345

# S T #

RAPPORT FINAL de la

III section (Canton des Grisons}, division a.

(Le dossier renferme, outre le présent rapport, un procès-verbal détaillé, qui fournit, les renseignements nécessaires sur les occupations journalières île JIM- les experts pendant tout le temps de leur séjour dans le Canton des Grisons).

Mousieur le Conseiller fédéral !

En suite de la mission que TOITS lui avez confiée, la Commission soussignée -a l'honneur de vous présenter son rapport succinct, complétant . les tableaux d'estimation des dommages causés par les .inondations dans le Canton des Grisons.

La première section de la Commission, composée de Mr. le -colonel Fenner à Winterthour, Mr. le major Zschokke à Aarau, remplacé dès le 8 Novembre par Mr. l'ingénieur Cuenod, de Lausanne, et Mr. le. juge de pais Henry, de Cortaillod, auxquels Mr. le préfet Burkhardt, à Neukirch, a été adjoint comme " secrétaire, est entrée en fonctions .le 25 Octobre à Coìre et a achevé sa tâche le 20 Novembre.

Grâce à l'activité du comité cantonal de secours des Grisons, la Commission a trouvé terminés les premiers travaux préparatoires, en ce sens que toutes les communes qui avaient souffert des inondations avaient été invitées à procéder consciencieusement et le plus exactement possible à l'évaluation des dégâls.

Aussi les .autorités locales avaient-elles, dans la plupart des communes, rempli avec un zèle des plus louables les tableaux spéciaux qui leur avaient été transmis. Dans les localités où ces tableaux faisaient défaut, la Commission s'est transportée sur place et a complété les estimations avec le concours des délégués de la commune. Partout -et aussi longtemps que la neige, qui est tombée

346

le 9 Novembre, n'a pas mis un obstacle insurmontable à l'inspection des lieux, la Commission a procédé à cette partie de sa mission, afin de se rendre compte par elle-même, dans le sens des instructions du Conseil fédéral du 6 Octobre, de l'importance des dommages et des proportions qu'ils ont prises. Lorsque, le 9 Novembre, une neige abondante eut empêché en partie l'inspection des lieux, la Commission s'est bornée, conformément à l'itinéraire que lui avait transmis dans l'intervalle le Département fédéral de l'Intérieur, à visiter les localités où il était possible et important de le faire. Par contre, nous avons dû, en ce qui concerne quelques hautes vallées inondées (Engadine et vallée de Münster), opérer avec le plus grand soin les estimations en nous servant soit des renseignements fournis par les autorités communales, comme nous l'avons dit plus haut, soit des prix-courants indiqués dans l'état des fortunes.

En général et à bien peu d'exceptions près, nous- avons constaté .que dans leurs travaux préliminaires,. les autorités locales s'étaient tenues dans les limites d'estimations fort modérées, de sorte que la Commission peut en toute sûreté exprimer la conviction que les évaluations de détail et d'ensemble basées sur ces chiffres représentent le minimum des dommages causés, .. Quant am dégâts probablement considérables que les glissements de terrain ont causés aux alpages supérieurs, les autorités locales n'ont pu fournir aucune indication précise, -parce que la neige récemment tombée empêchait de prendre sur place les renseignements nécessaires. Ce ne sera que dans l'été de l'année prochaine qu'on pourra constater ces dommages, qui, d'ailleurs, ont atteint surtout des communes ou de: riches propriétaires, (corporations).

.

Le tableau des dégâts causés aux digues, aux routes et aux ponts dans h Canton des Grisons a été .élaboré d'après les calculs des ingénieurs de ce Canton, calculs également basés sur des données fort modestes.

.

; Les dommages les plus importants consistent en grande partie dans la destruction de digues et de ponts, appartenant au Canton, ou aux communes et un très-petit nombre seulement à des particuliers, ainsi que dans les pertes qu'ont subies les propriétaires du sol et . des .bâtiments. Les hautes eaux du Ehin antérieur, de la Nolle, de l'Albula, du Glenner, du Vais, du Ehin moyen, du Poschiavino, de l'Inn, du Eombach, de la Eabiusa, de la Julia, du Ehin d'Oberhalbstein, de la Eobiasa, etc., gonflées du 26 Septembre au 6 Octobre par des pluies abondantes et par la fonte des neiges que provoquait lo föhn, sortirent de leurs lits avco .uno violence

347

telle que rien ne put ïésister à leur action dévastatrice. Les pertes occasionnées par l'inondation proprement dite sont peu considérables; mais des dommages importants ont été causés par les grasses ])if,rres et les masses de galets dont les torrents débordés ont couvert le sol. Ces torrents ont accru le danger dans le Canton des Grisons et un certain nombre d'eutr'eux n'ont pas encore repris leur état normal.

.

Les efforts presque surhumains de la population pendant liait jours entiers ont dû. céder devant la force des éléments en divers endroits; ils ont eu néanmoins pour résultat d'empêcher qu'il arrivât de plus grands malheurs.

ïTous faisons observer, pour expliquer le tableau des fistima.tions, que partout on a pris comme fortune imposable celle qui se trouvait indiquée sur le registre unique de l'impôt cantonal, parce que les registres des oontribntinni communales reposent Sur des bases tout-à-fait différentes selon, les localités, et qu'en certains endroits il n'en existe pas.

Les- surfaces ont dû ótre calculées d'après les diverses mesures en usage dans la contrée, où l'on emploie des toises de 36, de 49, de 44 pieds carrés, et il a fallu transformer en mesures suisses l'évaluation du produit des terres. Safien n'a pas de mesure de surface (voir l'observation à la page suivante).

Les communes dans lesquelles nous avons eu . à procéder à des : estimations sont : · Haldenstèin, 'Tavetseh, Dissenti?, Medels, Somvix, Trous avec Binggenberg, Brrgèls, Schnaus, Buis, Waltenspurg, Bonaduz, Tornila, Rotìienbrunnen, Scliaraas, Almene, Fiirstenau, Sus, Thnsis, Ems, Felsberge Seewies (Oberland), Sclüeuis, Ilanz, Ver.sam, Kästris, Sagens, Tenna, Tschappina, Safien, Unteryaz, Coire, Zizers, Fläsch, Churwalden, Eoffna, Samaden, Celsriua, Posehiavo, Brusio, .Campocologno, Madulein, Ponte eampovasto, Münster, St, Maria, falcava, Fuldera, Cierfs, Sehuls, Malis, Valendas, Stampa-Coltura, Trimmis, ßiein, Seewies (Prättigau) et Maienfeld.

En tout 56 communes comprenant une population de 36,718 habitants.

Notre procès-verbal indique en., détail l'ordre dans lequel il a, été procédé à ces travaux.

348 Résultat des estimations.

  1. Un -général.

L'ensemble des dommages a atteint de plus fortes proportions qu'on ne l'avait cru au premier abord.

Le total des pertes s'élève à fr. 1,868,705 qui se répartissent comme suit : ..:!.· Digues .

.

. . . .

f r . 689,165 · - .

2. Boutes .

. . - . . - .

.

.

.

.

.

» 88,545 4. Terrains détruits .

.

.

» 693,615 5.

i ayant perdu de leur va- leur .. ' .

.

.

> 178,540 6.

» ayant ,subi des dom. . . .

mages , » 580 7. Arbres .

.

. ' ' . ' .

» 18,315 8. Vignes .

.

..

.

..

j.

-- 9. Fruits du sol .

. . . . .

» a2,075 10. Bâtiments détruits .

.

.

» 16,890 11.

T endommagés , » 22,735 12. Meubles et instruments ".

» 4,290 1 3 . Bétail .

.

.

.

.

» 1,805 14. Provisions .

.

.

.

> 41,070 15. Divers . . . . . .

.Total fr. 1,868,705' .

Le nombre des personnes qui ont subi des pertes (en -_y comprenant les communes) s'élève à 2,002; la contrée ainsi atteinte mesure une superficie de 1,620 arpents et 10,070 pieds carrés, non compris ]a commune de Safieii*).

Nous extrayons de ce résultat général les chiffres suivants, : qui ont une importance particulière : .

  1. Les pertes aubiea par le Canton des Grisons comprennent: pour les digues .

.

. fr. 111,130 » t routes .

.

. . * 53,810 » » ponts » 41,480 Total

fr. 206,420

*) Le sol dans la commune de Safien se mesurant exclusivement d'après les pâturages et le produit en foin, on n'a pu nous indiquer une mesure de surface, de sorte que nous avons dû malheureusement renoncer à l'aire suivre nos évaluations de lindication même approximative de la superficie.

349

2. Gelles des communes: - pour les digues .

. » s routes .

» » ponts .

.

.

. fr, 503,010 . . . » 20,360 . . . . ' » 42,195 Total fr. 565,565

3. Celles des particuliers: pour les digues .

.

» » routes .

.

» * ponts .

.

...

.

:

. fr. 85,030 . » 1,810 . s . 1,740

Total fr. 88,580 Kelativemeut à la première rubrique du chiffre 3, nous ferons observer qu'elle comprend deux Sociétés par actions, ayant subi «ne perte de fr. 22,700.

4. Les conditions de fortune des particuliers qui ont souffert de l'inondation se présentent comme suit: Ont perdu : .

  1. 696 particuliers qui n'ont pas de fortune imposable . " .

fr. 187,755 &. 122 » imposés pour une fortune de 1000 fr. ou au-desgous .

.

» 44,750 c. 178 » imposés pour fr. 1000 à 2000 » 49,110 d. 182 » » » 2000 à 3000 * 57,080 e. 126 » » * » 3000 à 4000 » 62,100 f.

73 * .· > » 4000 à 5000 " » 21,345 1377 * possédant 5000 fr. ou moins . fr. 422,140 La perte subie par les autres particuliers possédant vlus de 5000 fr. de fortune imposable s'élève donc à fr. 627,735 Les communes qui ont le plus souffert sont: Perte totale.

Fortune.

Population.

Fr.

Haldenstein 183,015 Somvix "· 115,040 Truns, y compris Jiinggenberg «0,655 Waltenspurg 63,285 Bonaduz .94,825 Schleuis 26,670 Felsberg 27,520 Bothenbrunnen 57,130 Ilanz 81,970

Fr.

.

513 1318

518,000 1,414,000

893 41.6 622 366 561 91 658

1,119,400 619,400 618,800 220,600 383,900 199,000 1,265,800

350 Perte totale.

Fr.

Sauen Untervaz Fläsch Churwalden Roffna Campo cologno Brusio Münster St. Maria Trimmos

65,360 72,495 153,760 16,385 29,995 17,685 43,215 35,205 47,115 33,375

Populütion.

606 1065 451 632 148 1036 473 439 849

Fortune.

Fr.

765,000 1,046,000 1,082,400 868,700 53,600 1,210,700 583,300 979,500 1,034,900

b. Observations particulières.

La localité de Haldenstein a été la proie des flammes en 1825 et, k diverses reprises, notamment en 1834, elle a beaucoup souffert des inondations causées par le Rhin. Le dernier désastre a privé la plus grande partie de sa population de tout moyen d'existence et, si l'on ne vient à son aide pendant longtemps encore, la commune elle-même sera impuissante à faire les travaux hydrauliques nécessaires pour défendre son territoire contre les débordements du fleuve.

2. Medéls. Une ravine a entièrement détruit la maison d'habitation, le moulin et les pièces de terre d'un nommé Alban Pieder, homme peu aisé et père d'une nombreuse famille. La perte est évaluée à fr. 3315.

3. Somvix. Il y a eu de grands dégâts près de la localité de Surrhein. Le Rhin a entraîné avec lui les plus belles propriétés, puis il a quitté son lit et s'est porté à 600 pieds environ plus près de Surrhein. Cette localité est fortement menacée d'être emportée par le fleuve à la première inondation un peu considérable.

Il est donc indispensable d'y faire de suite des travaux durables d'endiguement. 'Aussi l'autorité communale, d'accord avec la population, demande-t-elle instamment que la Confédération vienne à son aide par des subsides et prenne l'initiative quant à la nouvelle direction à donner au lit du fleuve et aux travaux à entreprendre à cet effet.

4. Truns-Rmggeriberg. Des 95 personnes qui ont subi des pertes, 28 sont sans fortune. La commune a perdu fr. 20,055 en digues, en ponts et en provisions. Comme elle est du reste trèschargée quant à l'entretien des travaux ordinaires d'endiguement, elle demande qu'on lui vienne en aide dans ce but spécial.

351

La triste position de Einggenberg en particulier mérite d'attirer l'attention des autorités compétentes. Le torrent, qui s'est précipité de la gorge de Einggenberg, a détruit une grande partie du sol et mis 22 maisons dans un danger tel que la population a décidé à l'unanimité que ces maisons devaient être reconstruites ailleurs. Comme, d'après le rapport technique, il n'est guère possible d'endiguer le torrent, il faudra bien exécuter cette décision. Les frais de reconstruction de ces immeubles sur' la rive gauche du Rhin sont évalués à fr. 44,000; au cas- où la reconstruction aurait lieu, il y aurait à ajouter encore cette somme à celle de fr. 90,765 à laquelle s'élèvent les estimations.

Dans les 44,000 fr. on n'a pas compris les frais de transfert de l'église.

5. Waltenspurg. La commune a perdu en digues, ponts et routes une somme de fr. 34,200. Les sacrifices qu'elle est appelée à faire sont énormes, de sorte que sa demande d'une aide durable est parfaitement justifiée, d'autant plus qu'elle a toujours été fortement mise à contribution pour l'endiguemeftt du fleuve.

6. Rotheribrunnen. Cette petite commune n'est pas en état de rétablir, de concert avec Tomils, les digues détruites, ce qui a causé une perte de fr. 18,500, et de se mettre, à l'abri des dangers ultérieurs. Elle a d'ailleurs subi des dommages de fr. 30,700 pour dégâts aux routes et aux ponts, ainsi qu'au sol. Il est urgent de lui venir en aide.

7. Sus est encore une des communes qui ont eu le plus à souffrir, surtout en ce qui concerne les travaux d'endiguement ; elle est, en outre, si faible, économiquement parlant, qu'il lui serait bien difficile de se remonter sans de notariés secours.

8. Felsberg. Cette commune, déjà en décadence et se trouvant dans une situation fort critique avant les récentes inondations, est à peu près dans la môme position que Eothenbrunnen, en ce sens notamment qu'elle est appelée à faire de suite une dépense de fr. 4000 pour les réparations au nouveau pont sur le Ehin.

9. Schleuis est une commune tout-à-fait pauvre ; constamment menacée par les ravines, elle a déjà subi en 1834 une perte de 60,000 fl. Les digues commencées au bord du torrent ont résisté ; mais il est absolument nécessaire de les continuer, et c'est surtout à ce travail que doivent être destinés les secours à faire parvenir à cette commune.

10. Seewies. Martin Blasig (indigent) et avec lui Jean Canegg ont vu leurs bâtiments fortement endommagés ; ces dégâts s'élèvent à la somme de fr. 3755. Des pertes analogues ont été faites par J. Docus Caflisch (fr. 2500) et par Laurent Caspescher (fr. 1635).

Feuille fédérale suisse. XXI.

Année. Vol. I.

25

352

Les travaux défensifs contre le Glenner sont en corrélation avec ceux qu'on doit entreprendre à Ilanz; ils sont d'autant plus urgents qu'il n'y a pas, sur la rive gauche, de corporation astreinte à des travaux de ce genre, et que les particuliers ne sont pas en position de se garantir contre l'envahissement des eaux.

11. Ilanz. Egalement menacée par le Glenner et le Rhin, cette commune a encore une dette de fr. 44,000 pour les digues ac.tuelîement détruites. Il est nécessaire d'endiguer les deux rivières d'une manière rationnelle, parce que le village d'Ilanz et celui de Seewies, qui est situé sur l'autre rive, sont évidemment exposés au danger de dévastations plus considérables. Les dégâts causés aux travaux d'endiguement représentant une somme de fr. 62,800 la demande d'un subside fédéral pour ces malheureux inondés et pour les énormes constructions fluviales qu'ils sont appelés à faire, ne peut être repoussée.

12. Safien. Sur 89 habitants de cette commune, ayant souffert de l'inondation, il en est 28 qui ne possèdent pas de fortune. C'est à ces derniers surtout que doivent s'appliquer les secours des Confédérés.

13. Untervats. Cette commune a subi des pertes pour une somme de fr. 18,600 en travaux d'endiguement, et les dommages causés à ses terrains détruits ou ayant perdu de leur valeur représentent un capital de fr. 51,595. Sur 101 particuliers atteints, 57 sont sans fortune. Sous les deux rapports et principalement en ce qui concerne les digues, les secours pour cette commune sont parfaitement justifiés.

14. Coire. Bien que cette commune possède un capital imposable assez considérable, le plus grand nombre des particuliers qui ont eu à souffrir de l'inondation sont sans fortune (57 sur 102) et méritent dès lors qu'on ait égard à leur position dans la répartition du produit de la souscription.

15. Fläsch. Les dégâts très-importants que les eaux ont causés aux · travaux hydrauliques dans cette commune, dégâts évalués à la somme de fr. 118,000, à laquelle il faut ajouter un autre sacrifice de fr. 32,620 fait par la commune, joints aux charges qui lui incombent depuis 5 ou 6 ans pour l'endigueinent de la rivière, et qui ont épuisé ses forces, nécessitent une aide énergique.

Aussi la Commission appuie-t-elle instamment la demande formulée à cet effet.

16; Boffna. Nous avons compris dans le
total des dommages, au montant de fr. 29,995, une perte de fr. 18,000 que, d'après des renseignements officiels, les particuliers ont subie au mois de Juillet dernier. La Commission pense néanmoins qu'on doit avoir

353

égard à la somme totale lors de la répartition des secours, parce que la commune dont il s'agit, ne comptant que 148 habitants avec une fortune imposable 'de fr. 53,600 seulement, figure parmi les plus pauvres du Canton et, par conséquent, parmi celles qui ont le plus besoin de secours.

17. Churwalden, bien que possédant une fortune imposable assez importante, compte un certain nombre de particuliers qui ont été rudement frappés et qui peuvent être désignés comme ayant tout particulièrement besoin de secours.

18. Poschiavo. Il faudra nécessairement faire de grands travaux d'endiguement au lit de la Vérone; c'est principalement à cet effet qu'on réclame des subsides.

19. Münster est pauvre et a constamment à souffrir des ravines; aussi est-il urgent d'accorder à cette commune des secours soit pour les personnes qui ont été atteintes soit pour les travaux d'endiguement indispensables.

20. St. Maria se trouve dans une position identique. Ont surtout subi des dommages Marie Mader, Jean Depäder, Philippe Largiadèr et la veuve A. Pori.

21. Trimis. Au nombre des 41 particuliers qu'a frappés l'inondation il y en a 26 qui ne possèdent pas de fortune, et cette localité a subi en Août dernier, d'après une estimation officielle, une perte de fr. 30,000 provenant d'une cause toute semblable et qui n'est pas comprise dans le total de fr. 33,375. La Commission estime, en conséquence, qu'il y a lieu d'avoir égard -le plus possible aux personnes ainsi éprouvées.

Renseignements particuliers.

L'enquête sur les récents événements a montré qu'ils ont été causés principalement par les ravines que des masses d'eau considérables ont précipitées des rochers et des gorges des montagnes.

Ces ravines se sont dirigées sur les contrées basses avec une force irrésistible et ont déposé d'énormes quantités de grosses pierres et de débris de rochers dans les localités et sur les terrains avoisinants. Les galets les plus légers ont été transportés plus loin par les eaux et, mêlés à la vase, ont plus ou moins couvert les terrains de la plaine rapprochés du torrent. La quantité la plus notable de ces matières a été charriée par la Nolla, qui exerce l'influence la plus considérable et la plus préjudiciable sur le lit du Ehin et trouble encore actuellement les eaux de ce fleuve par le limon gris et graphytique qu'elle emprunte à sa source. Il y a donc, en pré-

354

mière ligne, à prendre des mesures défensives à la source de la, Nolla, afin d'arrêter les masses de terre et de pierres que ce torrent entraine dans sa course. Les autres ravines qui ont exercé des dévastations lors des dernières inondations et qui présentent un danger permanent pour l'avenir sont celles de Ringgeiibcrg au ZefrayiaTolel, de Sie Anne près de Truns, de Daccla à l'entrée de la vallée de Medels, de la Falleser-Alp (village de Schleins), de la Rtibiusa à Safien, à Gimrwalden, à la Verona (Poschiavo), et plusieurs dans la vallée de Münster.

Bien que leur action dévastatrice lors de la récente inondation n'ait pas été partout la même, ces ravines n'en resteront pas moins la cause inévitable de désastres se renouvelant sans cesse, si l'on ne prend en main leur endiguement avec la plus grande énergie.

Les ·glissements'de terrains ont surtout causé des dégâts dans les communes de l'Oberland situées sur le Rhin antérieur et sur le Rhin moyen, savoir: Tavetsch, Dissentis, Medels, puis Scharras, Almens, Felsberg et la vallée de Safien. Les couches de terre placées sur les rochers étant peu à peu désaggrégées par les masses d'eau et poussées du côté de la plaine, les dommages qu'elles causent sont en général de véritables dévastations, parce que sur les pentes abruptes et pelées on ne peut plus cultiver de nouveau le sol à cause du manque de terre et qu'on no peut non plus y fixer une couche d'humus.

Le territoire inondé comprend les communes de Haldenstein, Somvix, Brigels, Sehnaus, Ruis, Waltenspurg, Bonaduz, Tomils, Rothenbrunnen, Fürstenau, Sils, Thusis, Ems, Seewies (Oberland), en partie aussi Schleins, Safien, en outre Kästris, Untervaz, Coire, Zizers, Fläsch, Roffna, Samaden, Poschiavo, Campocologno, Ponte campovasto, Trimmis, Maienfeld.

Les eaux elles-mêmes ont aussi exercé dans une large mesure leur action préjudiciable sur le territoire inondé, en ce sens que le terrain a été ou entraîné ou tellement couvert de pierres et de débris qu'il n'est pas possible de le rendre à la culture, les Irais de l'enlèvement des galets dépassant de beaucoup la valeur du terrain qu'on regagnerait ainsi.

La position des communes et des particuliers atteints par l'inondation est donc très-pénible ; elle est môme désespérée en bien des endroits, et la population est aussi abattue par le sentiment des malheureuses conséquences qu'aurait un nouveau débordement des torrents et des hautes eaux, que par la catastrophe qu'elle vient de subir. C'est pourquoi, à peu d'exceptions près, les autorités communales nous ont partout, en son nom, exprimé le désir qu'une partie notable des secours, fussent destinés soit à l'endigue-

355 ment des ravines, soit à des constructions hydrauliques à exécuter d'après un plan rationnel, afin de garantir les propriétés encore existantes. La Commission soussignée croit devoir recommander avec instance au Conseil fédéral de prendre cette demande en considération. Si Von ne coupe pas ainsi le mal par la racine en mettant la main à l'oeuvre sans retard et avec persévérante, on peut prévoir avec certitude que la catastrophe de l'automne de 1868 ne tardera pas à être suivie d'une seconde et d'une troisième dont les proportions pourraient bien ne pas le céder à celles de la première.

Nous relevons encore les points suivants en ce qui concerne les travaux d'endiguement déjà exécutés et leur continuation, ainsi que les travaux de correction.

Si la Commission s'est convaincue qu'on ne peut se garantir contre les inondations causées par les rivières importantes qu'en construisant des digues longitudinales du genre de celles qui existent à Domleschg et au Ehin inférieur, elle a dû reconnaître aussi la convenance d'adopter le système des barrages pour l'endiguement des torrents et des ravines.

Il est facile de démontrer les avantages de ce genre de construction; ces avantages consistent dans l'efficacité remarquable et dans le peu de frais qu'occasionnent les barrages.

Tandis que les digues longitudinales au bord des rivières nécessitent de fortes dépenses à cause de leur étendue et de la grande quantité de matériaux à transporter sur place si l'on veut garantir convenablement les rives, l'endiguement des torrents peut s'opérer d'après l'autre système avec une dépense beaucoup moindre, tout en produisant des effets considérables.

Nous pouvons citer comme exemple, l'endiguement de la Valverone, auquel on doit le fait que lors des dernières inondations une partie du bourg de Poschiavo n'ait pas été détruite. Du reste, l'efficacité des barrages est généralement reconnue par les communes, de sorte que dans les localités où des ravines et des torrents non endigués ont causé des dégâts, on songe à employer autant que possible les secours éventuels à des constructions de ce genre.

Sur les points où il existe des dignes longitudinales on doit consacrer les ressources disponibles à réparer ou à compléter ces travaux.

C'est le cas dans la vallée de Munster, à Valcava, où les dignes existantes ont admirablement résisté pendant la dernière inondation.

356

Nous devons donc recommander instamment comme première mesure de sécurité la construction de barrages partout où cela est possible, parce qu'on pourra ainsi écarter dans bien des cas un danger qui devient toujours plus imminent.

Par ce moyen on fera une oeuvre des plus utiles pour lèscorrections ultérieures de rivières et l'on sauvera en même temps de la ruine un certain nombre de prairies, de pâturages et de-, forêts.

Relativement aux travaux d'endiguement du Rhin, que la Commission a rencontrés de Sedrun (Tavetsch) à Coire sur les pointa les plus importants, il y a lieu de se demander comment on les continuera à Vavenir? A cet égard la Commission a trouvé les communes très-découragées. Un grand nombre d'entr'elles ont fait depuis des années des sacrifices considérables pour l'endiguement,, qui a été opéré en partie d'après des plans donnés, en partie d'après les idées prédominantes et la direction du courant. En beaucoup d'endroits il n'est pas resté trace des travaux effectués au moyen de ces sacrifices et l'on réclame une aide financière énergique aussi bien que des conseils raisonnables et pratiques sur le mode à employer pour qxie.les digues résistent mieux à l'avenir.

Aussi la Commission a-t-elle entendu formuler fréquemment le voeu que le Gouvernement (et l'on entend par ce mot les autorités fédérales de même que les autorités cantonales) prît l'initiative des travaux à opérer par les communes pour donner unedirection rationnelle au fleuve, et surtout élaborât un plan convenable pour les constructions à élever, plan répondant aux conditions, dans lesquelles se trouve la rivière.

Or, la Commission a acquis dans ses recherches la conviction, que -les plaintes et les voeux formulés par les communes sont parfaitement fondés. Non seulement on rencontre des arrangements fluviaux tout-à-fait défectueux, opérés par des moyens artificiels, mais on peut constater encore l'emploi des systèmes d'endiguement et des constructions hydrauliques les plus divers, souvent aussi les moins propres à garantir les rives. On peut dire sans exagération qu'un certain nombre de ces constructions ont eu une part importante dans les désastres causés par les eaux et qu'elles ne répondent en aucune manière au caractère du torrent impétueux.

Si l'on se demande maintenant comment il faut remédier d'une manière efficace à ces inconvénients, la Commission doit en première ligne laisser entièrement intacte la question de savoir s'il appartient au Gouvernement du Canton ou éventuellement à la Confédération de prendre des dispositions à cet égard. Mais ellepense que les considérations générales suivantes ont assez d'importance pour qu'on doive y avoir égard dans une certaine mesure.

357

La Commission technique établira sans doute les causes des désastres qui sont survenus et l'on pourra en déduire les mesures qu'il convient surtout de prendre si l'on veut, autant qu'il est au pouvoir de l'homme de le faire, empêcher peu à peu dans l'avenir le retour d'événements analogues. Au nombre de ces mesures on comprendra probablement aussi les dispositions à adopter soit par les autorités cantonales, soit par la Confédération, en vue de s'opposer à de trop forts déboisements et de provoquer de nouveaux reboisements. Mais il est évident que ces dispositions n'aboutiront au résultat désiré qu'après un certain nombre d'années, c'est-à-dire quand on aura pu limiter les déboisements qui ne doivent pas être tolérés et que les jeunes plantations auront acquis assez de force pour pouvoir exercer une influence préservatrice.*); Dans l'intervalle, la contrée restera naturellement soumise aux dévastations qui ont pris récemment de si grandes proportions. De là naît la pensée que, surtout pour un prochain avenir, il convient de prendre les mesures qui paraîtront opportunes pour opposer une résistance suffisante aux envahissements éventuels des hautes eaux. La Commission croit en conséquence qu'il est nécessaire qu'avant tout les autorités déterminent les principes d'après lesquels doivent être exécutés les travaux d'endiguement au point de vue technique comme sous le rapport juridique. La Commission entend par là l'élaboration d'une loi sur Yendiguement ou les travaux hydrauliques, qui devrait être décrétée par les Cantons d'après certains principes ayant une application générale, soit que les Cantons en prennent eux-mêoee l'initiative, soit que la Confédération détermine à cet égard certaines bases d'après lesquelles les lois cantonales seraient élaborées.

En ce qui concerne spécialement les conditions dans lesquelles se trouve Ringgenberg, la Commission croit devoir ajouter ce qui suit à ses observations précédentes.

La grande ravine de Einggenberg s'est précipitée du 3 au 5 Octobre en deux courants sur le village depuis la gorge située derrière les maisons ; elle a emporté plusieurs bâtiments ; elle a couvert et dévasté environ 30 arpents de terrain, etc.

^Après avoir inspecté les lieux la Commission s'est demandé, eu égard aux dangers qui menacent le village : 1. S'il est à prévoir que la catastrophe se renouvelle; *) On doit observer néanmoins que d'après l'inspection superficielle l'ordonnance forestière du Canton des Grisons a commencé à produire d'excellents effets pour le reboisement des montagnes.

358

2. En cas d'affirmative, quelles sont les mesures à prendre pour parer à cette éventualité et protéger la vie et la propriété des habitants de Ringgenberg ?

Il est résulté de l'inspection de la gorge de Zafragia: a. Que grâce à des points d'appui latéraux offrant une certaine solidité, on pourrait trouver au besoin les éléments nécessaires à un endiguement ; -- mais &. Qu'il paraît encore douteux qu'on trouve à proximité des travaux et en quantité suffisante des pierres solides et résistant à l'action atmosphérique.

C'est pourquoi la Commission estime qu'il y aurait lieu de faire procéder à des études techniques exactes sur ce point, afin qu'on puisse baser sur le résultat de ces études les décisions à prendre définitivement, et surtout résoudre la question des frais de construction. Eu égard aux conditions géologiques et aux circonstances locales, il semble d'ailleurs probable que les dépenses qu'occasionnerait l'endiguement de la gorge de Zafragia et des ravins latéraux qui y aboutissent s'élèvei'ont à une somme telle, qu'on se verra dans l'obligation de chercher un autre moyeu de garantir le village de Einggenberg contre de nouveaux désastres. Il est d'autant plus nécessaire de prendre des mesures, que la Commission s'est convaincue par un examen des lieux que des masses de terre considérables dominant les deux bords de la gorge menacent de se précipiter dans la partie inférieure et de causer de nouveaux ravages. Si donc un nouvel examen devait démontrer qu'il n'est pas possible d'exécuter des travaux défensifs en cet endroit, ou que ces travaux entraîneraient des dépenses hors de proportion avec les services qu'on en attend, il faudrait étudier la question du transfert du village sur un autre point moins exposé. Cette opinion est devenue générale parmi les habitants de Einggenberg et des localités avoisinantes, ce qui explique la décision unanime qui a été prise à cet égard.

Einggonberg se compose de 34 habitations et de plusieurs étables. Il faudrait transporter ailleurs 22 maisons et un certain nombre de dépendances. Au nombre de ces maisons se trouvent, outre l'église, à peu près 3 bâtiments en bon état, solidement construits. Les autres maisons sont construites en bois comme presque toutes celles de l'Oberland.

Vu le mode de construction, il est probable qu'on pourrait transporter les maisons dont il s'agit, les bonnes et les mauvaises, pour fr. 2000 environ, en comprenant dans cette somme la perte résultant de la démolition. Nous ne comptons pas l'église au nombre de ces bâtiments. La dépense totale qu'occasionnerait la trans-

359 location s'élèverait par conséquent à fr. 40--50,000. La Commission recommanderait comme nouvel emplacement la rive. gauche du Rhin, localité saine et en plein soleil; cet emplacement lui parait incontestablement préférable à tout autre.

Les études ultérieures sur cette question indiqueront d'ailleurs les mesures qu'il convient de prendre. En terminant ici son rapport succinct, la, Commission se déclare 'prête, Monsieur le Conseiller fédéral, à vous fournir tous les renseignements plus détaillés que vous pourriez désirer.

Winterthour/Neukirch, le 27 Novembre 1868.

Au nom de la Commission, Le Président: H. Fenner.

Le Secrétaire: Ch, Burkhardt.

Tableau général de la III. Section (Canton les Grisons), Division a.

Dommages causés aux Nombre routes, aux ponts et aux Popula- des per- Fortune digues.

sonnes ayant tion. subi des imposable.

Digues.

pertes.

Routes.

Ponts.

1

Communes.

i \i

Fr.

  1. Halden stein . .
  2. Tavets eh . .
  3. Dissent Ìli .
  4. Medels i 5. Somvix. 1.

.

6. Trons 7. Brigels [ .

8. Schnau s 9. Buis 10. Walten spurg .

11. Bonadiiz .

12. Tomils 13. Rothen brunnen 14. Scharaia s .

15. Almens 16. Fursteiiau . .

17. Sus 18. Thusis 19. Ems 20. Felsber s

A reporter

. .

. .

. .

. .

. .

. .

. .

. .

. .

. .

. .

513 1,900 1,224 560 1,318 893 905 145 354 416 622 227 91 424 258 244 358 886 1,374 561 13,273

85 74 108 92 95 91 36 9 50 9 89 37 31 20 8 11 19 31 9 2

518,000 905,600 1,800,300 533,000 1,414,100 1,119,400 842,500 165,000 313,600 619,400 618,800 1,295,700 199,000 382,300 140,800 580,000 426,100 1,653,800 1,614,400 383,900

Fr.

Fr.

Fr.

42,955

980 500 300 600 1,500 3,100

1,410 800 1,900 1,900 2,310 1,800 1,900

1,215 250 18,500 9,900 11,000 750 3,800 18,600 5,340

600 300 2,600 13,000 315

Arpents. Pieds carrés.

190 24 34 .

84 76 144 1 15 51 52 61

4,000

906 15,525,700 217,000 10,465 31,155

821

7,370 2,800 20,900 26,100 21,000 8,000

285

1,220 300

Entièrement détruit.

Superficie.

57 1 2 1 8 1 4 6

18,520

Dommages causés aux bâtiments.

Dommages causés au sol 3t aux cultures.

Fr.

Ayant Ayant perdu de subi des Arbres.

domsa valeur. mages.

Fr.

Fr.

Fr.

35,000 112,700 19,600 5,845 500 9,890 28,700 16,710 34,500 82,925 38,000 42,430 26,300 5,160 4,300 11,680 23,500 18,770 35,900 28,805 53,175

10,130 1,120 5,065 11,245 2,450 18,525 405

1,125 1,140 165

335

25

1,900 8,300 6,500 20,000 25,000 6,800 34,300 14,000

14,100 520 930 635 470 1,915 l,8ie 520

22,355

55 655 4,915 3,985 600 15,000

3,100 435,655

t

Fr.

Entière- Endomment magé.

détruit.

Fr.

Fr.

TOTAL des pertes.

Meubles, instruments.

Bétail.

Provisions .

Divers.

Fr.

Fr.

Fr.

Fr.

14,840

130 420 1,710 640 75 440 245

1,000 3,250 1,520 1,540

500

1,000

70,18

Fruits.

Perte d'avoir mobilier.

j

975 140

670

400 190 2,000 480

850

960

80 33,500

1,600

50

855 1,530

275 20 25.

25

6

80 240

"

3,695 20,965

1,000

7,810

4,565

1,680

1,000

1,600

37,675

1,920

Fr.

183,015 8,265 21,775 34,635 115,040 80,665 18,705 12,870 24,075 63,285 94,825 855 57,130 520 8,435 4,090 27,505 32,540 · 27,015 27,520 842,765

i i

k

Dommages causés aux Nombre routes, aux ponts et aux des perdigues.

Popula- sonnes Fortune ayant tion. subi des imposable pertes.

Routes. Ponts.

Digues.

Communes.

Fr.

Report .

21. Seewis (Oberland) 22. Schleuis » 2 3 . Ilanz . . . .

24. Versam 25. Kästris 26. Sagens 27. Tenna 2 8 . Tschappina . . .

29. Safien 3 0 . Unter vatz . . .

31. Coire 32. Zizers 33. Fläsch 3 4 . Churwalden . . .

35. Roffna 36. Samaden .

37. Celerina 3 8 . Poschiavo . . .

39. Brusio

.

.

13,273 181 366 658 372 438 474 160 .

250 606 . 1,065 6,990 1,055 451 .

632 148 516 290 . 2,741 1 1,036 40. Campocologno . . . | A reporter

. . 31,702

906 20 36 6 2 40 11 5 14 89 102 73 35 90 14 50 6 2 166 88

15,525,700 125,700 220,600 1,265,800 581,800 484,500 745,400 266,000 303,300 765,000 1,046,000 19,544,300 1,709,500 1,082,400 868,700 53,600 3,940,400 1,586,900 3,732,900

Fr.

Fr.

Fr.

217,000 10,465 31,155 2,300 1,565 7,650 61,800 1,000

3,130

1,400

200

9,150 18,600 15,400 2,000 118,000 2,600 50 16,000 2,550 14,320 15,970

1,100 300

2,500 50 >

2,550 1,200

1,080 150 300

300

3,035 820

190 1,600

Superficie.

Arpents. Pieds carrés.

821 21 18 31 4 15 5 4 45 ?

155 85 1 120 4 27 11 1 38 8

Fr.

3,100 435,655 27,900 12,920 15,200 8,635 14,200 13,300 4,400 26,810 4,865 20,700 1,450 20,000 1,550 20,000 15,220 ?

24,450 7,600 36,600 4,000 560 16,490 3,790 23,800 1,155

25,600 23,700

3,565 22,845

4

14,000

11,685

1,416

6,310

6,000

1,775 55,059,200 510,790 19,570 43,120

Ayant Entière- ' Ayant subi des ment ' perdu de dom- Arbres.

détruit, sa valeur. mages.

25,000 34,400 6,500 38,500

1,210,700 20

Dommages causés aux bâtiments.

Dommages causés au sol et aux cultures.

1

1

Fr.

Fr.

70,180 1,330 7 920 3,980

17,055 14,995 8,615 70 12,500 730 4,900 2,000 500 7,865

643,835 155,145

?OTAL , des /pertes.

Fruits.

Entièrement détruit.

Endommagé.

Meubles, instruments.

Bétail.

Provisions.

Divers.

Fr.

Fr.

Fr.

Fr.

Fr.

Fr.

Fr.

Fr.

3,695

20,965

37,675

1,920

900 240 30 4,500 160

1,790 715

Perte d'avoir mobilier.

250 20

7,810 2,350

40

130

1,680

1,250

~

250

3.,450

150

4,565

2,155 415 2,'9!0 70 890

i;ooo

Fr.

750 40

5,115

140 800

1,165

1,185 300

7,450 55

585

165

480

520 850

30

ï/ J 130 315

50

842,765 20,150 26,670 81,970 4,720 15,935 2,345 1,750 15,220 65,360 72,495 27,030 2,485 153,760.

10.385 29,995 19,455 3,050 · 29,615 43,215 17,685

40

8,665

28,815 14,860 19,805

3,235

1,330 40,430

2,415

1,492,055

Dommages causés aux Nombre routes , aux ponts et aux des perPopula- sonnes Fortune digues.

lation. ayant imposable.

subi des pertes.

Digues. Routes. Ponts.

Communes.

Fr.

Report .

41. Ponte Campovasto 4 2 . Madulein . . .

43. Münster 4 4 . Ste-Maria . . .

45. Valcava . .

4 6 . Fuldera . . . .

4 7 . Cierfs . . . .

48. Schuls . .

49. Malix 50. Stampa 51. Coltura 5 2 . Valencias . . . .

5 3 . Trimmis . . . .

54. Riein 55. Seewis (Prättigau) 5 6 . Maienfeld . . .

. 31,702 232 .

.

87 473 439 .

206 141 150 945 400 I 362 | 529 849 "203 .

.

Fr.

Fr.

Fr.

1,775 55,059,200 510,790 19,570 43,120 19 1,127,200 3,555 815 600 1 150 229,000 1,125 100 38 1,200 583,300 20,800 63 800 979,500 14,320 1,000 1 311,800 4,500 30 20 21 90 30 145,900 3,500 31 151,000 400 200 50 ·1 1,787,600 1,360 780 480 2 870,100 2 872,900 2 100 3 100 703,200 41 1,034,900 13,120 2' 153,400 4,565

Dommages causés aux bâtiments.

Dommages causés au sol et aux cultures.

Superficie.

Entièrement détruit.

Arpents. Pieds carrés.

Fr.

19 36

6,310 32,200 7,500 17,200 24,800

643,835 7,195 195 11,175 5,695

24 6

30,160 35,700 28,700

1,416 8

26 26 4 18

7,500 20,000

Ayant Ayant subi perdu de dom-des Arbres.

sa valeur mages.

Fr. l 155,145

Fr.

Entière- Endomment détruit. magé.

Meubles, instruments.

Fr.

Fr.

Fr.

8,665 28,815 14,860 19,805

Fr.

3,235

Fruits.

Fr.

Bétail.

Fr.

Provisions.

Fr.

40,430

TOTAL des pertes.

Dirers.

Fr.

Fr.

60

2,415 1,492,055 2,580 16,925 1,570 35,205 105 47,115 4,550 7,610 4,700 2,620 295 3,760

480

3,760 2,110 33,375 300 435 5,900

40

2,000

1,880 10,580

7,000

340 2,630

3,650 720

200

240 1,700

55 2,000

1,700 1,910 17,000

2,060

450

2,450

32

Perte d'avoir mobilier.

1,330

180 2,050

2,030

2,050

150 905

475

105

500

355

200

100 435

855

jt

57. Grisons, Dommages de l'Etat, Section a et b

111,130 53,810 41,480

206,420

*) 3,500

K>

Total

. . 36,718

2,002 64,009,000 689,165 75,980 88,545

1,620

10,070

693,615 178,54()

580

18,3*15 32,075 20,390 22,735

4,290

1,805

41,070

5,100

1,868,705

1 B

) Ces fr. 3500 sont portés par erreur dans l'une des 3 rubriques ,,Dommages »ux routes, ponts et constructions hydrauliques (les matériai13 existant s ne founlissent pas d'indicati ons suffisa ntes) et fig urent ain si à^doub e dans ce tableau ; ils ne sont cependant portés qu'une fois à la rubrique ,,Dommage total."

361

# S T #

RAPPORT de la

Commission fédérale d'estimation pour les dommages causés par les inondations.

1868.

IIIe section (Canton des Grisons), division ».

La Section qui était chargée seule de procéder aux estimations des dommages causés dans le Canton des Grisons par les récentes inondations a laissé les communes et les cercles suivants à l'examen de la division b, appelée le 6 Novembre par le Conseil fédéral à fonctionner dans ce Canton: I. Le cercle de Misocco, comprenant la commune de Misocco.

II. Le cercle de Calanca, comprenant les communes de Santa Domenica, Cauco, Augia, Eossa.

III. Le cercle de Rheinwald, comprenant les communes de Sufers, Splügen, Medels, Nufenen, Hinterrhein.

IV. Le cercle de Schams, comprenant les communes de Donath, Mathon, Pazzen-Pardun, Kasti, Pignieu, Zillis, Andeer.

V. Le cercle d'Avers, comprenant la commune d'Avers.

VI. Le cercle de Lugnetz, comprenant les communes de Pitasch, de Peiden, de Villa, de Furth, de St. Martin, de Vais et d'Oberkastels.

Le Comité de secours de Coire a indiqué ultérieurement les communes de Vrin, dans le cercle de Lugnetz, et de Mastrils près

Schweizerisches Bundesarchiv, Digitale Amtsdruckschriften Archives fédérales suisses, Publications officielles numérisées Archivio federale svizzero, Pubblicazioni ufficiali digitali

RAPPORT FINAL de la IIIe section (Canton des Grisons), division a. (Le dossier renferme, outre le présent rapport, un procès-verbal détaillé, qui fournit, les renseignements nécessaires sur les occupations journalières de MM les experts pendant tout ...

In

Bundesblatt

Dans

Feuille fédérale

In

Foglio federale

Jahr

1869

Année Anno Band

1

Volume Volume Heft

09

Cahier Numero Geschäftsnummer

---

Numéro d'affaire Numero dell'oggetto Datum

06.03.1869

Date Data Seite

345-361

Page Pagina Ref. No

10 061 128

Das Dokument wurde durch das Schweizerische Bundesarchiv digitalisiert.

Le document a été digitalisé par les. Archives Fédérales Suisses.

Il documento è stato digitalizzato dell'Archivio federale svizzero.