299

# S T #

RAPPORT de la

première section de la Commission fédérale pour l'estimation des dommages causés par les inondations.

Monsieur le Conseiller fédéral!

La Commission soussignée s'est rendue le 26 Octobre à Bellinzone, où elle a été reçue par MM. les Conseillers d'Etat Forni et Franchini, accompagnés de Mr. le colonel Fraschina, ingénieur en chef, et où tous les renseignements désirables lui ont été donnés relativement au mode à suivre pour les estimations.

Le Gouvernement cantonal mit à la disposition de la Commission Mr. l'ingénieur Joseph Bonzanigo, qui a accompagné cette dernière dans ses courses et a contribué pour une large part à l'accélération des travaux aussi bien par son zèle que par sa connaissance de la langue allemande. La Commission n'a pas été moins secondée dans sa course dans le "Val Blenio par 16 commissaire du Gouvernement pour cette contrée, Mr. François Pagani, qui, à cette occasion, a fait preuve de la plus grande complaisance.

La Commission avait pris pour secrétaire Mr. l'ingénieur Ulysse de Gugelberg, de Mayenfeld.

Nous suivrons dans le présent rapport l'ordre que nous avons observé pour les estimations, en parlant d'abord du Val Blenio, pour passer ensuite à la Léventine, puis au Canton d'Uri.

300-

Val Bleoio.

Prédestinée à servir de théâtre à de grands phénomènes do la, nature, la: vallée qui s'étend- de Biasca à Olivone a vu dans le cours des siècles plusieurs : éboulements de montagnes et bien des inondations. Et ce qu'ont épargné les montagnes et les eaux reste exposé aux. menaces continuelles des avalanches.

Malgré ces avertissements de la nature, il ne paraît pas qu'on ait apporté beaucoup de prévoyance dans la colonisation de cette vallée; qui n'est pas antérieure au Xme siècle, et dont les plus anciens monuments consistent en quelques clochers appartenant au style roman.

Sur les bords du Tessin aux eaux rapides, au pied des montagnes et des torrents impétueux, à mi-côte et jusque sur les hauteurs, la vallée est parsemée de groupes de maisons parmi lesquelles le voyageur est surpris de rencontrer un certain nombredé fort belles habitations. On n'a pas laissé un seul pouce "de terre cultivable sans l'utiliser pour des prés, des champs, des plantations d'arbres, parmi lesquels on remarque particulièrement les noyers et les châtaigniers; le sol dévasté par de précédentes inondations a été lui-même, depuis 20 à 30 ans, transformé en des champs fertiles, en des vignobles où, sur de hauts espaliers, on cultive avec sucées la vigne et môme le mûrier depuis quelque temps. Il est vrai qu'on a aussi déboisé fort imprudemment les montagnes, de sorte que jusqu'à mi-hauteur ces dernières sont presque entièrement dépouillées de leurs arbres, 'ce qui a enlevé beaucoup de sa solidité au sol des penchants abruptes.

La nature a coutume d'user sans ménagements de ses droits vis-à-vis de l'homme: la vallée saus défiance fut surprise par un de ces événements qui échappent à tous les calculs et se rient de tous les efforts humains.

; ·· Après plusieurs semaines de pluies abondantes, on vit.se déchaîner le 27 Septembre ce terrible orage qui s'étendit sur les montagnes du Valais jusqu'aux Grisons'et paraît avoir atteint son point culminant dans la contrée du Val Elenio. Au dire des bergers, la pluie ne tombait plus en gouttes sur les montagnes, mais sous forme de masses d'eau se précipitant sans interruption,, et beaucoup de personnes affirment avoir remarqué des , secousses de tremblement de terre dans la nuit du 27 au 28 Septembre.

Il ne rentre pas dans le mandat de la Commission de développer les influences météorologiques, électro-magnétiques ou plutoniques qui peuvent avoir provoqué l'immense catastrophe dont nous avons à nous occuper. Qu'il suffise de constater ici que, le 27 Sep-

301

tembre à 10 heures du soir et au milieu des éclats de la foudre, d'énormes masses d'eau se précipitèrent tout-à-coup des vallées de Compietto, de Campo et de Cambra, ainsi que du Val Soglia, formant d'innombrables torrents ; que ces eaux charriaient âme grande quantité.de galets parmilesquels se trouvaient jusqu'à des bloes de rocher, de 1000 pieds, oubes, et qu'en même temps il-se produisit sur divers points ,du .Val Blenio et de-la Léventinedos glissements de, terrain et des.écoulements; considérables. ..

Ces niasses d'eau .et,, de; galets -durent exercer-'des-,ravages d'autant plus grands, qu'elles descendaient la vallée ; par une pente moyenne, de 3 °/0- Le Brenno .devint, un torrent impétueux,.auquel rien ne put résister.

.* , , , D'Olivone à Biasca, les bords du fleuve-ont. été-enlevés-ou-dévastés, le lit tantôt profondément creusé, tantôt .comblé à une certaine hauteur, s'est étendu en certains endroits sur toute la largeur de la vallée. De magnifiques champs, surtout à Aquarossa, à Dongio, à Malvaglia et à Poleggio, ont disparu sans laisser de traces» et l'on ne peut plus reconnaître leur, étendue que par quelques-troncs d'arbres ou quelques ruines. de bâtiments, qui s'élèvent sur le terrain jonché de pierres. Des ruptures considérables, et;menaçantes: se sont produites sur le, bord,de,la;,rivière, notamment à Olivone et près de Malvaglia. -Tout; ce qui--se trouvait.sur le passage ;de l'élément destructeur, tels que ponts, digues, murs; maisons, écuries; a été ou complètement enlevé par-les flots ou ruiné de fond en comble-; une quantité de. moulins; de scieries, placés sur.les bordsdé la rivière, ont disparu; des tronçons entiers de la route construite sur des murs de soutènement le long dupied; de la montagne ont été détruits. , , . , .

. . . .

, .

L'action des torrents-a été plusterrible encore quoique les dommages qu'ils ont causés- soient moins considérables :dans" la partie supérieure la plupart de ces torrents se sont creusé un lit plus large, et leurs.eaux,.parvenues au pied des pentes abruptes se sont répandues à droite, et à gauche sur la plaine," qu'elles ont couverte d'une couche. 4? pierres et de rochers de. plusieurs,mètres de hauteur.

., .

.

: > Bien des dégâtsCausés à'la route proviennent deces torrents; mais ils ont surtout exercé leurs ravages sur les habitations, dont plusieurs ont été emportées. Quittant leur lit habituel, les eaux se sont, en plusieurs endroits, précipitées à travers les villages; elles ont fait écrouler ou- ont enlevé une partie des maisons et ont rempli les autres de limon et de masses de pierres. Torre, Lottigna, Comprovasco, Semione sont en partie détruits ; Grumo est en majeure -partie dévasté et couvert de décombres ; Loderio est combla

302

-

-

·de telle sorte qu'on ne voit plus que les faîtes de quelques maisons et le clocher de l'église.

Les glissements de terrain n'ont pas eu des effets moins désastreux, surtout dans les régions élevées, dans le Val Soglia, le Val Maglia et au-dessus de Semione, où ils ont causé des dommages considérables. Le village élevé de Cuiniasca, en particulier, a eu le malheur de se trouver sur le passage d'une de ces avalanches de terre, qui a complètement détruit et enseveli 15 maisons. 20 personnes y ont trouvé la mort ; plusieurs personnes ont également péri à Semione et h Malvaglia.

La position des habitants pendant la catastrophe a dû être effrayante. Ces braves gens, du reste enclins à la 'peur, n'ont pas encore pu se remettre de La terreur qu'ils ont éprouvée durant cette nuit affreuse où, réveillés par les éléments en fureur, au milieu de l'obscurité la plus complète et d'une pluie torrentielle accompagnée des éclats de la foudra, ils ont quitté leurs demeures, beaucoup même leur village, sans savoir de quel côté le danger était le pins imminent ni comment ils se mettraient à l'abri des niasses d'eau et de pierres. On raconte dans ce malheureux village des scènes déchirantes de cette terrible nuit du 27 au 28 Septembre, dans laquelle beaucoup ont perdu la vie, d'autres la raison, presque tous leur avoir en tout ou en partie.

Découragés, abattus, ils jettent leurs regards sur le tombeau de leur bien-être passé ; ils ne peuvent encore concevoir comment une seule nuit les a privés du fruit du travail de tant d'années ; ils ne voient pas le moindre rayon d'espérance pour l'avenir et ils sont à peine en état de se mettre à l'oeuvre pour débarrasser leurs maisons et leurs cours du limon et des masses de pierres qui les couvrent.

Cette prostration pèse plus en ce moment sur la population que ie désastre matériel, plus que les privations auxquelles elle est exposée et qu'elle supporte avec une résignation et une frugalité toutes méridionales. Pour le moment il a été satisfait suffisamment et avec un zèle des plus louables aux besoins que ces pauvres gens considèrent comme étant les plus impérieux au point de vue des aliments, des vêtements et des logements provisoires; ceux qui ont le moins souffert se sont empressés d'offrir un asile à leurs parents ou leurs voisins plus cruellement atteints,- et ils ont partagé avec eux les produits abondants de la dernière récolte.

On ' ne se trouve donc pas en présence d'un dénuement absolu, et l'on n'aperçoit pas la moindre trace de mendicité; mais îl n'est que trop à craindre que la misère n'augmente bientôt dans tine proportion alarmante, l'état de choses actuel ne pouvant pas ·durer longtemps.

303

Les dégâts dans le Val Elenio ont été évalués dans les tableaux annexés au présent rapport à une somme de fr. 2,110,566, soit à plus de '/,, de la. fortune générale, laquelle s'élève à peu près à 8 millions. Les 19 communes de la vallée ont participé aux dommages, et si l'on attribue en moyenne 3 ou 4 personnes à chacun des chefs de famille qui ont subi des pertes, l'on trouve que la grande majorité de la population a été atteinte par le fléau.

Le nombre total des participants aux pertes est de 2130 pour 11,600 âmes de population; U faut observer toutefois que des personnes peuvent avoir été portées plusieurs fois sur les tableaux parce qu'elles possédaient des propriétés dans diverses communes.

Du reste, on trouve souvent que tous les habitants d'un village sont indiqués comme ayant subi des pertes, chacun d'eux possédant en divers endroits de petites pièces de terre qui ne mesurent parfois que quelques perches, et dont l'une ou l'autre a souffert du passage des eaux. On peut donc constater ici que les inconvénients que présente au point de vue agricole l'extrême morcellement des terres, fort en usage dans les contrées élevées du Tessin, sont compensés par les avantages d'une répartition plus générale du dommage.

Il résulte des chiffres ci-dessus que non-seulement les inondations récentes dans le Val Elenio ont causé des pertes aux propriétaires, mais qu'elles ont en outre apporté une perturbation dans l'état économique de toute la vallée.

En effet, les produits de l'agriculture et de l'élève des bestiaux, seules branches d'activité des habitants de cette vallée, ne suffisent pas aux besoins de la population, quelque sobre et laborieuse qu'elle -soit, de sorte que dès longtemps l'émigration périodique y est devenue une nécessité. Presque tous les hommes en état de travailler quittent la vallée à certaines époques pour exercer à l'étranger leurs forces et leurs aptitudes, après quoi ils retournent · dans leur famille avec leurs économies. Pendant ce temps la population féminine se charge des travaux du ménage et de la culture des terres. Cependant l'émigrant du Val Elenio montre, comme tous les montagnards, cet attachement tenace a ses montagnes, qui donne au sol une valeur vénale souvent de beaucoup supérieure à la valeur dépendant du produit. Celui qui a été plus ou moins favorisé de la fortune ne manque jamais non plus de rejoindre sa chère vallée et d'embellir son village en y construisant une jolie maison d'habitation.

C'est ce qui a pu jusqu'à présent équilibrer le bilan économique de la vallée ; mais les récents événements ont fait une brèche qui menace sérieusement son existence toute modeste. La perte conFeuille fédérale suisse. Année XXI.

Vol. I.

22

304

sidérable de prés et de pâturages a pour conséquence inévitable la réduction du bétail, et l'on commence déjà à s'en apercevoir; 011 ne ressentira pas moins, dès l'année prochaine, la diminution des récoltes de maïs et de pommes-de-terre, qui constituent avec les châtaignes l'aliment principal de la population.

Il ne faut pas songer à rendre à la culture la plus grande partie des champs qui ont été dévastés ; tout au plus pourrait-on, par la suite des temps, recouvrir d'une sorte d'humus ces galets granitiques absolument improductifs en y plantant des arbustes et en y transportant de la vase. Les champs qui ont été simplement recouverts par les eaux ne pourront pas non plus être rendus à la culture sans des travaux considérables, parce que le sable et les galets ne constituant pas du limon, mais étant absolument improductifs par leur nature, il sera nécessaire de les enlever complètement.

D'autre part, les changements survenus dans le lit du Tessin et dans celui des torrents obligeront bon nombre de localités à faire des sacrifices immédiats pour garantir jusqu'à un certain point leur existence et celle des champs qui leur restent; Olivone, Malvaglia, Dongio doivent se protéger fortement contre le Tessin, et Campo, Grumo, Lottigna, Semione auront à se défendre contre les torrents par des travaux d'endiguement. Mais où en trouveront-ils les moyens? Les digues construites dans ces dix dernières années ne sont pas encore payées, et elles ont disparu avec les champs qu'elles devaient protéger, ne laissant derrière elles que les dettes qu'on a contractées poxir les élever!

On ne peut trouver à redire aux habitants du Val Elenio de ce que, sous la pression des circonstances, ils appellent instamment le secours de la Confédération et attendent même leur salut des routes alpestres et du chemin de fer par le Luckmanier.

En attendant ils se sont empressés de faire les travaux nécessaires pour rendre provisoirement à la circulation des voitures la route cantonale, qui pendant plusieurs semaines n'a été accessible qu'aux piétons. Près de Malvaglia toute la population du village s'est mise à l'oeuvre, les hommes avec la pioche et la pelle, les femmes tirant 20 ou 30 à une corde pour débarrasser la route des bloes de rochers, les enfants portant de plus petites pierres sur leurs épaules.

Mais ce dont cette
malheureuse vallée a le besoin le plus urgent, c'est surtout de conseils pratiques et éclairés qui lui rendent la confiance en l'avenir; il lui faut une direction pour les travaux qui doivent garantir ses localités contre les dangers les plus im-

305

miuents; il lui faut les secours pécuniaires des confédérés pour exécuter ces travaux.

La Commission croit donc de son devoir de recommander aux hautes Autorités le Val Elenio, atteint dans une plus forte proportion et d'une manière plus terrible que bien d'autres vallées.

Léventine.

Ceux qui ont traversé le St. Gothard connaissent la Léventine avec ses parois de rochers qui pendant des mois interceptent en plusieurs endroits les rayons du soleil et forcent beaucoup d'habitants à rechercher durant l'hiver le séjour des montagnes. Ces parois s'ouvrent plus loin et laissent l'espace nécessaire à des localités très-peuplées possédant des prés et des vignes.

Voisine du Val Elenio, cette vallée a eu le sort de cette dernière lors de la récente catastrophe, bien que la nature se soit .

servie d'éléments un peu différents. Tandis que dans le val Elenio le Brenne a joué le rôle principal, ce sont ici les torrents qui ont causé le plus de dégâts.

. Personico, Chiggiogna, Faido ont souffert, mais surtout Sodio et Giornico, où les eaux ont traversé les villages, détruit beaucoup de maisons, d'écuries et d'autres bâtiments, couvert de galets les routes, les jardins et les champs à une hauteur de plusieurs mètres et transformé les vignes en un chaos de pierres. Un certain nombre de maisons ont été tellement remplies de débris que le rez-dechaussée est devenu un souterrain et le premier étage un rez-dechaussée.

21 personnes ont péri à Bodio, soit en voulant se défendre contre les eaux, sooit parce qu'elles ne pouvaient pas fuir ; d'autres n'ont pu être sauvées qu'à grand'peine.

Le Tessin n'est pas non plus resté dans son état normal, bien que, fort heureusement, il n'ait atteint que plus tard son niveau le plus élevé. Dans toute la vallée en aval les rives ont été détruites, les ponts et les routes emportés ou endommagés; à Poleggio et à Biasea beaucoup de prés et de vignes ont été anéantis ou couverts de galets et envahis par les eaux. Le Brenno a causé en outre des dégâts considérables dans le village de Poleggio, qui se trouvait pris ainsi de deux côtés à la fois.

En somme, c'est la partie inférieure de la Léventine qui a le plus souffert, depuis Giornico jusqu'à Biasea, tandis que la partie septentrionale a subi des pertes nombreuses, mais de peu d'importance pour la plupart.

Aussi l'action de l'élément destructeur s'est-elle fait sentir infiniment moins sur l'état général de cette vallée que sur celui du Val Elenio ; on doit d'ailleurs, pour l'apprécier équitablement, faire

306

entrer en ligne de compte l'influence de la grande route internationale à travers le St. Gothard. Toutefois les communes de la.

partie inférieure se trouvent à peu près dans une position aussi triste que leurs voisines du Val Elenio. Giornico, Bodio, Personico ont un besoin urgent de digues pour les protéger contre les torrents, qui ont modifié leur cours, et Poleggio contre les brusques envahissements du Brenno. Ici, comme dans le Val Elenio, il y aurait lieu de consacrer à ces travaux une partie des fonds souscrits par la Confédération.

En faisant le voyage de Faido à Airolo, et tandis qu'au pied du gigantesque St. Gothard elle attendait que le passage lui fût ouvert, la Commission a eu amplement l'occasion de se rendre compte de la facilité et de l'agrément du service des voies alpestres pendant l'hiver.

A peu d'exceptions près, les estimations sur cette partie du trajet ont été interrompues par une forte neige, de sorte que la Commission a dû se borner à contrôler aussi bien que possible les listes dressées par les autorités locales. -- Elle n'a pas pu se rendre non plus à Bedretto et dans le village incendié do Fontana ; par contre, elle est allée visiter à Airolo quelques-unes des malheureuses familles victimes de l'incendie, et elle a pu constater que la plupart des incendiés ont été reçus très-hospitalièrement dans cette localité, où l'on a pourvu à leurs besoins autant qu'on peut le faire dans des circonstances semblables. Espérons qu'on saura, apprécier et appuyer la noble conduite d'Airolo !

En terminant notre rapport sur le Canton du Tessin, nous devons faire encore quelques remarques touchant les estimations.

La Commission ne peut se dissimuler que l'interruption forcée du travail d'estimation a eu pour conséquence de donner un certain avantage aux communes qui n'ont pu faire l'objet d'une étude exacte, sur celles où l'estimation a pour base un examen personnel de l'état des lieux et a été faite par les commissaires euxmêmes, tout au moins en ce qui concerne la somme totale.

11 faut observer en outre que les estimations ne se rapportent qu'à des objets réellement détruits et endommagés ou indiqués comme tels; nous n'avons pas fait entrer en ligne de compte les dépenses qu'occasionnera la construction de digues devenues nécessaires, il est vrai, mais qui n'existaient pas auparavant; nous n'avons pas mentionné non plus dans ce cas la dépréciation des propriétés ainsi atteintes.

307

La Commission admet qu'en se servant des tableaux pour la répartition du produit de la souscription, on tiendra compte soit de ce facteur soit d'autres encore, sur lesquels elle n'a pu baser ses estimations.

Pour éta,blir les droits d'une commune dans la répartition il faut considérer non pas seulement l'étendue du dommage qu'elle a subi, mais en outre le rapport de ce dommage avec les ressources dont elle peut, encore disposer; il faut de même,'quant aux particuliers, prendre en considération leurs aptitudes physiques et morales, les moyens qu'ils ont de gag-uer leur vie, l'état de leur famille, etc.

De l'autre côté, l'on ne peut prendre pour base certaine la fortune imposable telle qu'elle est indiquée dans les tableaux, parce que ces chiffres peuvent être modifiés sous plus d'un rapport par les dettes, par la possession de biens .dans d'autres communes, par la propriété collective, etc.

Les estimations devront donc servir .principalement à, déterminer la quote-part revenant à chaque Canton, à chaque vallée ou à chaque commune, tandis que la répartition entre les particuliers et même entre les communes ne pourra se faire en tout cas qu'avec la coopération des autorités locales.

Canton d'Uri.

Le 10 Novembre la Commission pénétra dans la vallée d'Urseren couverte de neige et forcée de garder cette parure jusqu'au mois de Mai prochain.

Les dégâts s'étendent sur toute cette vallée, depuis Realp jusqu'à Andermatt, mais ils n'ont qu'une importance secondaire.

MM. Damioth, Conseiller d'Etat, et Indergand, architecte, ont eu l'obligeance d'accompagner la Commission à Ainsteg, en -passant par Wasen, où le Mayentìidl a -particulièrement souffert, dit-on.

A Amsteg, le Kastelenbach, qui descend du Maderanerthal, a causé des dévastations d'une certaine gravité. Plusieurs maisons ont été emportées, d'autres ont subi des avaries, le pont a été en partie détruit et plusieurs jardins sont entièrement dévastés.

En aval d'Amsteg les dégâts ont été presque exclusivement causés par la Reuss. Les digues construites le long de la -rivière ne pouvaient opposer une résistance suffisante parce qu'elles n'ont pas été élevées d'après un plan uniforme ; elles ont été renversées sur plusieurs points, ce qui a produit des brèches et causé des dommages aux terrains avoisinants. Il est fort à recommander

308

qu'on entreprenne par la suite une correction du fleuve d'après un plan unique et avec de l'uniformité dans l'exécution.

Il est à remarquer néanmoins qu'à l'heure du danger une des oeuvres les plus importantes de l'iiydroteclmique n'a pas résisté davantage à l'élément destructeur. Les fortes digues qui conduisent la Reuss depuis Attinghausen jusque dans le lac n'ont pu soutenir le choc des eaux, qui se précipitaient avec d'autant plus de force que le niveau du lac était passablement bas. Ces digues sont détruites sur une longueur d'environ 4000 pieds, et, dans les conditions où se trouve cette localité, il paraîtrait prudent de ne les rétablir que lorsque la rivière aura produit elle-même un atterrissement suffisant.

Un des rares torrents qu'on rencontre clans le Canton d'Uri est la Palanca, qui a amené dans la vallée une quantité notable de galets et a ainsi causé des dégradations sur ses bords. A.\\ moyen de travaux convenables on l'obligerait probablement à déposer ses galets plus haut dans la montagne.

Les dommages causés dans le Canton d'Uri ne sont pas, comme dans le Tessin, en corrélation avec un phénomène atmosphérique d'une nature particulière; ils sont la conséquence des pluies torrentielles du mois de Septembre et n'ont que le caractère des dégâts occasionnés par une inondation passagère, tandis que de l'autre côté du St. Gothard ce caractère n'est pas suffisant.

Ce qui doit avoir aussi contribué à restreindre l'action des eaux, c'est que les couches sont ici plus solides et moins disposées aux éboulements, et que les montagnes sont mieux boisées ; enfin, il faudra moins de temps pour rendre à la culture les champs recouverts par les masses minérales, parce que des pierres et de la vase calcaire sont môlées aux galets.

La neige étant tombée plus tôt que d'habitude, nous n'avons pu procéder aux estimations d'une manière aussi complète que nous l'aurions dé.siré ; nous avons pu cependant constater sur place presque tous les dégâts depuis Airisteg en descendant la vallèe. Un grand nombre d'entre eux proviennent d'une petite inondation qui a eu lieu en Juillet dernier; nous les avons indiqués dans nos tableaux avec les autres, bien que ce mode de procéder ne fût pas absolument justifié.

Arrivée au bord du lac des -Quatre-Cantons, la Commission n'avait plus qu'à mettre en ordre et à combiner les renseignements nombreux et passablement embrouillés qu'elle s'était procurés. Cette partie de sa mission est également achevée.

309

D'après les détails fournis sur les estimations, à la suite du présent rapport, les dommages causés dans la section dont nous étions chargés s'élèvent au chifires suivants: Dans le Tessin 3,798 personnes ayant subi des dommages pour .

.

.

. f r . 4,086,832 » le Canton d'Uri 502 personnes ayant subi des dommages pour .

. » 513,957 En tout

4,300 personnes ayant subi, des dommages pour . fr. 4,600,789 En terminant leur rapport, les soussignés ont l'honneur de vous renouveler, Monsieur le Conseiller fédéral, l'assurance de leur parfaite considération. .

Bàie, le 10 Décembre 1868.

Les membres de la première section de la Commission fédérale pour l'estimation des dommages causés par les inondations.

En leur nom, Le Président: J. J. Stehelin-Burckhardt.

310

Val Nombre Chiffre des personnes ayant subi de la des dommages.

popu. ·^ .

«fr. =2 £ lation. "oe > C s ce

0.

Communes.

11 5 »·

Dommages causés aux Fortune routes, aux ponts el imposable. aux travaux hydrauliques.

·

Fr.

167 177 930 1,232

120 63 111 113 610 185 13.6

335 622 466 453 561 2,110

919

39 34 90 168 100 48 59 8 95 40 46 61 108 171 84 120 272 168

2,324 (. 75v

(344

11,634 2,130

38 1 20 6 27 4 35 30 35 30 21 8 26 22 29 9 4 14 25 2 25 15 45 15 22 43 92 29 43 162

40 30 114 15 15 84

Ghirone . . .

Campo . . . .

Olivone . . . .

Aquila . . . .

Torre . . . .

Gruma . . . .

Lottigna Largano . . .

Ponte Valentina .

Marolta . . . .

Castro . . . .

Prugiasco . . .

Leontiea . . .

Corzoneso . . .

Ludiano Dongio . . . .

Malvaglia . .

Sermone Loderio-Biasea Biasca . . . .

Route de Loderio à Ludiano Eoute de Castro à Prugiasco .

Route cantonale .

Total

111,950 113,929 1,202,415 731,146 172,801 53,869 208,166 49,610 415,432 62,074 92,221 299,855 402,488 322,655 271,122 347,380 980,900 520,251

--

Fr.

3,200 4,400 1,500

-- 1,400 --225 -- -- -- -- _.

--

60,000 45,000

1,613,562

40,750

--

16,800

--

46,550 170,050

7,971,826 389,875

311

Elenio.

Répartition Domdu « Dommages DomTotal causés aux mages cau- mages cau- Total des des terres et sés aux dommages.

aux produits sés aux dommages.

biens Communes du sol. Bâtiments.

meubles.

et Particuliers.

patriciats.

Fr.

Fr.

Fr.

Fr.

Fr.

Fr.

8,780 1,200 2,321 3,400 60,983 8,580 26,560 16,500 28,878 5,860 24,832 1,600 60,762 5,000 203 375 24,639 5,500 600 6,398 12,972 -- 31,220 5,000 85,865 32,000 158,817 4,800 12,079 2,000 128,977 69,555 279,135 114,000 261,956 95,000 69,787 13,530 96,252 111,250

500 200 24,793 5,357 2,946 4,775 4,000 -- 2,980 1,420 1,520 v 100 23,160 44,596 3,330 4,707 55,165 39,609 11,896 5,668

-- -- 713 1,502 742 220 9,647 19,131 615 12,217 9,165 9,911 8,328 8,580

9,980 5,721 69,563 43,060 34,738 26,432 65,762 578 30,139 6,998 12,972 36,220 117,865 163,617 14,079 198,532 393,135 356,956 83,317 207,502

--

--

--

16,800

--

16,800

--

--

" --

46,550 170,050

--

46,550 170,050

1,388,587

236,722

9,480 2,321 33,797 31,559 29,600 18,055 61,762 353 26,446 4,076 10,710 35,900 85,058 99,890 10,134 182,608 268,805 262,436 63,093 152,504

-- -- 6,573 4,644 2,192 2,202

95,382

2,110,556

1,381,416 729,150

312

LévenNombre Chiffre , des personnes ayant subi de la des dommages.

popu.

.'S .

U =7 « (lation. ~ > O H

W G_

Fortune imposable.

Communes.

I3 « =

Dommages c;i usés aux routes, aux ponts et aux travaux hydrauliques.

0 0-

' 424 361 408 844 1,001 342 138 421 428 267 716 238 534 237 431 243 634 509 1,983 2,301 540

118 60 93 135 118 57 32 89 83 48 56 35 71 10 86 38 70 37 212 159 19 42

13,000 1,668

67 28 33 43 55 15 32 72 29 19 27 10 26 2 19 13 33 8 60 48 8 7

39 Poleggio . . _.

31 Personico . . .

55 Bodio . . . .

6 Giornico .

23 *Ghironico . .

3 *Azonico . . .

0 *Calonico . . .

14 *Sobrio . . . .

6 *Cavenago . .

22 Chiggiogna .

12 Faido . . . .

0 *Campello . . .

18 *Dalpe . . . .

0 *Calpiogna . . .

5 *Bossura . . .

14 Maii-engo .

13 Osco . . . .

6 *Prato Leventina 39 *Quinto . . .

57 *Airolo . . . .

3 *Bedretto . . .

14 *Fontana .

Eoute cantonale

Fr.

Fr.

65,000 365,030 310,742 5,000 315,818 50,000 737,439 26,000 6,000 179,275 -- 142,192 -- 128,095 190,101 --900 188,626 10,000 105,120 678,065 15,000 -- 99,536 -- 278,514 -- 107,562 -- 334,713 -- 168,700 222,470 15,000 -- 424,835 1,179,606 30,000 -- 1,507,660 800 467,420 -- -- 186,578 --

Total

8,131,519 410,778

Un n'a pu contrôler en détail les estimations des communes dont les noms sont précédés d'un astérisque.

313

tuie.

Eépartition DomDommages O Domdu causés aux mages cau- Total mages cautotal des dommages.

des terres et sés aux sés aux aux produits biens dommages.

Communes bâtiments.

Particuliers.

et du sol.

meubles.

corporations.

Fr.

224,609 47,399 153,038 289,316 17,779 -- 19,869 36,219 31,163 32,455 55,642 8,444 14,238 1,590 28,030 42,260 20,043 10,250 87,766 68,272 3,570 --

1,191,952

Fr.

3,796 2,620 65,957 34,410 1,590 -- 2,300 4,080 690 350 1,500 -- · 50 -- 1,050 6,210 1,440 '-- 200 3,070 -- 67,500

196,813

Fr.

Fr.

311,144 17,739 57,877 2,858 298,490 29,495 373,989 23,763 25,664 295 -- * 49,519 22,635 466 40,299 -- 32,753 --447 43,252 79,142 7,000 -- 8,444 -- 14,288 1,590 -- 29,080 -- 53,110 4,640 36,923 440 -- 10,250 118,086 120 72,284 942 4,370 -- 106,499 38,999 186,578

127,204

1,976,266

Fr.

Fr.

226,144 52,877 223,490 311,489 19,664 24,519 17,635 30,299 26,853 31,252 63,142 8,444 14,288 1,590 26,080 53,110 21,923 10,250 ' 86,086 60,284 3,570 106,499

85,000 5,000 75,000 66,500 6,000 25,000 5,000 10,000 5,900 12,000 16,000 ' -- -- -- 3,000 -- 15,000 -- 32,000 12,000 800 -- 186,578

1,419,488 556,788

*) Les tableaux d'estimations ne portent que l'ensemble des dégâts sans indication des objets endommagés.

314

Canton Nombre des personnes ayant subi des dommages.

Total.

« Communes.

Pauvres.

Dommages causés aux Dommages routes, aux causés aux ponts et aux terres et aux travaux hydrauliques. cultures.

Fr.

Fr.

740

6,284

Hospenthal . . . .

2,880

10,338

18

Andermatt . . . .

13,759

' 26,871

36

28

Wasen

4,880

12,596

17

12

Gurtnellen . . . .

6,991

3,330

93

69

Silenen

28,600

56,926

115

87

Erstfeld

38,450

24,495

34

29

Schattdorf

1,725

840

24 7 16 3 20

14

Attinghausen

. . .

2,040

3,613

6 12 3 14

Spiringen

. . . .

480 1,194

3,540

41 9

35 4

31 24

26

Bealp

20

32

. . . .

TJntersehachen . . .

Isenthal .

Altdorf

450

2,170

4,470

9,859 12,790

Flüelen Canton d'Uri . . .

502

4,460

. . .

Seedorf

3,320

Total

183,921 .

290,580

181,432

315

d'Uri.

Dommages causés aux bâtiments.

Fr.

Dommages causés aux biens meubles.

Total des

Eépartition du total des dommages.

dommages.

Particuliers.

Communes.

.Fr.

Fr.

Fr.

Fr.

--

7,024

6,524

14,138

14,138

40,630

37,230

' 17,476

17,476

50

10,371

10,371


27,620

6,135

119,281

104,181

15,100

--

4,295

67,240

64,840

2,400

20

2,585

1,085

1,500

5

5,658

5,618

40

10

4,030

4,030

5,034

4,970

4,460

4,460

2,620

2,620

1,150

15,849

15,849

850

13,640 183,921

13,640 «

-- . 183,921

513,957

307,032

206,925

-- 920 -- --


--

--

-- -- -- 520 -- -- 370 -- --

29,430


--

12,515

·

500 -- 3,400

--

64 -- -- --

316

RécapiChiffre de la ·population.

Personnes ayant subi des dommages.

Communes atteintes.

t

Dommages causés aux Fortune ponts, aux routes et imposable. aux travaux hydrauliques.

Fr.

Fr.

11,634

2,130

Val Elenio . . .

7,971,826

389,875

13,000

1,668

Levantine . . .

8,131,519

410,778

502

Canton d'Uri . .

4,300

Total


290,580 1,091,233

317

tulation.

DomDommages DomEépartition Total causés aux mages du mages terres des causés total des dommages.

et aux causés aux aux biens dommages.

produits du sol. habitants. meubles.

Particuliers. Communes et Cantons.

Fr.

Fr.

Fr.

95,382

Fr.

Fr.

Fr.

2,110,566 1,381,416

729,150

1,419,488

556,778

307,032

206,925

1,388,587

236,722

1,191,952

196,813

181,432

29,430

12,515

513,957

2,761,971

462,965

235,101

4,600,789

127,204 "1,976,266

3,107,936 1,492,853

*l Une somme de fr. 49,519 (dommages dans la commune d'Anzonico) est comprise dans le total; mnis elle n'a pu être introduite dans les rubriques spéciales (routes, etc., sol, etc.).

Schweizerisches Bundesarchiv, Digitale Amtsdruckschriften Archives fédérales suisses, Publications officielles numérisées Archivio federale svizzero, Pubblicazioni ufficiali digitali

RAPPORT de la première section de la Commission fédérale pour l'estimation des dommages causés par les inondations.

In

Bundesblatt

Dans

Feuille fédérale

In

Foglio federale

Jahr

1869

Année Anno Band

1

Volume Volume Heft

09

Cahier Numero Geschäftsnummer

---

Numéro d'affaire Numero dell'oggetto Datum

06.03.1869

Date Data Seite

299-318

Page Pagina Ref. No

10 061 126

Das Dokument wurde durch das Schweizerische Bundesarchiv digitalisiert.

Le document a été digitalisé par les. Archives Fédérales Suisses.

Il documento è stato digitalizzato dell'Archivio federale svizzero.