513

# S T #

Extrait des délibérations de l'Assemblée fédérale.

(Du 29 Mars 1860.)

L'Assemblée fédérale convoquée aujourd'hui en session extraordinaire a été ouverte par ses présidents, savoir: Le Conseil national par Mr. Peyer im Hof, de Schaffhouse, qui a prononcé le discours suivant : Tit., Nous nous trouvons réunis de nouveau dans la ville fédérale plus tôt que nous ne le supposions à la clôture de la précédente session.

Les rapports internationaux de la Suisse ont pris une tournure telle que le Conseil fédéral s'est vu dans la nécessité de convoquer les représentants du peuple suisse en session extraordinaire dans la ville fédérale.

L'Assemblée fédérale aura d'abord à prendre connaissance des communications du Conseil fédéral sur la question actuellement pendante. Ce sera votre tâche, Messieurs, d'examiner cette affaire avec calme et réflexion, d'une manière sérieuse et approfondie-, ce sera votre haute mission, fondée sur cet examen, de prendre les décisions les pins conformes au bien et an bon droit de la patrie commune.

En préjugeant déjà maintenant cet examen, je méconnaîtrais les considérations que réclament l'importance de la question et la gravité de la situation.

Mais ce qu'il me sera permis d'exprimer dès à présent, c?est que les représentants du peuple ne seront animés dans leurs décisions que du même esprit et de la même volonté qui ont pénétré le peuple luimême tout entier.

Plus une question est importante, plus ses conséquences sont graves, et plus il est nécessaire qu'un complet accord règne entre le peuple et ses autorités. C'est dans l'expression réelle de la volonté et de l'esprit populaire que nous puiserons notre force. Et cet esprit du peuple, si consciencieux dans l'accomplissement de tons ses devoirs, si paisible à l'intérieur et vis-à-vis de l'étranger, il est inébranlable quand il s'agit de sauvegarder l'honneur et la dignité de la Suisse ; inflexible quand il s'agit de défendre des droits sacrés ; irrésistible dans ses manifestations pour le salut de nos biens les plus chers.

514 Délibérer et a-,ir dans cet esprit, voilà n o i r e sérieuse cl haute mission. Ne craignons pas de dire que le peuple suisse attend doses représentants qu'ils sauront unir la force à la prudence, l'énergie courageusi; à une. sage modération.

Ti'., je lie crois pas me tromper eu exprimant dûs à présent lu conviction qu'ainsi dans celle question d'une si grande importance, l'Assemblée fédérale saura comprendre r t remplir sous tous ces rapports le m a n d a t que le peuple suisse lui a donné: encore moins mu tromperai-je en proclamali! h a u t e m e n t que, quo: qu'il advienne, quelles que soient les épreuves que la Providence nous réserve, le peuple et ses magistrats ne feront qu'un pour le bon droit, la sûreté, la dignité et l'honneur de notre chère p a t r i i !

Le Conseil des Etats par Mr. Bri/i/ie, qui a prononcé l'allocution suivante :

Tit., Lorsque vous avez quitté h: ville fédérale il y a quelques semaines seulement, rien ne faisait pressentir que vous seriez réunis aussitôt pour vous occuper de graves intérêts de la patrie commune.

La sagesse et la fermeté qui ont toujours présidé aux délibérations des Conseils de lu .Suisse, ne vous feront pas défaut dans cette circonstance importante. Vos décisions a u r o n t pour but l'honneur et les .intérêts bien entendus du pays. La question qui est soumise aux Conseils de la nailon me paraît pouvoir être résumée en ces termes: d'un cô!é les droits et les prétentions de la Suisse , de l'autre ceux du Piémon! et de la France, et enfi;i les mesures qu'il y aura ù prendre pour faire exécuter vos décisions.

La question étant restreinte dans re cas-ci, vous comprendrez, Tit., que je m'abstienne de l'aborder «u fond. Peur cela il faudrait me livrer à des développements qui empiéteraient sur l'examen approfondi qui vous a p p a r t i e n t , ou faire quelques phrases sonores qui ne peuvent rien et qui sont, Se pins souvent, de nul effet.

Je m'abstiens encore par ce motif que j'appartiens à une autorité cantonale qui a é!é violemment attaquée dans la presse; je, pourrais me laisser emporter par les sentiments qui m'agitent et sortir des bornes de la modération que d.iit ob'sener votre président.

Vos délibérations, Tit., seront dignes de républicains; finis animés du même amour de la patrie, .c'est-à-dire que chacun exprimera sa pensée librement et franchement et sans contrainte.

Je détiare ouverte la session extraordinaire.

5Î5

Les Conseils ont ensuite formé leurs bureaux pour la session extraordinaire comme suit : A. Le Conseil national: Président : Mr.. Frédéric Peyer im Hof, de Schaffhouse, Vice-Président: ,, le Dr. J.-B. Weder, d'Oberriet, Canton O de St. Gali, i Scrutateurs: 1. Mr. Jea:i-Georges Kreis, de Zihlschlacht, fa ü Canton de Thurgovie, 2. ., François Wirz, de Sarnen.

s 3. ,, Samuel Frey, de Gontenschvveil, Canr* lon d'Argovie, 4. ,, Louis-Constant Lambelet, des Verrières, Canton de Neuchâlel.

_M

5

c^ C7

B. Le Conseil des Etats: Président: Mr. Emile Welti, d'Arau.

Vice-Président: ,, le Dr. J.-J. Blumer, de Glaris.

Scrutateurs: ,, Nicolas Hermann, de Sachselen (Obwalden).

,, ,, Jules Philippin, de Neuchâtel.

Les Conseils ont nomme des commissions pour examiner la question de Savoie, et le Conseil national a élu MM. le Dr. Escher de Zurich: Stehlin de Baie.

Faz-y de Genève.

de Gonzenbach de Berne.

Allet de Sion.

Hungerbuhler du Canton de St. Gali.

Martin de Vevey.

Peyer im Hof de Schaffhouâe.

le Dr. I/eer de Glaris.

Le Conseil des Etats a nommé MM. Dubs du Canton de. Zurich.

Welu du Canton d'Argovie.

Briatte du Canton de Vaud.

le Dr. Blumer de Glaris.

Haberlin du Canton de Thurgovie.

Schenk de Berne.

Aimeras de Genève.

Vi gier de Soleurc.

Schweizerisches Bundesarchiv, Digitale Amtsdruckschriften Archives fédérales suisses, Publications officielles numérisées Archivio federale svizzero, Pubblicazioni ufficiali digitali

Extrait des délibérations de l'Assemblée fédérale.

In

Bundesblatt

Dans

Feuille fédérale

In

Foglio federale

Jahr

1860

Année Anno Band

1

Volume Volume Heft

16

Cahier Numero Geschäftsnummer

---

Numéro d'affaire Numero dell'oggetto Datum

31.03.1860

Date Data Seite

513-515

Page Pagina Ref. No

10 058 205

Das Dokument wurde durch das Schweizerische Bundesarchiv digitalisiert.

Le document a été digitalisé par les. Archives Fédérales Suisses.

Il documento è stato digitalizzato dell'Archivio federale svizzero.