356

A la poste, ce sont surtout les locaux des guichets et des cases postales ainsi que les locaux d'exploitation pour l'expédition et la distribution des lettres et l'office de chèques qui sont devenus trop exigus. Au téléphone, force sera d'utiliser les dernières réserves de place pour installer au maximum 17 000 raccordements, en plus des équipements nécessaires au trafic du groupe de réseaux et au trafic interurbain. Etant donné qu'actuellement 13 800 numéros du central local sont déjà occupés, sa capacité sera épuisée dans un délai assez bref.

Depuis près de dix ans, l'Entreprise des PTT s'efforce de créer de nouveaux locaux d'exploitation pour la poste et le téléphone à Aarau. Au début, on avait envisagé d'agrandir le bâtiment de la poste principale en y incorporant un immeuble voisin. Mais les autorités de là ville refusèrent ce projet qui eût requis une trop grande surface du terrain disponible.

Des études de planification détaillées ont démontré que seule une décentralisation des différents services permettrait d'améliorer à long terme les conditions de place. C'est pourquoi les PTT décidèrent de construire sur

1340

le terrain acheté en 1956 à Aarau-Telli un nouveau bâtiment qui abriterait, en plus de la distribution des colis, les installations du groupe de réseaux ainsi que les installations interurbaines et amplificatrices du téléphone. Des difficultés surgirent lorsque la police des constructions s'occupa du projet.

Une fabrique de produits chimiques, installée dans cette région, fit opposition à la construction du nouveau bâtiment car elle craignait que cela ne compromît Ja fourniture d'eau souterraine utilisée à des fins de refroidissement. II fallut aussi renoncer à ce projet, cette opposition faisant courir des risques financiers à l'Entreprise des PTT.

Une occasion favorable de construire le bâtiment d'exploitation projeté à un autre endroit se présente en ce moment. La société anonyme «Lagerhäuser der Zentralschweiz» est disposée à vendre aux PTT un bien-fonds qui, situé à 300 mètres du bâtiment de la poste principale entre la rue de la gare et la voie de chemin de fer, convient parfaitement aux besoins du téléphone du fait de la proximité du centre de gravité du réseau des câbles. L'achat de ce terrain permettrait de grouper dans le même bâtiment toutes les installations téléphoniques, y compris le central local. Cette centralisation aurait l'avantage d'éviter de coûteuses transformations et extensions de l'installation de câbles. De plus, la grandeur de la parcelle permet un agrandissement ultérieur des installations.

A la suite du transfert de l'exploitation téléphonique, les services postaux disposeront d'une place suffisante pour plusieurs années dans le bâtiment de la poste principale. Seule la distribution des colis devrait, pour tenir compte du centre de colis projeté à Däniken, être déplacée à Aarau-Telli où une simple halle, sans sous-sol, suffirait.

A long terme, la conception de l'exploitation envisagée serait la solution de loin la meilleure aussi bien pour la poste que pour le téléphone, même si l'agrandissement absolument nécessaire des installations téléphoniques était une nouvelle fois retardé.

Le prix d'achat de la parcelle de 6240 ma s'élève à 6,3 millions de francs (quelque 1000 fr. le mètre carré); il correspond à l'estimation de la valeur vénale à laquelle il a été procédé et, comparativement à d'autres objets, peut être considéré comme raisonnable.

Frais accessoires inclus, le crédit d'engagement nécessaire est de 6 350 000 francs.

2. Bâtiment des postes, téléphones et télégraphes à Âarberg .L'office postal d'Aarberg est logé dans un bâtiment, construit aux environs de 1900, que l'Entreprise des PTT a acheté en 1956 en raison de sa situation favorable à proximité de la gare. L'agrandissement nécessaire des locaux d'exploitation ne mesurant que 103 m3, qui eût exigé une transformation du

1341 bâtiment, n'a pas été réalisé pour des motifs d'ordre financier et d'exploitation. Le tableau ci-dessous fait ressortir que, depuis lors, le nombre des habitants et, partant, le trafic postal n'ont cessé d'augmenter.

Office postal d'Aarberg

1950

Vente de timbres-poste en fnincs 100400 447 300 Objets de correspondance déposés .

Colis déposés 27800 Versements 56 100 Objets de correspondance distribués .... 805 600 48000 Colis distribués . .

Paiements 7600 Habitants 1

2 126

I960

1968

Indice 1968 19SO = 100

97500 475 700 28900 88900 984 900 57 100 12100

J 78 700 178 517200 116 374001) 135 122400 218 1 208 100 150 68 200» 142 16600 220

2355

3 053 143

> La définition des colis ayant été modifiée en 1963, il est difficile de comparer ces chiffres à ceux des années précédentes.

Actuellement, le hall des guichets ainsi que le local des facteurs et des colis sont beaucoup trop petits; il a donc fallu installer le service de distribution dans une baraque en bois provisoire. De plus, vu le manque de place devant la poste, les cars postaux utilisent une partie de la rue de la Gare et entravent ainsi la circulation.

En 1938, le central téléphonique qui, en plus d'Aarberg, dessert les communes voisines de Bargen, Kallnach, Kappelen, Niederried, Seedorf et partiellement Radelfingen, a été établi dans une construction particulière près de la gare. Le nombre des raccordements principaux et celui des conversations ont triplé depuis 1950.

Central terminus d'Aarberg

1950

I960

Raccordements principaux 625 1 171 Postes téléphoniques ....

1 687 898 235 600 422900 Conversations locales Conversations interurbaines 408 000 801 800 Recettes des conversations, en francs . . . 164 600 325600

1968

1 904 2730 624800 1 264 400 514600

Indice 1968 1950 ^ 100

305 304 265 310 313

Les 2400 raccordements disponibles seront probablement tous occupés dans quatre ans. Il ne saurait être question de procéder à un nouvel agrandissement du central ou de remplacer les anciens équipements dans le bâtiment actuel.

1342 En 1966, l'Entreprise des PTT a pu ajouter une parcelle de 1167 m2 à l'immeuble du bâtiment de la poste, déjà acheté en 1956, d'une superficie de 2471 m3. Le projet prévoit un bâtiment postal le long de la rue de la Gare et un bâtiment des téléphones séparé. La répartition des locaux serait la suivante: Bâtiment postal

Bâtiment des téléphones

Sous-sol :

vestiaire cave pour câbles archives local du répartiteur abri de la protec- interurbain tion civile locaux des batteries cave local du réservoir garage cave

Rez-de-chaussée :

local des cases postales hall des guichets bureau de poste local des facteurs et des colis

Etage :

deux appartements local du central autodé 4l/2 chambres matique ou bureaux atelier/local de séjour vestiaire

répartiteur local d'essai et de mesure local des équipements à courants porteurs vestiaire

Les locaux de l'exploitation postale, très largement conçus, tiennent compte, à long terme, du développement de la petite cité d'Aarberg. Le bâtiment des téléphones aura une capacité de 8000 raccordements, étant entendu qu'un agrandissement sera encore possible par la suite. Le bâtiment des téléphones actuel, situé près de la gare, sera probablement repris par les CFF, Pour réaliser ce projet, il est nécessaire de disposer d'un crédit d'engagement de 2 200 000 francs.

3. Bâtiment des postes, téléphones et télégraphes à Allschwil Depuis 1950, la population de la commune d'Allschwil, qui est comprise dans la banlieue de Baie, a plus que doublé. Cette progression se maintiendra probablement, car on trouve là de grandes réserves de terrain à bâtir. La commune, qui compte actuellement 17 000 habitants, dispose de deux offices postaux chargés de la réception et de la distribution des envois. Les locaux pris en location qu'occupent ces offices sont à peine suffisants, le trafic postal ayant à peu près triplé au cours des vingt dernières années.

1343 Offices postaux d'AUscliwil et de Neuallschwil

1950

__

1960 ____^_

Vente de timbres-poste, en francs Objets de correspondance déposés Colis déposés

..

Versements

Indice 1968 1950 = 100

187 000 350 500 770 700 412 411 100 901 400 1 375 800 334 78000 133800 165 900» 212 171 000

Objets de correspondance distribués Colis distribués Paiements Habitants .,,.

1968

393 100

572 500 334

2 047 500 3 482 100 5 287 500 258 59600 116400 313 400» 525 21900 49300 91200 416 7800 11600 16300 209

» La définition des colis ayant été modifiée en 1963, il est difficile de comparer ces chiffres à ceux des années précédentes.

La situation périphérique de ces offices postaux - le premier se trouve à l'ancien centre du village, le second, à la Lindenplatz de Neuallschwil ne convient pas à la population. Il y a longtemps qu'elle réclame, par le truchement des autorités communales, un office postal situé au centre. Cette revendication est justifiée, attendu que l'urbanisation de nouvelles zones a porté le centre de la commune à proximité de la Ziegelei. Or les usagers de la poste qui, à l'instar de l'administration municipale, ont élu domicile dans le nouveau quartier central doivent parcourir une distance trop grande pour se rendre à la poste. Le nouvel office postal projeté assurera la distribution des envois dans toute la commune; les deux offices actuels deviendront de simples offices de dépôt.

Il conviendra de construire un bâtiment des PTT parce que le téléphone a besoin à Allschwil de locaux d'exploitation. Actuellement, les abonnés de toute la commune sont raccordés au central de quartier de Bâle-Morgartenring, qui compte 20 000 organes de raccordement, dont 17 800 étaient occupés à la fin de 1968. Du moment que le central précité doit raccorder annuellement plus de 600 nouveaux abonnés, il est indispensable de le décharger en construisant un central de quartier à Allschwil.

L'Entreprise des PTT a acheté à la commune d'Allschwil, en 1967, une parcelle de 2759 m2 sise à la Baslerstrasse, près de l'arrêt du tram «Ziegelei». C'est là un emplacement très favorable pour les usagers et pour l'exploitation postale, compte tenu également du centre de gravité du réseau téléphonique. Le nouveau bâtiment comprendra les locaux suivants : 2e sous-sol : 1er sous-sol:

abris de la protection civile de la commune abris de protection civile vestiaire salle de séjour atelier cave des câbles connecteur de lignes installation d'énergie et batteries halle de parcage

1344 Rez-de-chaussée:

1er étage :

2e étage :

Attique

office postal hall des guichets local des facteurs cour postale local des colis garage répartiteur principal local du central automatique local d'exploitation atelier vestiaire local du central automatique { à mettre local de réserve J en location vestiaire et toilettes appartement de 4y2 chambres

Le nouveau bâtiment des PTT aura des réserves de place qui suffiront pour longtemps aux besoins de la poste et du téléphone. Les locaux du central offriront la possibilité d'y raccorder 20000 abonnés. Pour commencer, le nombre des raccordements sera de 8000. La mise en service des nouvelles installations permettra de libérer environ 3000 organes de raccordement au central de quartier de Bâle-Morgartenring, La réalisation du projet exige un crédit d'engagement de 3 523 000 francs.

4. Bâtiment des téléphones au Petit-Baie Le réseau téléphonique local de Baie comptait à la fin de 1968 environ 150 000 raccordements principaux avec à peu près 200 000 postes téléphoniques reliés à 9 centraux de quartier et 3 sous-centraux. Ces installations assurent un trafic téléphonique qui augmente fortement depuis plusieurs années. Par suite de l'accroissement de la population et du développement de l'industrie dans la circonscription du réseau local, le nombre des abonnés au téléphone est deux fois et demie plus grand qu'en 1950.

Réseau local de Baie

Raccordements principaux Postes téléphoniques Conversations locales en millions .

Conversations interurbaines de sortie, en Recettes des conversations, en millions de francs Habitants

1950

I960

1968

Indice 1968 1950 = 100

42 931 75 107 44 3

82732 138 127 674

114950 198 882 81 3

267 264 183

12,3

39,8

75,6

613

12,5 236 000

24",6 292400

40,6 321 200

325 136

1345 La rive droite du Rhin est actuellement desservie uniquement par le central de quartier du Petit-Baie, avec 20000 unités de raccordement dont 18000 étaient déjà occupées à la fin de 1968. 800 nouveaux abonnés en chiffre rond devant être raccordés annuellement dans sa circonscription, il est urgent de décharger l'installation. La construction d'un central au Petit-Huningue, projetée primitivement, a dû être ajournée en raison des prix surfaits demandés pour le terrain. La commutation de certains abonnés sur le central de Bäumlihof serait un allégement insuffisant, étant donné que l'installation de câbles existante autoriserait un transfert de 500 raccordements seulement et qu'un tirage de câbles supplémentaire entraînerait des frais très élevés.

C'est pourquoi les PTT ont décidé d'agrandir et de transformer le bâtiment du central du Petit-Baie, afin d'augmenter la capacité de raccordement du réseau de la ville sur la rive droite du Rhin. Grâce à l'acquisition d'une parcelle supplémentaire de 385 m 2 en 1967, il est possible de bâtir une construction attenante à l'immeuble existant et comprenant 2 sous-sols, 5 étages et un attique.

La répartition prévue des locaux est la suivante : 2B sous-sol : batteries et installation d'énergie local diesel abri de protection civile 1cr sous-sol : garage Rez-de-chaussée : local du central automatique.

local d'exploitation 1er, 2e et 3e étage : locaux du central automatique 4e étage : bureau d'exploitation local de repos local de réunion vestiaire Attique: un appartement de 3 Vi chambres et un de 4VzDans l'ancien bâtiment adapté aux nouvelles exigences seront aménagés les locaux suivants : Sous-sol: Rez-de-chaussée : 1er et 2e étage:

cave des câbles répartiteur principal local pour divers équipements locaux du central automatique

Dans la nouvelle construction, il y aura place pour 20000 nouveaux raccordements d'abonnés ainsi que pour un central de 10 000 unités de raccordement qui, dans 20 ans environ, remplacera le central de l'ancien bâtiment ayant fait son temps. Jusque-là, le 3e étage pourra être loué.

1346 Après l'incendie de Hottingen, on pouvait se demander s'il était judicieux de concentrer 40 000 raccordements dans un groupe de bâtiments. Des études poussées ont cependant montré que la sécurité peut être notablement augmentée par des mesures appropriées prises au stade de la construction. Il est projeté en particulier de décentraliser, dans les deux parties de la construction, non seulement les centraux mais aussi les répartiteurs principaux qui leur sont rattachés.

Un crédit d'engagement de 3 586 000 francs est demandé pour ce projet de construction.

5. Bâtiment des téléphones à Bienne-Madretsch Les abonnés au téléphone du réseau local de Bienne sont actuellement desservis par le central principal de la gare, le central de quartier de Gurzelen ainsi que les sous-centraux de Brügg, Frinvillier, Orpond et Sutz. Tandis que le nombre des habitants s'est accru de quelque 50 pour cent depuis 1950 dans la circonscription de ce réseau, celui des raccordements principaux ainsi que les recettes des conversations ont plus que triplé, la plus forte augmentation ayant toutefois été enregistrée durant ces dernières années.

Réseau local de Bienne

1950

I960

196S

Indice 1968 1950 = 100

Raccordements principaux Postes téléphoniques Conversations locales, en millions Conversations interurbaines de sortie, en millions . . . . . . . . . . .

Recettes des conversations, en millions de francs

8481 13 186 66

17983 26951 126

28 498 42374 196

336 321 298

75

165

25 5

339

2,6 61 500

9,2 94400

353

77700

Habitants

5,4

-

153

L'activité dans le domaine de la construction de logements se déplaçant de plus en plus vers les quartiers extérieurs, les PTT avaient décidé d'établir en 1962 un central de quartier à Madretsch pour décharger le central principal.

Mais le projet avait dû être différé du fait que le terrain prévu au chemin des Lilas était inclus dans la zone réservée à la construction de la route nationale n° 5, En 1968, l'Entreprise des PTT a échangé avec la ville de Bienne ce bienfonds grevé d'une interdiction de construire contre une parcelle de 842 m2 à la route de Brügg, qui est bien située tant en ce qui concerne le centre de gravité du réseau que le raccordement des câbles.

La construction du central de quartier est devenue très urgente, car le central principal, qui enregistre une augmentation annuelle de quelque 700 nouveaux abonnés, sera probablement entièrement occupé en 1972 déjà. Sur les 21 100 organes de raccordement disponibles, 18 600 étaient déjà utilisés à la fin de 1968.

1347 II est envisagé de construire un bâtiment de trois étages sur rez-de-chaussée - le 3e étant un étage en attique - avec caves ; les locaux seraient répartis ainsi qu'il suit : Sous-sol : cave pour câbles batteries et installation d'énergie magasin abri de protection civile Rez-de-chaussée : répartiteur principal local d'essai et d'amplificateurs garage 1er étage: local du central automatique atelier vestiaire 2e étage local du central automatique archives Attique : appartement de 4 1/2 chambres Le nouveau central de quartier aura une capacité finale de 20 000 organes de raccordement. La première installation comprendra 10 000 raccordements qui serviront principalement à décharger le central principal, de sorte que ce dernier sera derechef en mesure de recevoir les nouveaux abonnés de la zone urbaine proprement dite. Les locaux du 2e étage pourront provisoirement être loués.

L'exécution du projet nécessite un crédit d'engagement de 1 625 000 francs.

6. Bâtiment des téléphones à Brüttisellen Comme dans d'autres localités de la banlieue zurichoise, la population de Brüttisellen, Dietlikon et WalliseJlen et, partant, le nombre des raccordements téléphoniques ont augmenté dans une mesure extraordinaire au cours de ces vingt dernières armées. Un seul central téléphonique, installé à l'étage du bâtiment des PTT à Wallisellen, dessert le territoire de ces trois localités qui comptent actuellement quelque 17 000 habitants.

Central nodal de Walliscllcn

Raccordements principaux Postes téléphoniques Conversations locales Conversations interurbaines de sortie . . .

Recettes des conversations, en francs Habitants 1}

à partir de 1966, pas de compteurs

1950

i960

1968

Indice 1968 1950 = 100

2794 1 043 4 804 460 4095 1 584 7427 468 199 800 778 600 --u _ 857000 2408800 826800 1885400 664 283600 13 100 17000 265 6400

1348 Les 5000 organes de raccordement disponibles sont tous occupés et plus de 200 noms figurent déjà sur la liste des personnes qui attendent un raccordement. Pour qu'il soit possible de donner suite aux demandes les plus urgentes, un central mobile abritant 1000 raccordements sera mis en service au printemps 1970.

Pour augmenter la capacité du service téléphonique, il est envisagé de fractionner la zone ressortissant jusqu'ici au central de Wallisellen et de construire un bâtiment des téléphones à Bruttisellen. La nouvelle installation desservira les abonnés de Bruttisellen et de Dietlikon, où la demande de raccordements téléphoniques est la plus grande du fait de l'activité intense qui règne dans la construction. Cette mesure ne permettant, toutefois, de décharger le central de Wallisellen que de 1700 raccordements, il est indispensable de construire en cet endroit un nouveau bâtiment des téléphones (voir chiffre 21) pour améliorer à longue échéance les conditions .de raccordement.

En 1965, les PTT ont acquis, entre la Winterthurerstrasse et la Quartierstrasse à Bruttisellen, un bien-fonds adéquat sur lequel doit être construit un bâtiment des téléphones du type 5. Les locaux seraient répartis ainsi qu'il suit: Sous-sol :

cave pour câbles répartiteur interurbain local pour équipements divers batteries et installation d'énergie abri de protection civile

Rez-de-chaussée :

répartiteur principal local des amplificateurs local pour équipements divers local d'essai et de mesure vestiaire

1er étage:

local du central automatique atelier vestiaire .

2e étage :

local du central automatique magasin salle de repos vestiaire/toilettes

Le nouveau bâtiment pourra abriter 20 000 raccordements, mais la première installation sera de 4000 numéros. Le local de réserve au 2e étage pourra provisoirement être loué.

L'exécution de ce projet nécessite un crédit d'engagement de 1 370000 francs.

1349

7. Bâtiment des postes, téléphones et télégraphes à Diepoldsau A Diepoldsau, la poste et le téléphone occupent des locaux pris à bail dans un immeuble construit en 1910 au centre du village. Voici quel est leur trafic : Bureau de poste de Diepoldsau

Vente de timbres-poste en francs Objets de correspondance déposés Colis déposés Objets de correspondance distribués Colis distribués Paiements

1950

60 100 144 600 30700 43 300 322 500 32 900 19300

I960

1968

Indice 1968 1950 = 100

135 100 186 300 38000 7-1 700 405 000 38400 23300

218 800 246200 34 1001' 99 000 849 400 47 700« 21 300

364 170 111 228 263 145 110

!> La définition des colis ayant été modifiée en 1963, il est difficile de comparer ces chiffres à ceux des années précédentes.

Central terminus de Diepoldsau

Raccordements principaux Postes téléphoniques Conversations locales Conversations interurbaines de sortie . . .

Recettes des conversations, en francs . . .

Habitants . . . . .

1950

I960

165 207 42800 106 800 53200 2900

285 379 79900 228 800 84400 3000

1968

483 645 137200 381 800 136000 3200

Indice 1968 1950 = 100

292 311 320 357 255 109

Au cours des vingt dernières années, le trafic postal global a augmenté dans une mesuré plus forte que la population. On le doit au développement de l'industrie et de l'artisanat et aussi au fait que la localité étant à proximité de la frontière, nombre de maisons de commerce du Vorarlberg y déposent des envois postaux. Il y a longtemps que les locaux postaux, dont la surface utile ne dépasse pas 73 m2, ne répondent plus aux besoins. Le fait qu'on n'y peut accéder que par un escalier de six marches entrave le déroulement rationnel du travail. Le manque de place contraint les facteurs à trier les colis dehors toute l'année, Le central téléphonique ne peut pas être agrandi dans les locaux actuels; or les 600 organes de raccordement disponibles seront vraisemblablement tous occupés en 1971. Par conséquent, tant la poste que le téléphone ont besoin de nouveaux locaux d'exploitation.

Etant donné que les fondations et les différences de niveau ne permettent pas de transformer et d'agrandir le bâtiment actuel, l'Entreprise des PTT a acheté en 1961 et en 1966 deux parcelles contiguës à la Gemeindeplatz, dans l'intention d'y construire un bâtiment des PTT comprenant un sous-sol, un rez-de-chaussée et un étage. Les locaux seraient répartis comme il suit: Feuille fédérale. 121* année. Vol. H.

89

1350

Sous-sol:

Rez-de-chaussée :

1er étage :

·

cave pour câbles batteries et installation d'énergie vestiaire abri de protection civile hall des guichets bureau de poste local des colis ; remise magasin TT garage kiosque local du central automatique répartiteur principal local d'essai et de mesure appartement de 5 Vi chambres

Largement conçus, les nouveaux locaux d'exploitation suffiront pour longtemps aux besoins de la poste et du téléphone. Les locaux du central, au 1er étage, abriteront 3000 organes de raccordement.

Ce projet de construction exige un crédit d'engagement de 1 211 000 francs.

8. Bâtiment des téléphones à Dietikon Etant donné le développement incessant de la ville de Zurich et l'industrialisation très poussée de la région, la population de la vallée de la Limmat a considérablement augmenté ces vingt dernières années. L'essor économique s'est encore renforcé à la suite de la construction de la nouvelle gare aux marchandises entre Killwangen et Dietikon, où se sont installées de nombreuses maisons de commerce et d'expédition. Cette évolution a eu pour conséquence que le nombre des raccordements principaux et les recettes des conversations ont augmenté de plus de 600 pour cent dans la zone que dessert le central téléphonique de Dietikon.

Sous-central de Dictikon

Raccordements principaux . , Postes téléphoniques

Conversations locales Conversations interurbaines de sortie , . .

Recettes des conversations, en francs . . .

Habitants T)

1950

i960

1968

Indice 1968 1950 = 100

941 3 361 6681 709 1 321 4282 9020 682 i) 320 700 965 300 i) 773 100 2716300 270 000 898 700 2 026 800 750 8300 17000 25000 300

à partir de 1966, pas de compteurs

Le central qui est logé dans l'ancien bâtiment de la poste à la place de la Gare a été agrandi à différentes reprises et a une capacité de 7000 organes de raccordement. Comme l'installation est entièrement occupée et que plus

1351

de 500 personnes attendent déjà un raccordement téléphonique, il est indispensable d'adopter une mesure intérimaire et d'installer 3000 raccordements dans un central mobile. L'augmentation annuelle étant de près de 500 abonnés, cette réserve sera aussi épuisée dans quelques années, de sorte qu'un nouveau bâtiment des téléphones devra être prêt à ce moment-là.

En 1968, l'Entreprise des PTT a acquis à la Schöneggstrasse un terrain d'une superficie de 1301 m2, bien situé en ce qui concerne le centre de gravité du réseau. Il est envisagé d'y construire un bâtiment de trois étages sur rezde-chaussée, avec caves, le 3e étage étant en attique; les locaux de ce bâtiment seraient répartis ainsi qu'il suit : Sous-sol :

Rez-de-chaussée :

1er étage: 2e étage :

Attique

cave pour câbles local du répartiteur interurbain batteries et installation d'énergie magasin groupe de secours abri de protection civile local du central automatique répartiteur principal local d'exploitation garage local du central automatique atelier vestiaire local du central automatique (réserve) salle de repos magasin vestiaire appartement de 4l/2 chambres

Le nouveau bâtiment offrira suffisamment de place pour abriter au moins 25 000 organes de raccordement. La première installation qui comprendra 5000 numéros permettra de supprimer l'installation provisoire. L'ancien central à la place de la Gare devra probablement être démoli dans quelques années, étant donné qu'il se trouve dans la zone incluse dans le projet du futur métropolitain. Jusqu'à ce moment-là, les locaux du 2e étage du nouveau bâtiment pourront être loués.

Un crédit d'engagement de 1 981 000 francs est nécessaire à l'exécution de ce projet.

9. Bâtiment des téléphones à Fällanden Depuis 1950, le nombre d'habitants de la zone desservie par le central téléphonique de Schwerzenbach, à laquelle appartient aussi la commune de Fällanden, a quintuplé. Cette région fait partie de l'agglomération de Zurich.

1352

.

,

Durant la même période, le nombre des abonnés au téléphone a augmenté beaucoup plus fortement, soit de plus de 800 pour cent; les recettes de conversations sont même 15 fois plus élevées qu'en 1950. Vu l'activité intense régnant dans-le secteur de la construction, on peut s'attendre à l'avenir à une demande de raccordements téléphoniques extraordinairement forte.

Central terminus de Schwerzcnbach

Raccordements principaux Postes téléphoniques .

.

. .

Conversations locales Conversations interurbaines de sortie . . .

Recettes des conversations, en francs . . .

Habitants

1950

163 194 32600 144 200 38 400 1 300

I960

360 473 68 300 394200 126 000 1 700

1968

1 518 2 167 i) D 574 200 6 100

Indice 1968 1950 = 100

931 1 117

1494 486

1

> à partir de 1966, pas de compteurs

La capacité du central de Schwerzenbach, qui est logé depuis 1959 dans un bâtiment des PTT, est actuellement portée à 2000 numéros. Compte tenu d'un accroissement annuel d'environ 200 abonnés, sa capacité sera vraisemblablement épuisée à la fin de 1970 déjà. Une nouvelle extension de l'installation étant impossible, la construction d'un nouveau bâtiment d'exploitation s'impose dans les plus brefs délais. Afin de poursuivre l'attribution de raccordements aux intéressés jusqu'à la mise en service du nouveau central, l'emploi de deux centraux mobiles de 1000 raccordements chacun a été envisagé.

Etant donné que le centre de gravité du réseau s'est déplacé de Schwerzenbach à Fällanden, il est projeté de construire le nouveau bâtiment des téléphones dans cette dernière localité et: de supprimer plus tard le central de Schwerzenbach. C'est pourquoi les PTT ont acquis en 1968 une parcelle de 1390 m3 à Fällanden, Industriestrasse, sur laquelle doivent être construits un bâtiment des téléphones du type 5 et un garage. La répartition des locaux est la suivante : Sous-sol: cave pour câbles répartiteur interurbain batteries et installation d'énergie abri de protection civile Rez-de-chaussée: répartiteur principal amplificateurs local pour équipements divers local d?essai et de mesure vestiaire garage 1er étage : local du central automatique atelier vestiaire

1353 2e étage :

local du central automatique magasin local de repos vestiaire.

appartement de 4 1/2 chambres

Attique :

L'extension finale permettra au central de contenir 20 000 unités de raccordement. L'installation initiale comprendra 6000 numéros; le 2e étage pourra être loué provisoirement.

Le bâtiment de Schwerzenbach sera loué ou vendu. Les équipements techniques seront employés dans d'autres centraux.

Un crédit d'engagement de 1 560 000 francs est nécessaire pour le projet de construction.

10. Bâtiment des postes à Fehraltorf La commune de Fehraltorf, sise dans l'Oberland zurichois, s'est développée tranquillement jusqu'il y a une dizaine d'années. Ce n'est qu'à partir de 1960 que sa population a augmenté plus rapidement. Or ce n'est vraisemblablement qu'un début, car la situation favorable de Fehraltorf sous le rapport des communications et les réserves considérables de terrain à bâtir qui s'y trouvent ne manqueront pas de provoquer l'établissement ou l'extension d'entreprises industrielles et artisanales, de même que la construction d'immeubles résidentiels, II est envisagé d'y construire 1200 logements au cours des prochaines années. Le trafic postal reflète le développement de la commune: Bureau de poste de Fehraltorf

Vente de timbres-poste, eri francs Objets de correspondance déposés Colis déposés Versements Objets de correspondance distribuós Colis distribués Paiements Habitants '...

11

1950

I960

31 400 33400 99 100 104 000 16 900 13000 38 600 23500 307 300 393 600 19500 16800 6400 4100 1 200 1400

1968

Indice 1968 1950 = 100

89200 284 152000 153 15800" 93 60900 259 608 700 198 29 600 « 176 9000 221 2100 181

La définition des colis ayant été modifiée en 1963, il est difficile de comparer ces chiffres à ceux des années précédentes.

De 1911 à 1967, le bureau de poste de Fehraltorf se trouvait dans un bâtiment appartenant au buraliste. Du moment qu'il n'avait qu'une surface de 59 m2, il ne permit pas de faire face à la forte augmentation du trafic, manifeste depuis 1960. Un agrandissement judicieux étant impossible, le bureau de poste fut transféré en 1967 dans une baraque provisoire.

En 1965 déjà, l'Entreprise des PTT a acheté une parcelle de 2267 m a proche du centre du village proprement dit, dans l'intention d'y construire un

1354 bâtiment des postes comprenant un sous-sol, un rez-de-chaussée et un étage.

La répartition des locaux serait la suivante : Sous-sol: abri de protection civile cave vestiaire Rez-de-chaussée: bureau de poste hall des guichets et 4 guichets garage avec local de chargement garage (pouvant être loué) 1er étage: un appartement de 3 chambres et un autre de 4 chambres On a ménagé dans le nouveau bâtiment une réserve de place adaptée à l'augmentation du trafic supputée, Le projet exige un crédit d'engagement de 915 000 francs.

11 et 12. Bâtiment des postes et bâtiment des téléphones à Langenthal Ville où de petites entreprises voisinent avec d'importantes firmes industrielles, Langenthal est en expansion depuis des décennies. Du moment que les autorités communales continuent de favoriser l'implantation de nouvelles entreprises, il y a lieu de s'attendre à un nouvel essor du commerce, de l'artisanat et de l'industrie. Le trafic des PTT reflète le développement économique et l'augmentation de la population.

Office postal de Langenthal

1950

I960

1968

Vente de timbres-poste, en francs Objets de correspondance déposés, en millions ,,..., Colis déposés Versements Objets de correspondance distribués, en millions Colis distribués Paiements

607 000

946 900

1 769 200 291

2,9 272 900 231 600

33 419 500 406 400

4S 155 479 600» 176 496 500 214

3,2 207 900 36400 8933

4,9 301 600 59500 10974

73 228 448 300« 216 67700 186 12 692 142

Habitants

Indice 1968 1950 = 100

W La définition des colis ayant été modifiée en 1963, il est difficile de comparer ces chiffres à ceux des années précédentes Office de chèques de Langenthal

1950

I960

1968

Nombre de titulaires de comptes Mouvement global, en millions de francs .

Nombre d'ordres, en millions

2042 743,9 1,5

2745 1320,0 2,2

3213 2193,6 2,6

Indice 196S 1950 = 100 157

295 173

1355 Réseau local de Langcnthal

1950

Raccordements principaux Postes téléphoniques Conversations locales Conversations interurbaines Recettes des conversations, en francs ...

Habitants

I960

1968

Indice 1968 1950 = 100

1 750 3 439 5 680 324 3 071 5 623 9 100 296 901 900 1 601 600 2 436 500 270 3 158 200 5 961 400 11 444 400 362 581 100 1 115 800 1 866 900 321 17 100

18 800

22100 129

Le bâtiment des PTT, construit en 1935/1936 au centre de la localité, abrite l'office postal de dépôt au rez-de-chaussée, le central local et le central principal de groupes de réseaux au 1er et au 2e étage.

Depuis nombre d'années, la surface disponible n'est plus en rapport avec le trafic. Le téléphone ayant eu besoin de place pour développer les équipements du central, il a fallu transférer l'office des chèques, l'expédition des lettres, l'expédition des colis et le service de distribution dans des constructions provisoires.

L'agrandissement de l'actuel bâtiment, qui avait été envisagé primitivement, n'aurait pas, à long terme, couvert les besoins en locaux de la poste et du téléphone. Aussi les PTT ont-ils décidé de construire pour la poste un nouveau bâtiment près de la gare; quant aux services des télécommunications, ils occuperont une partie des locaux postaux ainsi libérés et un bâtiment à construire sur une parcelle contigue.

Cette solution offre l'avantage de pouvoir maintenir à leur emplacement actuel les nombreuses installations du téléphone et de faire ainsi l'économie des frais que causerait le déplacement des câbles.

11. Bâtiment des postes à Langenthal En 1956/1957, les PTT ont acheté près de la gare une parcelle mesurant 3485 m2. Ils projettent d'y construire un bâtiment dont le corps principal, situé à la Jurastrasse, serait complété par une aile s'étendant jusqu'à la Bahnhofstrasse. Le corps principal comprendrait deux sous-sols, un rez-de-chaussée et deux étages, l'aile une cave et une halle postale au rez-de-chaussée. Voici quelle serait la répartition des locaux : 2e sous-sol :

abris de protection civile chauffage atelier pompes

1356 ler sous-sol :

Rez-de-chaussée :

1er étage:

2e étage:

magasin du matériel du service du feu réservoir garage à bicyclettes garage pour les véhicules à moteur des PTT local de réserve garage à automobiles (à mettre en location) ventilation vestiaire dépôt (à mettre en location) buanderie, cave entrée hall des guichets office télégraphique bureau, local des facteurs, expédition magasin office de chèques réfectoire, salle de repos vestiaire bureau (à mettre en location) appartement de 4 chambres bureau (à mettre en location) appartement de 4 chambres

Les nouveaux locaux suffiront pour des décennies aux besoins du service.

La nouvelle poste principale à proximité de la gare servira en premier lieu aux habitants du centre de la localité et à ceux qui résident au nord de la voie ferrée. Une succursale sera aménagée ultérieurement à l'intention des usagers qui habitent les quartiers du sud, dans l'immeuble «Kardinal» pour l'achat duquel vous avez ouvert un crédit de 1 530 000 francs par arrêté du 14 mars 1966.

Si, plus tard, l'office de chèques venait à être supprimé à la suite de l'automatisation de ce service, les locaux qu'il occupera au premier étage du nouveau bâtiment pourraient être loués.

Ce projet de construction exige un crédit d'engagement de 5 909 000 francs.

12. Bâtiment des téléphones à Langenthal La capacité du central local a été portée, au cours de différentes étapes, à 6000 numéros et une nouvelle extension de 2000 organes de raccordement est en voie de réalisation dans d'anciens locaux de la poste. Mais cette réserve de numéros sera, elle aussi, rapidement épuisée, c'est-à-dire dans un délai de quatre ans environ, de sorte qu'il y a tout lieu de compter qu'un grand nombre de personnes devront attendre leur raccordement jusqu'à l'inauguration de la

1357 nouvelle installation projetée. En outre, il ne sera possible de faire face à l'accroissement constant du trafic du groupe de réseaux et du trafic interurbain que pendant un court laps de temps dans les locaux actuels.

Par arrêté du 18 mars 1965, les Chambres fédérales ont ratifié l'achat, à la rue de la Gare, d'un bien-fonds de 1741 ma jouxtant le bâtiment des PTT actuel.

Il est envisagé d'y construire un bâtiment de deux étages sur rez-de-chaussée, avec deux sous-sols, ainsi qu'une construction latérale souterraine à deux étages. Les locaux seraient répartis de la façon suivante : 2e sous-sol :

cave pour câbles batteries et installation d'énergie installations diesel de courant de secours local des amplificateurs magasin abri de protection civile

1er sous-sol:

répartiteur principal local des équipements interurbains magasin vestiaires halle pour véhicules à moteur

Rez-de-chaussée :

local des équipements du central local local d'essai et de mesure magasins.

1er étage:

local des équipements du central rural central domestique central télex bureaux magasin atelier

2e étage :

local d'instruction bureau magasins buvette local de l'installation d'énergie vestiaire

Les locaux projetés abriteront un central local d'une capacité de 20000 raccordements (première installation de 12000 numéros), les équipements du groupe de réseaux et du service interurbain, la station des amplificateurs ainsi qu'un central télex.

Le premier sous-sol de la construction latérale, qui constitue une réserve de locaux à longue échéance pour les équipements du central automatique, servira provisoirement de halle pour véhicules à moteur ainsi que de dépôt de matériel.

1358

Pour réaliser ce projet de construction, il est indispensable de disposer d'un crédit d'engagement de 6 524 000 francs.

13. Bâtiment des postes, téléphones et télégraphes à Lausanne-Saint-François (transformation et agrandissement) Avant la mise en service du nouveau bâtiment des postes de LausanneGare, le bâtiment des PTT de Lausanne-Saint-François, qui est situé au centre de la ville, abritait au rez-de-chaussée l'office postal de Lausanne 1 dépôt, l'office télégraphique, la distribution des colis et le service des bâtiments et du matériel de la direction d'arrondissement postal. Les locaux devenus libres à la suite du transfert des services précités doivent être transformés et agrandis, afin de mieux répondre aux exigences des offices qui sont restés dans le bâtiment.

L'ouverture de la poste principale dans le bâtiment de Lausanne-Gare n'a pas enlevé à la poste de Saint-François l'importance que lui vaut sa situation dans le quartier des affaires. Quelque 6000 personnes sont servies chaque jour aux guichets de cet office; le nombre des versements qui y sont faits n'est atteint par aucun autre office de poste suisse.

Si l'on veut être à même de servir normalement la clientèle, il importe de transformer l'installation des guichets et d'en porter le nombre à 29. On envisage de reculer de quelques mètres le front desdits guichets et d'agrandir les bureaux en construisant au sud une annexe assortie d'une rampe de chargement. Ces mesures doivent permettre de mettre à la disposition de l'exploitation postale des locaux judicieusement conçus et répondant aux exigences actuelles du service.

Le trafic de l'office télégraphique, qui a i l cabines téléphoniques desservies, est également considérable. Environ 30 000 télégrammes y sont déposés annuellement et le produit des conversations téléphoniques dépasse 350000 francs. Le trafic, il est vrai, a légèrement fléchi ces dernières années, mais cela est essentiellement imputable à l'insuffisance des installations. Aussi les PTT envisagent-ils de doter cet office, compte tenu des exigences actuelles, de 25 cabines téléphoniques et de 4 cabines télex.

L'extension des équipements du central, qui est en cours dans les étages supérieurs, exige un agrandissement de l'installation de distribution d'énergie.

A cet effet, une cave sera aménagée sous la cour postale ; elle permettra, de plus, de construire des abris suffisants. Le réservoir à mazout trouvera place sous le garage actuel.

Tenant compte de la situation commerciale excellente du bâtiment, les auteurs du projet y ont intégré l'aménagement de magasins et d'un kiosque au rez-de-chaussée; l'entresol sera réservé à des bureaux qui pourront être mis en location. La charge imposée aux PTT par ces travaux se trouvera notablement réduite par le produit des loyers.

Le. crédit d'engagement nécessaire s'élève à 4 783 000 francs.

1359

14. Bâtiment des téléphones à Lausanne-Lés Bergières Actuellement, les abonnés au téléphone du réseau local de Lausanne sont desservis par le central principal de Saint-François, les centraux de quartier d'Ouchy, de Pully, de Renens, de La Sallaz et de Valency, ainsi que par le souscentral du Mont. Le tableau ci-dessous fait ressortir que, depuis 1950, le nombre des raccordements principaux a plus que triplé; plus de 2500 nouveaux abonnés en moyenne ont obtenu leur raccordement par année.

Réseau local de Lausanne

Raccordements principaux Postes téléphoniques Conversations locales, en millions ......

Conversations interurbaines de sortie, en millions Recettes des conversations, en millions de francs Habitants

1950

I960

1968

Indice 1968 1950 = 100

25286 37443 20 3

50946 73361 324

79050 115 845 53,3

309 262

11,1

38,2

67,7

609

6,9 136 100

16,2 175 100

29,7 212200

427 155

312

Dans le quartier des Bergières, sis au nord-ouest du centre de la ville, où les réserves de terrains à bâtir sont encore suffisantes, une très grande activité règne dans la construction depuis quelques années; plus de 300 appartements sont construits chaque année. Les abonnés au téléphone de cette région, qui compte quelque 34 000 habitants, sont actuellement reliés aux trois centraux de Renens, La Sallaz et Valency, ce dernier étant déjà presque complètement occupé. L'agrandissement prévu des centraux de Renens et de La Sallaz ainsi qr.e le transfert de 1800 raccordements d'abonnés sur l'installation de SaintFrançois ne permettront, toutefois, de donner suite à la demande toujours forte de raccordements téléphoniques que pour un temps assez court. Pour améliorer à long terme les possibilités de raccordement, il est donc urgent de construire un nouveau central dans le quartier des Bergières.

En 1967, l'Entreprise des PTT a acheté au chemin de Bossons un terrain approprié de 1931 m2, sur lequel elle envisage de construire un bâtiment des téléphones de trois étages sur rez-de-chaussée et sous-sol. La répartition des locaux serait la suivante : Sous-sol : cave pour câbles local du diesel et du courant fort local des redresseurs et des batteries .

abris de protection civile Rez-de-chaussée : local du répartiteur local du central automatique vestiaire

1360 1er étage: 2e étage : . 3e étage :

local du central automatique local de mesure atelier local du central automatique local de mesure débarras salle de repos magasin appartement de service de 4l/2 chambres

Le nouveau central aura une capacité finale de 40 000 raccordements, mais la première installation comprendra 10 000 numéros. Tl ne sera donc nécessaire de mettre les locaux du deuxième étage à contribution pour l'exploitation que dans quelque cinq ans ; jusqu'à ce moment-là, la direction d'arrondissement des téléphones les utilisera comme salles d'instruction et magasins.

Comme pour le central projeté au Petit-Baie, la sécurité de l'installation doit être renforcée par des travaux de construction. Il est donc envisagé de construire au-dessus de la cave un plafond en état de supporter les décombres, afin de protéger les câbles. De plus, le local du répartiteur principal et les locaux du central automatique seront séparés en blocs indépendants par des murs mitoyens réfractaires.

La réalisation du projet nécessite un crédit d'engagement de 2414000 francs.

15. Bâtiment des téléphones à Lyss Dans la zone desservie par le central nodal de Lyss, qui comprend aussi les communes de Büetigen, Busswil, Grossaffoltern, Wengi près Buren et Worben, le nombre des raccordements téléphoniques a presque quintulpé ces vingt dernières années ; les recettes des conversations se sont accrues de 439 pour cent durant la même période. Une activité intense règne dans le domaine de la construction à Lyss, où de nombreuses entreprises industrielles se sont implantées grâce aux bonnes communications. Les autorités communales estiment que le nombre des habitants doublera approximativement au cours de ces ,15 prochaines années, de sorte qu'il faudra aussi compter avec une forte demande de raccordements téléphoniques.

Cemral nodal de Lyss

Raccordements principaux Postes téléphoniques Conversations locales Conversations interurbaines de sortie . . .

Recettes des conversations, en francs . . .

Habitants

1950

690 1 017 237100 545 000 206 500 7200

I960

1968

Indice 1968 19SO = 100

1685 3 273 474 2290 4 685 460 563 600 940 000 396 1 251 200 2 573 600 472 508 100 1 115000 539 10100 12600 175

1361 A la fin de 1968, sur les 4400 numéros disponibles, 3273 étaient occupés au central qui est logé depuis 1955 dans le bâtiment des PTT sis à proximité de la gare de Lyss. Chaque année, ce ne sont pas moins de 250 nouveaux raccordements d'abonnés qui sont installés, de sorte que la réserve de numéros sera complètement épuisée en 1972. Etant donné qu'il n'est plus possible d'agrandir le central dans les locaux actuels, il est urgent de construire un nouveau bâtiment des téléphones.

En 1964 déjà, l'Entreprise des PTT a acheté à la Ringstrasse, à Lyss, un terrain approprié d'une superficie de 2004 m2. Elle envisage d'y construire un bâtiment du type 5 qui aura, en principe, la même répartition des locaux que le bâtiment des téléphones à Fällanden.

Outre les équipements du central nodal, le nouveau central abritera 20 000 organes de raccordement. La première installation comprendra 10 000 numéros, de sorte que le 2e étage pourra encore être loué pendant une période assez longue.

Les locaux libérés dans le bâtiment des PTT à la place de la Gare serviront à l'agrandissement de l'office postal.

Pour réaliser ce projet de construction, il est nécessaire de disposer d'un crédit d'engagement de l 6U6000 francs.

16. Achat d'un immeuble à Neuchâtel En 1960, l'Entreprise des PTT a construit, en commun avec la maison Pizzera S.A., un immeuble commercial en face de la gare de Neuchâtel. Il jouxte à l'ouest l'hôtel Terminus, pour l'achat duquel vous avez accordé 2340000 francs le 17 mars 1969 (v. message du 16 septembre 1968, ch. 15, FF 1968 II 469). Les PTT sont copropriétaires - sous le régime de la propriété par étages - à raison de 50 pour cent; ils disposent ainsi des deux sous-sols et du rez-de-chaussée, qui sont occupés par des ateliers et des magasins de la direction d'arrondissement postal de Neuchâtel, et par la distribution des colis.

A l'époque, les PTT se sont assuré un droit d'emption sur la partie de l'immeuble appartenant à la maison Pizzera. Ce droit expirera à la fin de 1970.

Les PTT ont maintenant l'intention d'exercer leur droit d'emption, en d'autres termes d'acquérir les quatre étages supérieurs d'une superficie totale d'environ 1000 m2, car ils ont besoin de ces locaux pour leurs services. Au 1er étage sera logée la distribution des lettres, répartie actuellement dans trois locaux du bâtiment des PTT de Neuchâtel 2 Gare. Les services administratifs de la direction d'arrondissement des téléphones, contraints de quitter l'Hôtel des postes pour permettre une extension des installations du téléphone, occuperont les 2e, 3e et 4e étages.

L'achat de la moitié du bâtiment qui ne leur appartient pas coûtera 950 000 francs aux PTT. Ce prix correspond au coût de la construction.

Compte tenu des frais accessoires, la transaction exige un crédit d'engagement de 1 million de francs.

1362

17. Bâtiment des téléphones à Niederurnen (agrandissement) Dans le réseau local de Niederurnen, qui comprend les localités de Gasi, Niederurnen, Oberurnen, Riet et Ziegelbrücke, le nombre dea abonnés au téléphone a presque quadruplé depuis 1950 et les recettes des conversations sont de 244 pour cent plus élevées qu'à cette époque.

Réseau local de Niederurnen

I960

1950

1968

Indice 1968 1950 = 100

Raccordements principaux Postes téléphoniques Conversations locales Conversations interurbaines de sortie . . .

Recettes des conversations, en francs ...

Habitants .....

306 521 109 800 406 000 105 800 4 100

613 1 136 371 929 1645 315 178800 321 600 293 1 074 300 1 525 400 375 217 800 364 800 344 4 700 5400 131

Le central téléphonique nodal, auquel sont rattachés six centraux terminus, est logé depuis 1933, avec une station de répéteurs pour plusieurs câbles interurbains importants, dans un bâtiment d'exploitation sis au bord de la route cantonale. A l'époque, les locaux du central avaient été calculés pour recevoir 900 raccordements d'abonnés. En procédant à plusieurs extensions successives et en utilisant les dernières réserves de place, il a été possible de porter la capacité à 1900 organes de raccordement. Etant donné que l'augmentation annuelle est de quelque 100 abonnés, l'installation sera complètement occupée dans quelques années. Les locaux actuels ne pouvant plus recevoir de nouveaux équipements pour le central nodal et la station de répéteurs, il est indispensable d'aménager aussi rapidement que possible de nouveaux locaux d'exploitation.

Ainsi que le montre le tableau ci-dessous, le développement du trafic téléphonique dans le groupe de réseaux 058 exige également un agrandissement du central rural principal.

Groupe de réseaux de Glaris

1950

I960

1968

Indice 1968 1950 = 100

Raccordements principaux Postes téléphoniques . . . . . . . .

Conversations locales, en millions Conversations interurbaines de sortie, en millions Recettes des conversations, en millions de francs

3739 5853 1,5

6182 9495 2,3

9887 15339 3,4

264

.2,3

4,2

6,7

296

1,1

1,9

2,9

267

262 227

Comme il n'existe plus aucune réserve de place dans le bâtiment des PTT de Glaris à l'emplacement actuel, l'Entreprise a décidé de transférer le central rural principal à Niederurnen. Cette mesure s'impose en raison des câbles et

1363 de la transmission, la majeure partie des abonnés et le centre de gravité du trafic du groupe de réseaux s'étant déplacés dans la partie septentrionale du canton.

En 1950 et 1967, l'Entreprise des PTT a acquis différents terrains jouxtant directement le bâtiment actuel. II est envisagé d'y construire une annexe de deux étages sur rez-de-chaussée, avec caves, qui serait reliée par un corps de communication à un étage à l'ancien bâtiment; celui-ci doit être adapté aux nouvelles exigences et partiellement transformé. La répartition des locaux pour l'ensemble du complexe serait la suivante: Annexe Sous-sol :

Rez-de-chaussée :

1er étage: 2e étage : Corps de communication:

cave pour câbles répartiteur interurbain batteries et installation d'énergie groupe de secours abri de protection civile station de répéteurs local pour installation de climatisation local des compteurs et d'essai répartiteur principal local du central automatique pour raccordements d'abonnés service interurbain et équipements du central rural garage pour cinq voitures vestiaire réfectoire local de la citerne à mazout magasin

Ancien bâtiment Rez-de-chaussée : 1er étage:

2e étage:

magasins central télex salle de conférence salle d'instruction bureau local de matériel vestiaire appartement de 4 chambres

Le local du central automatique au 1er étage est calculé pour recevoir 18 000 raccordements; la première installation comprendra 3600 numéros. Au 2e étage, il sera tout d'abord installé 1500 lignes interurbaines et rurales. Mais,

1364

lorsque le central aura atteint son extension finale, il sera possible de porter sa capacité à 6000 lignes.

Lorsque la nouvelle installation sera mise en service, il est envisagé de supprimer le central terminus de Eilten et de rattacher ses abonnés au central de Niederurnen.

Les locaux qui deviendront libres dans le bâtiment des PTT de Claris à la suite du transfert du central rural principal abriteront le répartiteur principal agrandi et les équipements de raccordements d'abonnés.

Pour réaliser ce projet de construction, il est indispensable de disposer d'un crédit d'engagement de 3 094 000 francs.

18. Bâtiment des téléphones à Saint-Gall-Centre Dans notre message du 16 septembre 1968 (FF 1968 II 473), nous vous avons soumis une demande de crédit pour un bâtiment des téléphones à Saint-Gall-Lachen. Les explications s'y rapportant relevaient que la forte demande de raccordements dans le réseau local de Saint-Gall - en 1968, près de 1500 nouveaux abonnés ont été reliés au réseau - nécessitait une importante extension des équipements de centraux.

Réseau local de Saini-Gall

1950

I960

1968

Indice 1968 1950 = 100

Raccordements principaux

11 319 18959 9,0

19798 31 380 13,7

29241 46594 18,0

258 245 200

16,1

29,5

52,7

327

3,5

6,4

107

305

77000

87300

92900

120

Postes téléphoniques , . . . .

Conversations locales, en millions Conversations interurbaines de sortie, en millions Recettes des conversations, en millions de francs . . . . . . . . .

Habitants

Les quelque 30 000 raccordements principaux du réseau local sont desservis par le central principal installé dans le bâtiment de la poste principale, les centraux de quartier de Lachen et Langgass ainsi que les sous-centraux de Teufen (AR) et de Winkeln. Actuellement, les 12000 numéros du central principal sont presque tous occupés et il n'est plus possible de procéder à un agrandissement quelconque dans les locaux actuels. Comme la capacité du central provisoire de Lachen sera aussi épuisée sous peu et que l'installation dans le nouveau bâtiment d'exploitation, pour lequel vous avez accordé un crédit de 1 481 000 francs par arrêté du 17 mars 1969, sera mise en service au plus tôt en 1973, il est indispensable d'avoir recours en attendant à deux centraux mobiles abritant chacun 1000 organes de raccordement.

1365 A long terme, le nouveau central de quartier de Lachen ne pourra décharger qu'insuffisamment le central principal. Etant donné, en outre, que ses équipements techniques qui ont fonctionné pendant plus de 30 ans devront bientôt être remplacés, la construction d'un central d'une grande capacité au centre de la ville s'impose. En plus du central téléphonique, ce bâtiment d'exploitation abritera le central du service des dérangements, qui ne peut pas être agrandi non plus tant qu'il se trouve dans le bâtiment de la poste principale.

A la suite de longues démarches, lès PTT sont parvenus à acheter à la Wassergasse, dans la partie sud du centre de la ville, trois terrains bâtis d'une superficie totale de 1659 m2. A cet emplacement, proche du centre de gravité du réseau, il est possible d'établir à peu de frais une liaison avec le réseau actuel des câbles locaux.

Les plans du nouveau bâtiment d'exploitation indiquent la répartition suivante des locaux : cave pour câbles Sous-sol : batteries et installation d'énergie abri de protection civile Rez-de-chaussée : répartiteur principal local des amplificateurs local pour équipements divers local d'essai vestiaire local du central automatique 1er étage: local des monteurs 2e étage: local du central automatique local des monteurs vestiaire salle d'instruction 3e étage: local d'observation du service local pour équipements techniques local de réserve et de repos vestiaire service des dérangements/service des con4e étage: nexions bureau local du chef monteur vestiaire Attique: appartement de 4 chambres Le nouveau central aura une capacité finale de 20 000 raccordements, mais la première installation comprendra 14000 numéros. Un terrain contigu de 320 m2, sur lequel se trouve actuellement une maison d'habitation, servira de Feuille fédérale. 121« année. Vol. II.

1366 réserve pour un futur agrandissement. Le coût des transformations à apporter à ce bâtiment, qui se monte à 156 300 francs, est inclus dans le crédit .figurant dans le message.

La réalisation du projet global nécessite un crédit d'engagement de 3 270 000 francs.

19. Bâtiment des téléphones à Sierre Dans la circonscription du central nodal de Sierre, le nombre des habitants a presque doublé et celui des abonnés au téléphone plus que quadruplé depuis 1950. Cette région doit son développement à l'essor du tourisme ainsi qu'à l'industrie de raluminium, implantée à Chippis, qui occupe actuellement quelque 2000 personnes.

Central nodal de Sierre

1960

1968 Indice 1968 1950 = 100

796 1213

1555 2434

3 351 420 5021413

Conversations locales

565600

1131600

1798900318

Conversations interurbaines Recettes des conversations, en francs ...

Habitants

700 000« 1 407 700 2 709 300 387 279400 676300 1 298 500 464 12 400 13 200 env.22000 177

Raccordements principaux Postes téléphoniques

1950

^ Valeur interpolée Installé au premier étage du bâtiment des PTT, le central téléphonique dessert encore 18 localités avoisinantes. Ce n'est que grâce à l'utilisation des dernières réserves de place qu'il a pu être agrandi en 1964 et sa capacité portée à 3600 numéros, qui sont pratiquement tous occupés. Bien plus, quelque 250 personnes figurent déjà sur la liste .d'attente, ce qui correspond approximativement à l'augmentation annuelle.

Etant donné que le bâtiment des PTT ne peut pas être suffisamment agrandi pour abriter simultanément et à long terme la poste et le téléphone, l'Entreprise des PTT a décidé de construire un nouveau bâtiment des téléphones et de céder à la poste les locaux occupés jusqu'ici par le central.

En 1963 déjà, les PTT ont réussi à acheter à proximité de la route cantonale un terrain de 1628 m3, très bien situé quant au centre de gravité du réseau. Il est envisagé d'y construire un bâtiment de deux étages sur rez-de-chaussée et deux sous-sols, un troisième étage étant constitué par une terrasse sur laquelle s'élèvera l'appartement de service. La répartition des locaux serait la suivante: 2e sous-sol : local du répartiteur interurbain magasin abri de protection civile

1367 1er sous-sol:

cave pour câbles local du diesel batteries et installation d'énergie local pour l'installation à courant fort vestiaire garage

Rez-de-chaussée:

local pour les équipements du groupe de réseaux local pour le répartiteur intermédiaire et principal local pour les amplificateurs local réservé aux monteurs

1er étage:

local du central automatique magasin atelier local d'essai et de mesure vestiaire local du central automatique (réserve) bureaux

2e étage :

.

Etage en terrasse:

appartement de service de 4l/2 chambres

Lorsqu'il aura son extension finale, le nouveau bâtiment pourra abriter, en plus des équipements du central nodal, 20 000 organes de raccordement.

Mais la première installation comprendra 8000 raccordements, de sorte que le 2e étage pourra être loué pendant une dizaine d'années, Pour réaliser ce projet, il est nécessaire de disposer d'un crédit d'engagement de 2 940 000 francs.

20. Bâtiment des téléphones à Spreitenbach Au cours des dix dernières années, Spreitenbach est devenu une importante commune de la grande banlieue zurichoise; le nombre de ses habitants a, en effet, passé de 2000 à 5900. Il ne fait aucun doute que la population augmentera d'une façon considérable à l'avenir aussi et les autorités communales comptent que leurs administrés seront au nombre de 30 000 dans une vingtaine d'années.

Les abonnés au téléphone de Spreitenbach et de 5 autres localités de la vallée inférieure de là Limmat sont reliés an central de Killwangen. L'essor extraordinaire de la zone que dessert ce central se traduit aussi dans les chiffres de trafic du téléphone; depuis 1950, le nombre des raccordements principaux a plus que sextuplé.

1368 Central terminus de Killwangen

Raccordements principaux Postes téléphoniques Conversations locales Conversations interurbaines de sortie . . .

Recettes des conversations, en francs . . .

Habitants

1950

I960

1968

Indice 1968 1950 = 100

346 438 73900 253 900 96600

1 006 1 371 255 600 808 600 291 300

2 226 643 3 229 737 529400 715 2 179 100 858 858 100 888

4900

7700

11 300 231

Actuellement, les 2600 numéros que compte le central de Killwangen sont tous occupés et plus de 300 personnes attendent un raccordement. Le nouveau central de Wurenlos, qui sera inauguré en automne 1969, déchargera temporairement l'installation à Killwangen de quelque 1500 abonnés. Mais pour pouvoir, à longue échéance, accéder à toutes les demandes de raccordement dans le secteur du réseau sis sur la rive gauche de la Limmat, il est indispensable de construire un central à Spreitenbach. Le nouveau grand centre d'achat qui s'y installera et dont le projet prévoit trois maisons-tours exigera, à lui seul, 600 à 700 raccordements téléphoniques.

En 1967, l'Entreprise des PTT a acheté, à la rue de la Gare à Spreitenbach, un bien-fonds approprié de 1453 m2, sur lequel doit être construit un bâtiment des téléphones comprenant un corps principal d'un étage sur rez-de-chaussée et un corps secondaire de plain-pied. Le règlement sur les constructions limitant la hauteur des bâtiments, il est envisagé de construire deux sous-sols. La répartition des locaux serait la suivante: cave pour câbles 2e sous-sol : batteries et installation d'énergie répartiteur interurbain magasins abri de protection civile répartiteur principal 1er sous-sol: local des amplificateurs local pour lignes de jonction local d'exploitation vestiaire local du central automatique Rez-de-chaussée : atelier appartement de 4l/2 chambres local de repos Entresol: local du central automatique l<?r étage: local de repos atelier

1369 Le nouveau central aura une capacité finale de 20 000 numéros, mais la première installation comprendra 5000 raccordements. Le local du central automatique au 1er étage servira de réserve et pourra être momentanément loué.

Le crédit d'engagement nécessaire s'élève à 1 668 000 francs.

21. Bâtiment «les téléphones à WaUisellen Au chiffre 6, nous avons expliqué que l'Entreprise des PTT se proposait de construire de nouveaux centraux téléphoniques à Brüttisellen et à Wallisellen, pour pouvoir faire face à longue échéance à la forte demande de raccordements téléphoniques due à l'augmentation rapide de la population dans ces localités de la banlieue zurichoise.

Il a fallu abandonner l'agrandissement, envisagé au début, du bâtiment des PTT à Wallisellen où est installé le central actuel, cette solution ne tenant pas suffisamment compte du développement futur de la poste et du téléphone.

C'est pourquoi les PTT projettent de construire sur1 un terrain acheté en 1968 au «Kiesackerweg» un nouveau bâtiment des téléphones et de mettre à la disposition des services postaux les locaux occupés jusqu'ici par le central dans le bâtiment des PTT. Le règlement sur les constructions prescrivant une hauteur maximale de six mètres, le nouveau bâtiment projeté comprendra deux soussols, un rez-de-chaussée et un étage en attique où sera aménagé un appartement.

Selon le projet de construction, la répartition des locaux serait la suivante: 2e sous-sol :

cave pour câbles répartiteur interurbain équipements divers batteries et installation d'énergie local de dépôt et magasin abri de protection civile

1er sous-sol:

local du central automatique et des amplificateurs répartiteur principal local d'essai vestiaire

Rez-de-chaussée:

local du central automatique salle de repos et atelier vestiaire

Attique

appartement de 4J/2 chambres

Le central automatique aura une capacité totale de 20000 organes de raccordement; mais la première installation comprendra 8000 numéros.

Les fondations spéciales nécessaires, le cuvelage étanche et le mode de construction prescrit avec deux sous-sols renchérissent le projet. Mais les frais

1370

supplémentaires se justifient pleinement, le terrain se trouvant dans une situation idéale par rapport au futur centre de gravité du réseau.

Pour réaliser le présent projet de construction, il sera nécessaire de disposer d'un crédit d'engagement de 2 603 000 francs.

22. Achat d'immeubles à Zurich-Aussersihl Par arrêtés des 14 mars 1966 et 7 juin 1967, les chambres fédérales ont ouvert un crédit global de 3 509000 francs pour l'achat d'un immeuble et la construction d'un bâtiment des téléphones à Zurich-Aussersihl. En commun avec celui d'Enge, le nouveau central, qui sera inauguré en été 1970, déchargera et remplacera partiellement les installations en service depuis plus de 40 ans à la Füsslistrasse. Cela permettra d'améliorer sensiblement la capacité du service téléphonique du centre de la ville, qui a le trafic de loin le plus important par abonné de toute la Suisse. Le tableau ci-dessous montre que le trafic du réseau local de Zurich a continué d'augmenter considérablement au cours de ces dernières années. Depuis 1965 uniquement, 14 255 raccordements d'abonnés ont été mis en service.

Réseau local de Zurich

1950

I960

1968

Indice 1968 1950 = 100

Raccordements principaux Postes téléphoniques Recettes des conversations, en millions de francs : Habitants

91 783 142 038

155 137 237 079

192446 316618

209 222

30,7 398 000

54,4 451 900

83,3 447500

270 112

Pour pouvoir faire face à long terme à cette évolution et en particulier donner suite à toutes les demandes de raccordement dans le centre de la ville, l'Entreprise des PTT envisage de doubler la capacité du central d'Aussersihl au cours d'une deuxième étape de construction. Dans notre message du 25 novembre 1966 (FF 1966II 834), nous avons relevé qu'en prévision de cet agrandissement nous avions réussi à nous assurer au début de 1966 un droit d'emption sur deux immeubles contigus. Sur ces deux parcelles, d'une superficie de 330 ma, se trouvent deux maisons d'appartements meublés, qui ont été rénovées il y a quelques années.

Le prix d'achat de 1 155 000 francs comprend également le mobilier d'une valeur de quelque 50 000 francs; comparé à celui d'autres ouvrages analogues, il est encore favorable.

L'Entreprise des PTT se propose d'user de son droit d'emption aussi rapidement que possible et, étant donné que le bâtiment déjà construit ne peut pas abriter plus de 17 000 raccordements, envisage d'entreprendre la deuxième étape

1371 de construction en 1977. Jusqu'à ce moment-là, la direction d'arrondissement des téléphones de Zurich louera les chambres des deux maisons aux opératrices qui travaillent au central manuel. Par la suite, le nombre de chambres nécessaires pour le personnel ne sera plus aussi grand, car la sélection automatique internationale sera introduite dans une large mesure.

Frais accessoires inclus, le crédit d'engagement nécessaire est de 1 183 000 francs.

23. Achat d'un immeuble à Zurich-Oerlikon (propriété par étages) Depuis une vingtaine d'années, le onzième arrondissement de la ville de Zurich - qui comprend les quartiers d'Affoltern, d'Oerlikon, de Schwamendingen et de Seebach - s'est considérablement développé. La population y ayant presque doublé, il compte actuellement près de 100000 habitants. De plus, l'industrie, l'artisanat et le commerce ont pris un essor étonnant; 35 000 personnes exercent une activité professionnelle dans le onzième arrondissement.

Oerhkon est devenu le centre commercial du onzième arrondissement.

Les banques,, grands magasins et administrations publiques qu'on y trouve lui donnent même le caractère d'un centre urbain. Le trafic de l'office postal de Zurich 50, qui est le principal office du onzième arrondissement, révèle l'importance d'Oerlikon. Il a crû dans une mesure plus forte que la population du quartier; cela est dû en particulier au fait qu'une bonne partie des habitants des autres quartiers liquident leurs affaires postales à Oerlikon, où ils doivent de toute manière se rendre pour leur travail ou leurs achats. L'office postal de Zurich 50 Oerlikon encaisse annuellement environ 1 million de versements, ce qui le place, pour le trafic financier, devant les offices postaux principaux de Bienne, Lucerne, Neuchâtel et Saint-Gall.

Office postal de Zurich 50 Oerlikon

1950

1960

1968

Indice 1968 1950 = 100

Vente de timbres-poste et affranchissements en numéraire, en francs 969 000 1 558 500 3 364 400 347 Objets de correspondance déposés 28109004576400 7065400 251 Colis déposés 375 400 530 900 838 500f> 223 Versements 622 600 1 001 700 998 500 160 Objets de correspondance distribués 5 493 900 9 056 400 10 213 000 185 Colis distribués 301 300 454 700 817 5001' 271 , Paiements 73 100 135 100 155 200 212 1

> La définition des colis ayant été modifiée en 1963, il est difficile de comparer ces chiffres avec ceux des années précédentes.

Outre la distribution de la poste aux lettres dans le quartier d'Oerlikon, l'office postal de Zurich 50 assume la distribution des exprès dans tout le onzième arrondissement; il en est l'office d'expédition de lettres et en partie

1372 le centre de transports. Il se trouve dans un bâtiment construit en 1927 près de la gare d'Oerlikon. Or ni les locaux de service ni les installations ne correspondent au trafic actuel; il s'en faut même de beaucoup. Les sept guichets disponibles ne permettant pas de servir les usagers convenablement, surtout aux fins de mois, les réclamations fondées sont fréquentes. Toutes les cases postales sont occupées. Il est urgent d'en augmenter le nombre, la demande étant importante. De plus, les deux cabines téléphoniques desservies sont absolument insüffisantes. L'exploitation postale souffre en particulier d'un manque de place pour les véhicules qu'elle utilise. Les véhicules à moteur et les chars de transbordement doivent être parqués sur l'aire du chemin de fer, les bicyclettes sur un trottoir public. On a dû renoncer, en raison du manque de place, à doter Zurich 50 des installations techniques qu'un office de cette importance devrait posséder. Comme il n'était plus possible d'assurer convenablement la distribution des colis, ce service (y compris les cases à colis) dut être transféré en 1966 dans une construction provisoire, en même temps que Je dépôt des envois en nombre. Ils y resteront jusqu'à la mise en service du futur office de colis de Zurich-Nord, c'est-à-dire encore une dizaine d'années.

L'Entreprise des PTT cherche depuis 1956 de nouveaux locaux pour l'office postal de Zurich 50 Oerlikon. Un agrandissement du bâtiment actuel ne pouvant améliorer radicalement la situation, elle tenta de participer à la construction de grands ensembles ; elle a toutefois renoncé à ces projets parce qu'ils ne donnaient pas satisfaction du point de vue de l'exploitation et qu'ils étaient trop coûteux. L'Entreprise ne put davantage envisager de construire un bâtiment pour son compte, étant dans l'impossibilité de trouver un terrain approprié à un prix acceptable.

Au début de 1964 apparut la possibilité de loger l'office postal d'Oerlikon dans un ensemble, le «Centro», dont la construction était envisagée entre la Baumackerstrasse, la Gubelhangstrasse et la Franklinstrasse. Relevons qu'en 1963, un député avait critiqué au Conseil national les conditions intenables qui existaient à cet office. Le maître de l'ouvrage se déclara disposé à donner des locaux en location aux PTT dans l'aile du «Centro» située à la Baumackerstrasse, et de leur réserver un droit d'emption sous le régime de la propriété par étages.

Toutefois, il se trouva qu'à la suite de la limitation des crédits intervenue au printemps 1964, l'exécution du projet n'était possible que si l'Entreprise des PTT fournissait une bonne partie des fonds nécessaires. Afin que cette occasion de se procurer des locaux n'échappe pas aux PTT, nous les avons, en juin 1964, autorisés à accorder au maître de l'ouvrage un prêt de 20 millions de francs garanti par un gage immobilier, contre paiement d'un intérêt égal à celui qu'exigé la Banque cantonale de Zurich pour les hypothèques de premier rang. Les risques inhérents à ce prêt ne semblèrent pas très grands, d'une part parce qu'on pouvait admettre que la valeur vénale du nouvel ensemble dépasserait probablement 30 millions de francs, d'autre part parce que la somme de .20 millions devait être versée par acomptes successifs, au gré des achats de terrain et des progrès de la construction.

1373 Ce prêt permit d'obtenir une réduction notable du loyer et, partant puisqu'il est calculé sur la capitalisation du loyer - du prix d'acquisition des étages dont l'Entreprise pouvait devenir propriétaire.

Le maître de l'ouvrage rencontra des difficultés au cours de la première phase de la construction déjà. Elles étaient surtout imputables à des frais supplémentaires considérables découlant de la mauvaise qualité du terrain, de la modification du projet, dictée en partie par des raisons relevant de la circulation, de l'augmentation des coûts dans le bâtiment, enfin des charges d'intérêts consécutives au ralentissement des travaux de construction. Les commissions des FIT des deux conseils et la commission de gestion du Conseil national ont été informées de la situation au cours de la construction.

Le maître de l'ouvrage s'étant trouvé à nouveau en difficultés quant au financement de l'affaire en automne 1968, l'Entreprise des PTT dut, avec notre approbation et celle de la délégation des finances des Chambres fédérales, se porter garante d'un prêt intérimaire de 6 millions de francs qu'il avait obtenu de la Banque cantonale de. Zurich, pour le cas où ce prêt ne serait pas remboursé au plus tard à la fin de 1970, avec le produit de la vente d'étages aux PTT.

Grâce à ce prêt intérimaire, il fut possible d'achever la construction des locaux postaux en octobre 1969.

Les PTT ont l'intention de faire usage de leur droit d'emption dès que possible, afin que le maître de l'ouvrage soit en mesure de rembourser le prêt intérimaire dans le délai précité. Le nouveau bâtiment a été construit sur un terrain mesurant 2870 m2. L'acquisition d'un droit de copropriété de 25/100 sur l'immeuble coûtera 7,5 millions de francs.

La surface de 3400 m2 dont les PTT deviendront propriétaires comprendra les locaux suivants : 1er sous-sol:

halle de chargement et de parcage archives, atelier, débarras vestiaire, douches

Rez-de-chaussée :

hall des guichets bureau place de transbordement cases postales office télégraphique magasin, local d'exposition (à mettre en location)

1er étage:

distribution des lettres distribution des exprès salle de repos, réfectoire bureaux et magasin (à mettre en location)

2e étage :

machinerie des ascenseurs

1374 Dans les nouveaux locaux, le service pourra derechef se développer dans d'excellentes conditions. Du moment que les usagers auront à leur disposition douze guichets, de longues attentes leur seront épargnées, et les 900 cases postales de l'office suffiront vraisemblablement pour longtemps. Des places de parcage seront aménagées à la Baumackerstrasse pour les véhicules des usagers. Les installations techniques (élévateur à plate-forme, transporteurs, dispositif de levée automatique des boîtes aux lettres) permettront de rationaliser notablement le travail. Les magasins et les bureaux, qui constituent une réserve de place, pourront être donnés en location pour une longue période.

Ce projet exige un crédit d'engagement de 7 560 000 francs, frais accessoires compris.

Nous fondant sur ce qui précède, nous vous prions de bien vouloir approuver le projet d'arrêté ci-joint.

Ajoutons, quant à la constitutionnalité du projet, que la compétence de l'Assemblée fédérale se fonde sur l'article 13, lettre/, de la loi du 6 octobre 1960 (RO 1961 17) sur l'organisation de l'Entreprise des postes, téléphones et télégraphes, laquelle repose sur l'article 36 de la constitution.

Veuillez agréer, Monsieur le Président et Messieurs, les assurances de notre haute considération.

Berne, le 12 novembre 1969 Au nom du Conseil fédéral suisse : Le président de la Confédération, L. von Moos 18929

Le chancelier de la Confédération, Huber

1375 (Projet)

Arrêté fédéral ouvrant des crédits d'engagement afférents à des bâtiments et autres immeubles à l'usage de l'Entreprise des postes, téléphones et télégraphes

L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 12 novembre 1969, arrête : Article premier Les crédits d'engagement ci-après sont ouverts en faveur de l'Entreprise des postes, téléphones et télégraphes : Franes 1. Achat d'un immeuble à Aarau 2. Bâtiment des postes, téléphones et télégraphes à Aarberg . . .

3. Bâtiment des postes, téléphones et télégraphes à Allschwil ..

4. Bâtiment des téléphones au Petit-Baie 5. Bâtiment des téléphones à Bienne-Madretsch 6. Bâtiment des téléphones à Brüttisellen 7. Bâtiment des postes, téléphones et télégraphes à Diepoldsau 8. Bâtiment des téléphones à Dietikon 9. Bâtiment des téléphones à Fällanden 10. Bâtiment des postes à Fehraltorf 11. Bâtiment des postes à Langenthal 12. Bâtiment des téléphones à Langenthal 13. Bâtiment des postes, téléphones et télégraphes à LausanneSaint-François (transformation et agrandissement)

6 350 000 2 200 000 3 523 000 3 586 000 1 625 000 1 370 000 1 211 000 1 981 000 1 560 000 915 000 5 909 000 6 524 000 4 783 000

1376 Francs

14. Bâtiment des téléphones à Lausanne-Lés Bergières 15. Bâtiment des téléphones à Lyss 16. Achat d'un immeuble à Neuchâtel 17. Bâtiment des téléphones à Niederurnen (agrandissement) . . .

18. Bâtiment des téléphones à Saint-Gall-Centre 19. Bâtiment des téléphones à Sierre 20. Bâtiment des téléphones à Spreitenbach 21. Bâtiment des téléphones à Wallisellen 22. Achat d'immeubles à Zurich-Aussersihl 23. Achat d'un immeuble à Zurich-Oerlikon (propriété par étages)

2 414 000 1 606 000 1 000 000 3 094 000 3 270 000 2 940 000 1 668 000 2 603 000 1 183 000 7 560 000

Art. 2 1

Le présent arrêté, qui n'est pas de portée générale, entre immédiatement en vigueur.

2 Le Conseil fédéral est chargé de son exécution.

Schweizerisches Bundesarchiv, Digitale Amtsdruckschriften Archives fédérales suisses, Publications officielles numérisées Archivio federale svizzero, Pubblicazioni ufficiali digitali

Message du Conseil fédéral à l'Assemblée fédérale concernant l'ouverture de crédits d'engagement afférents à des bâtiments et autres immeubles à l'usage de l'Entreprise des postes téléphones et télégraphes (Du 12 novembre 1969)

In

Bundesblatt

Dans

Feuille fédérale

In

Foglio federale

Jahr

1969

Année Anno Band

2

Volume Volume Heft

49

Cahier Numero Geschäftsnummer

10405

Numéro d'affaire Numero dell'oggetto Datum

12.12.1969

Date Data Seite

1337-1376

Page Pagina Ref. No

10 099 332

Das Dokument wurde durch das Schweizerische Bundesarchiv digitalisiert.

Le document a été digitalisé par les. Archives Fédérales Suisses.

Il documento è stato digitalizzato dell'Archivio federale svizzero.