# S T #

LIIme année. Vol. I.

# S T #

N° 8, 21 février 1900.

Message du

Conseil fédéral à l'Assemblée fédérale concernant

l'introduction de l'électricité pour l'éclairage et l'exploitation des établissements militaires fédéraux de Thoune.

(Du 23 janvier 1900.)

Monsieur le président et messieurs, La plupart des établissements militaires de Thoune, soit l'ancienne régie des chevaux, la caserne avec écuries, la fabrique eues munitions, les ateliers de construction, le contrôle des munitions, la station d'essais pour l'artillerie, le dépôt de guerre, Se dépôt de munitions, ainsi que le bâtiment des postes et du télégraphe sont éclairés au gaz. Dans la caserne on se sort aussi de bougies, tandis que dans les écuries et à la nouvelle régie des chevaux, on brûle en partie du pétrole. Si, lors de l'agrandissement de la régie en 1890 et en 1891, on a adopté comme lumière cette matière dangereuse et insuffisante, c'est qu'on ne voulait pas faire les frais d'une installation de gaz provisoire, attendu qu'alors l'introduction générale de la lumière électrique ne paraissait être qu'une question de temps.

Feuille fédérale suisse. Année LU. Vol. I.

24

346

Diverses offres pour la livraison de la force électrique nécessaire à l'éclairage des établissements fédéraux sont parvenues en son temps à l'administration ; mais cette question ne devenait de toute actualité qu'à partir du moment où l'entreprise de la Kander pour la production de l'électricité eut été complètement assurée; car il s'agissait, à cette époque, de prendre une résolution quelconque. Il y avait lieu de s'arrêter à l'une de ces deux alternatives : traiter avec la société de la Kander ou se charger soi-même de l'installation nécessaire.

C'est pour arriver à une solution que le Département militaire désigna un expert, lequel devait se prononcer aussi bien sur la question de la force nécessaire qu'au sujet de la portée financière d'une installation indépendante.

Sur ces entrefaites, la commune de Thoune avait demandé la revision des servitudes lui incombant pour la fourniture de l'eau et de la force nécessaire aux établissements fédéraux. A cette occasion, on procéda à l'examen des turbines et on dut en conclure que leur rendement ne répondait nullement à ce que l'on est en droit d'attendre aujourd'hui d'une installation de cette importance, de sorte que la Confédération subit de ce chef une perte annuelle de 4000 francs. Dans ces conditions, la reconstruction de ces turbines s'impose, abstraction faite de l'établissement de toute installation électrique. Si elle n'a pas encore été effectuée jusqu'à ce jour, c'est que l'introduction de la force électrique n'était plus qu'une question de temps et qu'il y avait lieu de résoudre les deux questions conjointement.

S'inspirant de projets et d'offres de maisons favorablement connues, les experts qui avaient été commis pour examiner toutes les questions se rattachant à cette affaire conclurent qu'il fallait adopter l'idée d'une installation organisée aussi bien en vue de l'éclairage électrique que pour la production de la force électrique nécessaire à l'exploitation.

L'administration se rangea à cette manière de voir et écarta d'emblée tout projet qui rendrait les établissements dont il s'agit tributaires d'une entreprise quelconque déjà existante. Déjà pour des raisons d'économie, on devait s'arrêter à un projet qui aurait pour base l'installation hydraulique actuelle, d'autant plus que par la suppression prévue de la transmission actuelle de la force au moyen de câbles et par la reconstruction des turbines, le rendement de celles-ci doit être augmenté d'un quart. L'installation nouvelle suffira en temps normal à toutes les exigences; cependant, pour pouvoir faire face à toutes les

347

éventualités qui viendraient à se produire, en particulier pendant l'hiver, on aura recours à une locomobile. L'électricité sera produite par deux dynamos : une batterie d'accumulateurs est destinée à la recevoir. Il y aura, en outre, six moteurs secondaires pour activer l'exploitation dans les ateliers.

Outre l'agrément spécial d'une exploitation à l'électricité, les avantages suivants résulteront pour les ateliers fédéraux de la réalisation du projet qui vous est soumis : Les turbines consommeront une plus petite quantité d'eau ; par conséquent la redevance à payer de ce chef s'en trouvera diminuée proportionnellement.

La nouvelle installation pourra faire face, pendant longtemps encore, aux nouveaux besoins résultant du développement continuel imprimé à l'exploitation des ateliers fédéraux.

Une exploitation non interrompue est garantie.

L'exploitation ne sera plus exposée aux troubles résultant «lu système de transmission actuel.

Actuellement, un accident aux turbines ou à la conduite d'eau peut entraîner un arrêt complet dans l'exploitation de la fabrique de munitions et des ateliers de construction. Il est vrai que l'on pourrait remédier à cet inconvénient au moyen de locomobiles ; mais il faudrait passablement de temps jusqu'à ce que ces machines soient toutes rendues sur les lieux et mises en place. En temps de guerre, des troubles de ce genre pourraient devenir funestes. Ces risques disparaîtront presque complètement avec la nouvelle installation ; la locomobile de réserve dont il a déjà .été question ci-dessus, suffira du reste pour parer à toutes les éventualités. Elle entrera spécialement en activité pour renforcer la production de la lumière électrique lorsqu'il y aura pénurie de forces. Cette locomobile devra d'ailleurs être mise en place avant la démolition des turbines actuelles, afin d'assurer l'exploitation pendant les quelques semaines qu'en exigera la reconstruction.

Nous avons déjà attiré votre attention sur le fait que la nouvelle régie des chevaux est éclairée en partie au pétrole, état provisoire des plus précaires, qu'il y a lieu de faire cesser dans le plus bref délai. De cette façon, tout risque d'incendie sera pour ainsi dire exclu pour cet établissement aussi bien que pour les écuries de la caserne et la caserne ellemême, dans lesquelles on brûle aussi, comme on sait, du pétrole et des bougies.

348

En ce qui concerne la quantité d'électricité à produire pour la lumière, on a tenu compte des facteurs suivants : on admet que chaque atelier est occupé d'une manière complète ; pour diminuer les risques d'incendie, on prévoit l'introduction de la lumière électrique pour les locaux intermédiaires tels que corridors, escaliers, etc. On compte en outre éclairer les cours, abords, voies d'accès, etc, avec des lampes à arc.

L'ancienne régie des chevaux ainsi que le bâtiment des postes et du télégraphe ne pourront pas être desservis par la nouvelle installation en ce qui concerne la lumière, attendu qu'en raison de la distance qui les sépare du centre des établissements fédéraux il serait trop coûteux de les relier au nouveau réseau. Ces bâtiments doivent quand même être pourvus de lumière électrique ; à cet effet il est projeté de les mettre en communication avec le réseau électrique de la ville de Thoune.

Le bâtiment destiné à recevoir les dynamos, les accumulateurs et la locomobile doit évidemment être aussi proche que possible du bâtiment des turbines. Vu la situation de ce dernier qui se trouve entre l'Aar et la route, adossé au talus fortement incliné qui borde ce fleuve à cet endroit, il n'est plus possible de construire ce nouveau bâtiment à proximité immédiate soit au moyen d'une annexe soit au moyen d'une élévation de la construction déjà existante. L'emplacement le plus propice se trouve un peu au-delà du contrôle des munitions ; mais il est nécessaire de déplacer à cet effet une maison de garde du Central qui est précisément située à cet endroit. La direction de cette Compagnie consent à ce déplacement, de sorte que rien ne s'oppose à ce que la station centrale soit construite sui- cet emplacement. Quant au câble de transmission on Je fera passer sous la ligne de chemin de fer de façon que les deux bâtiments soient reliés ensemble par le plus court chemin.

Les dynamos, les accumulateurs et la locomobile seront placés à fleur de sol. Au-dessus des accumulateurs, on prévoit l'aménagement de quelques magasins et d'un petit atelier de réparations. Dans la salle des machines et au tableau on réservera une place pour un nouvel accumulateur pour le cas où on en aurait l'emploi, éventualité qui se produira sans doute un jour ou l'autre. Daus une telle occurence il serait probablement plus avantageux et moins coûteux de s'adresser pour Ja force manquante à une autre entreprise, que d'avoir recours à la locomobile qui n'est destinée à n'être employée qu'exceptionnellement.

Annexe au no 8 de la Feuille fédérale, année 1900.

Etat des trains ayant circulé pendant le mois de décembre 1899 sur les chemins de fer suisses et des retards qu'ils ont subis.

1

2

3

1

1

1

*

5

1

6

II

8

'

9

1

1

"

1

U

Total des trains expédiés Longueur moyenne des lignes en exploitation

Désignation des lignes

Nombre total parcouru de Dont à double voie

Kilomètres

Trains prévus à l'horaire comme réguliers

Trains facultatifs et extraordinaires

Trains Trains Trains de de de Trains Trains marchanmarchan- marchande de dises avec dises arec dises sans voyageurs voyageurs service de service de service de voyageurs voyageurs voyageurs

Train;« de marchan- Kilomètres de trains dises sans service de voyageurs

Kilomètres d'essieux

1

1S

1

13

14

15

!

16

17

18

19

20

II

21

22

23

li

25

24

Retards à l'arrivée à la gare destinataire: Cause de retards Des kilomètres de trains Trains de voyageurs Trains de marchandises À un appartiennent avec 10 minutes avec service de voyageurs Sur la propre ligne aux trains kilomètre et plus de retard avec 15 min. et plus de retard réguliers de exploité Par corresvoyageurs Ensuite Par d'autre Retard Retard pondent Ensuite et aux trnins Retard Retard le plus entre- d'accidents d'avaries le service Ì le plus réguliers Oe kilomètres moyen moyen et des gares prises fort fort Nombre marchandises d'essieux Nombre an Total et dn d'influences avec service matériel atmosmouvede voyageurs roulant phériques ment Minutes Minutes

1

26

27

|

28

Nombre ponr cent des trains réguliers ayant subi au mois des retards corresTotal suivant pondant au mois colonnes de corres- 22 et 23, l'année pondant comparé de l'année an nombre précédente total précédes trains dente

Nombre lies coïncidences manquées

  1. Lignes à voie normale.

Jura-Siinplon ') Nord-Est 2 ) Central8) Union*) Gothard Sud-Est Seethal Emmenthal Berthoud-Thouue Toessthal Langenthal-Huttwil- Wolh usen Jura Neuchâtelois Sihlthal OEnsingen-Balsthal Orbe-Chavornay

1144 809 411

310

290 51 50 43 41 40 40 38 19 5 4

.

120 130 129 9 122

2

8040 8470 4782 2680 2077 1 Oô4 527 434 440 440 440 620 520 520 806

1232 1929 691 816 281 31 G2 124

124 50

25 242 341

2931 2705 2239 375 911 150 196 46 100

27 24 2 63 1 1 2 1

100 1UO

2

50

2

10

755 1089 319 376 368 33 3 11 6 3 1 61 46

100

645321 557 030 307 571 'loi 030 259 908 18013 . 19111 14852 19913 16417 13655 25986 9410 3 100 3432

16669554 13568053 9586412 4 385 298 7 578 193 147762 188930 212527 155933 17« 498 163200 309 963 77 038 20618 6bG4

500 430 437 404 214802 103 698 105 501 17 608 IG 523 11 997 17 792 14539 1 :i 640 22320 8368 3 100 3224

14572 16772 23325 14 147 26 132 2898 3 779 4 !)43 3804 4463 4080 8 157 4055 4 124 1 716

27352 12200

346 874 153813

27 156 12 164

5 766 5398 11 171 4044 3910 5904 6754 5570 5270 4340 4284 11 584 10230 4790 4406 7 199 2799 2665

33 69 H 57698 152400 29628 33 900 67712 26000 47022 28742 35098 50802 135 238 102 218 9580 41093 14396 16 110 17450

368 . 20 234 16 240 17 69 17 100 16 14 13 10 18 2 13 10 20 1 13 16 15 3 21

1G2 61 78 58 44 20 37 lu 61 13 22 30

11 17

19 13

35 17

3771 3 578

4 1

13 10

19 10

5766 5022 10 540 3900 3910 5874 6558 5360 5270 4340 4242 11 009 10230 4504 4328 7077 2790 2600

1 124 2137 5862 1 186 1 413 2822 1 131 2613 1691 2507 3629 10403 9293 871 4110 1440 1790 3490

7

32

85

39 11 21 7

22 18 22 25

55 30 45 52

176 197 20Ü 5fi 79 14 10 1

35 3 1 2

3 1 4 1

31 1 8 5 2

165 44 43 13 19

231 48 52 20 21

1

1

4

O

10

1 2

11

12 2

144 40 15 25 13 5 1

2,ii*

1,42

0,43

0,86

0,93

0,26

0,61

0,78

0,89

0,67 0,89

118 62 38 23 24 1

0,17 0,18

15

1,69

2

1,76

0,29

0,91

11 . 17

2. Lignes à voie étroite.

Chemin de fer rhétique Brunig (J.-S.) . . . .

92 43

4<U 496

Bière-Apples-Morges et Apples-L'Iale (J.-S.) . .

Saignelégier-Chaux-de-Fonds Appenzell (Winkeln-Appenzell) . . . .

Yverdon - Ste-Croix Oberland Bernois Lausanue-Echallens-Bercher . . .

Stansstad-Engelberg . . .

Frauenfeld-Wyl Ponts -Sàgne- Chaux-dé- Fonds (J -N ) Waldenbourg Routier Appenzellois (St-Gall - Gais) . . . .

Birsigtbal Neuchatel-Cortaillod-Boudry (J.N.)

Rolle-Gimel Berne-Muri-Gumligen-Worb . .

Allaman-Aubonne-Gimel . .

Tramelan-Tavannes . .

Brenets Locle . . .

30 27 26 25 24 24 23 18 17 14 14 13 11 11 10 10 9 5

372 124 700 156 296 268 558 310 310 248 303 978 930 899 446 1922 310 520

62 101

7 2

14 23 12

25

2 46 11

4

62 3 95 1 8

27

1 13

12 16 14

18 16 15

4 1 3 2 1 4 1 2 3 2 2 1

65 14 11 21 35 29 15 68 18 105 10 10

78 14 12 28 35 30 15 70 32 180 10 10

15 19

15 19

1 2

27 19

27 23

4 1

4 1

1

4

1

3 1

5 1 4 1

1 2

4 1 3

1 1 2 1 21 1 3 1

3 1

1

22

22

4

1 1

2 2 2

1 1

1

512

42433

6273

9928

319

10

3146

2 240 385

54648313

1 743 586

14608

1161

18

180

i

84

21

55

811

53

64

Au mois de décembre Ì898

3556

508

39 296

6315

10398

305

5

3589

2 233 040

55314694

1 677 289

15 556

902

16

165 ;

45

24

56

673

23

45

Y compris les lignes de Bulle à Romont, du Rég onal dn Val-de-Traver s, dn lac de Thonne, d n Boedeli, d e Spiez à. 1Erlenbach, Je Fribonrg 4 Morat et de I'ont-Brassns.

,, a les lignes dn Boetzberg et de Koblenz à Stein, « » 'es lignes do Sud-Argovien, de Wohle i à Bremgar ten et le i accordemeiit de Baie.

,, , les lignes de Wald à Enti et du Togg'enbonrg.

0,72 0,18

3

1,84

0,81

9

0,50

1,24

0,19

1

1 0,6«

7

0,64

1,4,

0,32

1

1 4 1 2 2 2 1 - 1

1

3741

i

1

2

0,97

0,82

1

0,21

1

3

moyens

Totaux et chiffres

') *) *) *)

23 2 3

1 1

! 317

', 434

j

:

[ 206

i|

i

Ì!

274

0,41 0,11

4 2

2 0,32

274

--

j

0,78

'

0,6»

:

0,66

287

;

126

!

i * A lire, en n ovembre, 2,ii an lieu d e

1,11 °/o. !

i

349

Les dépenses nécessitées par la nouvelle installation sont tlevisées comme suit : 1. Reconstruction des turbines .

.

.

. fr. 20,000 2. Abaissemement du radier du canal d'écoulecoulement .

» 10,000 3. Remplacement de la transmission principale. » 8,000 4. Bâtiment des machines contenant : une salle pour les machines avec soclesbâtis, un local pour les (accumulateurs, un petit atelier de réparations et d'autres locaux , tels qu'un magasin, lieux d'aisance, y compris le mobilier, l'éclairage et la fourniture de l'eau .

» 37,000 5. Déplacement de la maison de garde du Central » 6,600 6. Locomobile de réserve de 130 chevaux, montée complètement .

.

.

.

.

. 52,500 7. Dynamos, appareils de station, batterie d'accumulateurs, conduites électriques et installations pour l'éclairage .

.

.

.

.

. 200,000 8. Direction des travaux, ouvriers auxiliaires, divers e t imprévu .

.

.

.

.

.

. 20,100 Total

fr. 354,200

II est question d'engager, pour la surveillance de la nouvelle installation, un électrotechnicien qui dépendrait de la Direction des travaux publics et auquel serait adjoint le personnel indispensable. Il aurait en premier lieu à exercer un contrôle au sujet de la force consommée pour l'éclairage et pour l'exploitation ; c'est lui qui disposera du matériel d'éclairage et qui devra s'occuper des petites réparations concernant les lampes, les conduites électriques, etc.

Chaque établissement payera le prix de l'électricité consommée et pour l'éclairage et pour l'exploitation ; de cette façon, les comptes de l'installation électrique se balanceront.

D'après les calculs qui ont été faits, le nouvel éclairage reviendra tant soit peu plus cher que ce que l'on dépense actuellement pour ce service. Mais cet inconvénient sera largement compensé par les avantages précieux découlant des travaux projetés, dont la réalisation assurera pour toule l'agglomération des ateliers fédéraux de Thoune une exploitation à l'abri de tout arrêt et pour les établissements dont l'éclai-

350

rage laisse à désirer, une illumination des plus rationnelles.

Par conséquent, nous vous prions de bien vouloir donner votre approbation à l'arrêté fédéral dont la teneur suit.

Veuillez agréer, monsieur le président et messieurs, les assurances de notre haute considération.

Berne, le 23 janvier 1900.

Au nom du Conseil fédéral suisse, Le président de la Confédération : HAUSER.

Le chancelier de la Confédération: BlNGIEK.

Schweizerisches Bundesarchiv, Digitale Amtsdruckschriften Archives fédérales suisses, Publications officielles numérisées Archivio federale svizzero, Pubblicazioni ufficiali digitali

Message du Conseil fédéral à l'Assemblée fédérale concernant l'introduction de l'électricité pour l'éclairage et l'exploitation des établissements militaires fédéraux de Thoune. (Du 23 janvier 1900.)

In

Bundesblatt

Dans

Feuille fédérale

In

Foglio federale

Jahr

1900

Année Anno Band

1

Volume Volume Heft

08

Cahier Numero Geschäftsnummer

---

Numéro d'affaire Numero dell'oggetto Datum

21.02.1900

Date Data Seite

345-350

Page Pagina Ref. No

10 074 024

Das Dokument wurde durch das Schweizerische Bundesarchiv digitalisiert.

Le document a été digitalisé par les. Archives Fédérales Suisses.

Il documento è stato digitalizzato dell'Archivio federale svizzero.