115

# S T #

Message du

conseil fédéral à l'assemblée fédérale concernant

les crédits pour l'acquisition de matériel de guerre en 1889.

(Du 29 mai 1888).

Monsieur le .président et messieurs, Nous avons l'honneur de soumettre ci-après à votre approbation le budget pour les acquisitions de matériel de guerre que notre département militaire aura à faire en 1889.

Comme d'habitude, nous aurons soin d'intercaler le montant de ce budget spécial dans le budget annuel.

Sauf deux points, ce budget a été dressé dans l'ordre général suivi jusqu'à ce jour.

Sous le titre : Habillement, sont compris aussi, outre les signes distinctifs des grades et la. chaussure, tous les autres objets relatifs à l'habillement et qui précédemment étaient intercalés dans les diverses armes.

Dans le chapitre : M tériel général de corps, on a introduit un nouveau titre: Fortifications nationales, et nous avons l'intention de faire rentrer sous ce titre, à l'avenir, tout le matériel qu'il faudra se procurer à la destination spéciale des fortifications nationales et de ne plus payer ces dépenses sur> les crédits affectés aux travaux de fortifications.

116

D. II. D. a. Habillement.

  1. Signes distinctifs de grade .
  2. Chaussure militaire : a. Formes b. Part à l;i chaussure vendue

.

.

. fr. 11,000

fr. 6,000 » 16,000

.

,,

22,000

fr.

33,000

Ad 1. Même chiffre qu'en 1888.

Ad 2, a. Le dépôt primitif de formes, qui en possédait environ 10,700 paires et dont on a vendu la plus grande partie, est réduit à environ 4000 paires seulement ; il a donc encore besoin de 4000 paires au moins- pour être complété. Nous espérons pouvoir, suine chiffre de 4000 paires, en placer de nouveau 2000 jusqu'à^ la clôture de l'année budgétaire courante et en remettre le prix à la caisse fédérale. Mais, pour ces 4000 paires nouvelles, il nous faut également la somme de 6000 francs pour les dépenses d'achat.

Ad 2, l>. Nous avons besoin d'un crédit modéré pour les frais d'emmagasinage de la chaussure, pour l'installation et l'entretien des dépôts, ainsi que pour l'instruction des cordonniers ad hoc ; ensuite, nous sommes obligés de faire en sorte que notre dépôt actuel de chaussures (environ 10,000 paires) soit complété au ftir et à mesure que des vides s'y produisent. Noxis n'achetons que des chaussures de la meilleure qualité, qui nous reviennent en gros à environ 18 francs la paire; aussi, par le fait de la concurrence, des chaussures de moindre qualité ne se vendraient pas aisément. C'est pourquoi nous estimons que, pour propager davantage cette chaussure rationnelle, il serait juste d'ordonner provisoirement la vente à un prix réduit, de 15 francs par exemple ; c'est aussi afin de pouvoir exécuter cette mesure que -- si nous comptons sur un débit de 4000 paires -- nous vous demandons un crédit total de 16,ÛOO francs.

3. Vestons d'exercice pour l'infanterie .

.

. fr. 300,000

Ad 3. En conformité de notre message spécial du 29 novembre 1887 concernant l'introduction de A reporter

fr. 333,000

117

Report fr. 333,000 vestons pour l'infanterie, l'arrêté fédéral du 23 décembre suivant (Eec. off., nouv. série, X. 387) prévoit la fourniture de 18,000 pièces à 16 francs, soit une somme de 288,000 francs pour l'année 1889.

L'étoffe achetée pour les vestons d'exercice que l'on a confectionnés pour 1888 n'a, jusqu'à présent, pas étù désignée définitivement comme étoffe d'ordonnance ; mais, en généra), on en est satisfait. Pour le cas aussi où il paraîtrait utile de la changer, nous prévoyons que le prix d'unité de 16 francs pourra être conservé.

Frais de nettoyage, d'emmagasinage, de transport de l'étoffe et de transport de la marchandise confectionnée fr. 12,000 Comme le nombre des vestons à nettoyer et à emmagasiner pendant l'année budgétaire est encore assez restreint, on pourra réduire de 8000 francs la somme de 20,000 francs portée au budget dans ce but ; par contre, les frais de transport seront, pour le même motif, relativement plus considérables.

En outre, il faudra se procurer 1800 sacs (un sac pour dix vestons), d'une part, pour le transport et, d'autre part, pour l'emmagasinage bien coordonné d'après des numéros de taille.

4 . Habits d e travail pour l a cavalerie .

.

.

»

1,200

Ad 4. a. Eemplacement d'habits de travail usés, pour écuyers et palefreniers .

.

. fr. 1,000 6. Blouses de travail et d'écurie pour les places d'armes de cavalerie .

.

. > 200 Mêmes chiffres que l'année dernière.

5. Habits de travail pour l'artillerie. Cette année, il n'y a pas besoin c.e compléter.

6. Habits de travail pour le génie. 100 pièces sur l e s places d'armes .

.

.

.

.

.

7. Articles pour l'hiver

.

1,500

» 293,000 A reporter

fr. 628,700

118

Report fr. 628,700 Acquisition de : 45.000 paires de gants d'hiver à fr. 1.70 = ir. 76,500 45,000 » » ceintures de santé a » 1.70 = » 76,500 35,000 » » guêtres à » 4. -- = » 140,000 Les renseignements recueillis jusqu'ici sur les prix ont fait reconnaître que les prix d'unité pour les gants et les ceintures pouvaient être notablement réduits.

Une fois ces approvisionnements faits, nous devrons être pourvus des effets accessoires d'hiver nécessaires pour l'élite. La réduction sur le nombre des guêtres est admissible avec le grand nombre de troupes montées de l'élite qui n'ont pas besoin de cet objet d'habillement.

8. Acquisitions pour l'inventaire » 4,000 Les 48 caisses que l'on a payées sur le crédit pour les brassards et les ceintures de santé suffisent pour le transport et l'emmagasinage de ces deux articles, mais elles ne représentent qu'environ 10 °/0 du matériel de transport nécessaire en cas de mobilisation.

Nous prévoyons, avec la somme portée ci-dessus, l'aire faire encore 200 autres caisses, qui, avec celles que nous avons déjà, compléteront la moitié du matériel dont on a besoin en tout. Pour le remplacement rapide et bien ordonné des effets d'habillement, il est absolument nécessaire et, pour leur emmagasinage, il est utile d'avoir un approvisionnement de caisses de ce genre, convenablement construites et munies d'un cadenas.

Total de l'habillement fr. 632,700 0. II. D. b. Armement et équipement.

I. Armes à feu portatives.

  1. Armes neuves.

8500 fusils à répétition, y compris ceux destinés au remplacement des fusils détruits dans les ineenFr.

dies, à fr. 80 .

.

.

. fr. 680,000 800 carabines à répétition, à fr. 90 . » 72,000 200 mousquetons à répétition, à fr. 67 » 13,400 7RK AI)!)

I wu,^tw

A reporter

765,400

119

Report B. Armes remises à neuf.

Remise à neuf d'armes ayant servi .

.

.

.

Mêmes chiffres qu'en 1880.

Nous n'avons pas jugé à propos, dans ce budget déjà, de prendre en considération l'adoption d'un nouveau système de fusil, parce qu'à l'heure qu'il est les expériences et les études préliminaires ne peuvent pas encore être regardées comme terminées. Mais, en épuisant en partie les approvisionnements du matériel employé pour l'ancien système, on prépare néanmoins la transition au nouveau fusil.

Fr.

765,400

50,000

II. Armes blanches.

Fr. C.

Fr.

1,400 2,500 900 200

sabres de troupe montée, à . 14. 19,600 sabres-scie, à .

.

.

. 9. -- 22,500 sabres de pionniers à .

. 10. -- 9,000 sabres de sergents-majors d'infanterie, à .

.

.

. 11. 70 2,340 1,000 sabres-baïonnette pour fourriers d'infanterie, tambours et trompettes, à .

.

.

9. 20 9,200

62,640

III. Effets d'équipement.

Fr. C.

Fr.

10,000 bretelles de fusil, à .

. 1.20 12,000 18,000 ceinturons, à .

.

.

1.35 24,300 3,000 porte-sabres-scie, simples, à . 1. 30 3,900 1,300 » » » avec 2 boucles, à 1. 50 1,950 13,000 porte-fourreaux de baïonnette, à 1.30 16,900 -- fourreaux de baïonnette, ordinaires .

.

.

.

.

-- -- 1,350 fourreaux de baïonnette, avec passant 1.40 1,890 13,000 cartouchières pour infanterie, à 4. 45 57,850 300 cartouchières pour cavalerie, à 3. 50 1,050 400 ceinturons pour dragons et guides, à .

, .

4.20 1,680 A reporter 121,520

878,040

120 Fr. G.

Fr.

Eeport 121,520 1,000 ceinturons pour le train, à 4.20 4,200 250 baudriers de tambour, avec 3,000 cuissière, à . . . . 12.-- a. 50 1,750 500 gibernes de trompette, à 1.60 250 courroies de trompette, à 400 1 00 gibernes de fourriers non mon1,000 tés, avec équipement, à .

10.-- 100 gibernes de fourriers montés, 10.-- 1,000 avec équipement, à 6. 1,500 250 bretelles de mousqueton, à 300 3. -- 100 étuis à revolver, à 150 cordons de revolver, à .

75 -. 50 300 équipements de chevaux de cavalerie, au complet, avec housse, à . . . . 262.-- 78,600 1 5 0 chabraques, à . . . 36.-- 5,400 8.20 2,460 300 fourreaux de mousqueton, à .

3.20 1,280 400 gourdes de cavalerie, à .

3.60 108 30 fontes de revolver, à -- sacoches d'ouvriers .

-- --897 2.30 390 licols d'écurie, à .

2,20 858 390 sangles d'écurie, à .

11.50 3,910 340 couvertures de cheval, à 1.70 578 340 musettes, à .

4.

1,360 340 sacs à avoine, à .

3.20 1,088 340 paires de filets à fourrage, à .

  1. -- 340 340 cordes à fourrage, à 8.50 2,890 340 effets de pansage, à 3. -- 120 40 haches de campagne, à .

4,800 1 2 0 cornets, à . . . . 40.-- 1 2 0 bugles, à . . . . 41.-- 4,920 50 trompettes-basses, à 60. -- 3,000 62.-- 2,480 40 altos, à 72.-- 1,944 27 barytons en si-b, à 1,440 18 barytons en si-b (hélicons), à 80. -- 100.-- 3,000 30 barytons en mi-b, ù 2.80 840 300 cordons de trompette, à 2. -- 1,400 700 » d'embouchures, à 300 tambours avec baguettes, à . 45.-- 13,500 350 peaux de rechange, à 3.20 1,120

Fr.

878,040

273,178 Total de l'armement et de l'équipement

fr. 1,151,218

121

Ad II et III. Cette année encore, nous nous voyons dans l'obligation de prévoir, pour compléter les provisions, l'achat d'une plus grande quantité d'armes blanches et d'effets d'équipement que les années précédentes, afin d'être toujours à peu près au niveau d'une provision double de l'habillement.

D. II. F. Indemnités d'équipement.

260 officiers non montés, à nommer, à Infanterie.

220

Artillerie.

5

Génie.

8

Sanitaires.

7

IGO^officiers montés, à nommer, à .

Cavalerie. Artillerie.

15 55

Génie.

12

.

Fr.

Fr.

.

200

52,000

.

500

80,000

Administration.

20

.

Sanitaires. Vétérinaires. Administration.

48 10 20

2 officiers montés d'artillerie de landwehr, à nommer, à .

.

.

.

.

.

83 indemnités supplémentaires à des officiers montés de l'élite, à

250

500

300

24,900

50

850

60

300

140

1,400

110

3,520

150

1,500

17

6,800

Total des indemnités d'équipement

171,770

Etat-major général. Infanterie. Artillerie, Génie. Sanitaires. Administration.

8 40 2 6 2 25 17 [indemnités supplémentaires à des officiers d'infanterie montés de landwehr, à .

.

Infanterie.

Sanitaires.

15 2 5 indemnités supplémentaires à des lieutenants, secrétaires d'état-major, à .

.

.

10 indemnités à des adjudants-sous-officiers, secrétaires d'état-major, à.

.

.

.

32 indemnités à des adjudants-sous-officiers non montés ou montés et qui l'étaient déjà comme sous-officiers, à Infanterie.

Artillerie.

Génie.

Sanitaires.

20 8 3 1 10 indemnités à des adjudants-sous-officiers d'artillerie montés qui n'étaient pas montés jusqu'ici, à Subside à l'achat de revolvers par des officiers : 400 revolvers, à

Feuille fédérale suisse. Année XL.

Vol. III.

9

122

Les nombres ci-dessus sont basés sur les besoins résultant de l'expérience faite jusqu'ici, et ils ont été modifiés d'après la diminution qui sera la conséquence de l'adoption de la loi fédérale sur la prolongation du temps de service des officiers.

D. II. H. Matériel de guerre.

  1. Etats-majors.
  2. Matériel d'instruction, cartes et instruments pour le bureau d'état-major général .

. fr.

600. -- 2. 8 fourgons d'état-major pour brigades d'infanterie de landwehr, à 1500 francs .

. » 12,000. -- Total états-majors

fr. 12,600. --

Ad 2. Il est absolument nécessaire que les états-majors de landwehr soient équipés de telle manière qu'ils puissent être mobilisés. C'est pourquoi il faut les pourvoir, comme l'élite, des voitures réglementaires, et nous proposons de faire l'acquisition de la première moitié des fourgons nécessaires pour les brigades d'infanterie.

B. Infanterie, a. Equipement de corps.

  1. Fourgons d'infanterie à compléter . fr. 50,000 2. Outils portatifs pour retranchements » 5,000 3. Complètement des effets d'équipement pour fourgons et création d'une réserve de guerre » 20,000 fr. 75,000 b. Matériel d'école.
  2. Matériel d'école à compléter dans les divisions .

»

4,000

Total infanterie fr. 79,000 Ad 1. Les études et les essais auxquels on procède afin de déterminer quel est le système le plus convenable à adopter pour les fourgons de notre infanterie, en remplacement du matériel actuel ne sont pas encore terminés. Cependant une décision doit être prise à ce sujet avant qu'il soit longtemps, et l'on pourra alors mettre la main successivement aux transformations et aux nouvelles acquisitions nécessaires. C'est pourquoi nous croyons devoir inscrire

123

au budget un crédit, analogue à celui de l'année précédente, dans ce but.

Ad 2. Comme auparavant, pour compléter et remplacer.

Ad 3. Sous ce chiffre, nous avons réuni les rubriques 3, 4 et 5 de 1888. On doit, comme réserve de guerre et jusqu'à ce qu'on soit arrivé à un certain effectif modéré, continuer l'acquisition de lanternes et, en général, de tous les objets à charger sur les fourgons, tels que caisses de quartier-maître, ustensiles de cuisine, etc. Nous nous référons à ce sujet aux motifs avancés dans notre message de l'année dernière, et nous ajouterons encore qu'on doit soumettre à une révision le contenu de toutes les caisses de bureau, qu'il faudra aussi compléter, tant de l'élite que de la réserve.

Ad 4. Comme auparavant.

C. Cavalerie, a. Equipement de corps.

  1. Fers et clous pour approvisionner les 24 forges de campagne pour la cavalerie accordées par les budgets de 1887 et de 1888 .

. fr. 6,650 2. 3 fusils sur affût et rendre transportables 4 de ces engins .

. » 21,000 fr. 27,650 b. Matériel d'instruction et de remonte.

3. 20 selles d'école avec accessoires à 165 francs fr.

4. Effets d'entretien et de pansage : 50 couvertures de cheval, à 12 francs .

.

. fr. 600 50 musettes, à fr. 2. 60 . » 130 60 effets de pansage au complet, à 10 francs . » 600 » 5. Eemplacement et nouvelles acquisitions de matériel d'instruction .

.

. » 6. 1 caisse de vétérinaire pour les écoles d e recrues .

.

.

.

.

.

3,300

1,330 1,000 430

»

6,060

Total cavalerie fr. 33,710

124

Ad 1. Maintenant que le ferrage à froid a été soumis à une longue épreuve et qu'il en résulte que c'est une méthode très-pratique comme ferrage militaire, nous vous proposons d'accorder le crédit demandé, qui sera suffisant, pour l'équipement des forges de campagne montées dans les dernières années, en les approvisionnant de fers et de clous de cette espèce.

Ad 2. Notre cavalerie, extrêmement faible numériquement, doit absolument être renforcée par l'amélioration de ses moyens d'action, surtout pour les cas où elle serait seule chargée de défendre des passages de rivière, des défilés, etc., contre un ennemi plus fort. L'instructeur en chef de la cavalerie considère comme un renfort important d'adjoindre à chaque détachement de cavalerie des fusils sur affût, comme on en emploie en Angleterre.

Pour faire des essais sur une grande échelle avec ce nouvel engin de guerre, nous proposons de faire l'acquisition d'une batterie de ces fusils et de les rendre transportables. Sous en avons déjà un échantillon, et il s'agit donc ici d'en acheter encore trois et de rendre transportable la batterie entière.

Ad 3, 4 et 5. Conforme aux acquisitions des années précédentes.

Ad 6. On ressent fort bien l'absence complète, jusqu'ici, dt; caisses de vétérinaire quelque peu convenables sur les places d'armes.

Afin de le conserver en bon état pour la campagne, on devrait éviter de se servir, dans ce but, du matériel de corps.

Comme, à l'ordinaire, ou n'a pas deux écoles de recrues en même temps, la même caisse pourrait servir pour les différentes places d'armes.

1.

2.

3.

4.

5.

D. Artillerie, a. Equipement de corps.

24 aiîûts de rechange avec avant-trains de pièces de S.,, cm. pour les batteries de campagne de l'élite (ligne et parc de dépôt), à 2400 francs fr. 57,000 6 affûts avec avant-trains de pièces de 8.4 cm. avec équipement, à 2400 francs » 14,400 8 caissons pour pièces de 8.4 cm., à 2300 francs .

.

.

. » 18,400 Harnais et accessoires .

.

. » 75,000 Parties détachées pour matériel d'artillerie » 5,000 fr. 170,400

125 Report

fr. 170,400

b. Matériel d'instruction.

6. 15 pièces d'école de 8.4 cm., avec affût, avant-train et équipement, comme 5me et 6me batteries d'école, plus 3 pièces surnuméraires, a 6600 francs fr.

7. Matériel de tir, abris et matériel d'instruction .

.

.

.

.

8. Harnais de matériel d'instruction à remplacer .

.

.

.

.

9. 3 caisses de vétérinaire pour les places d'armes

99,100 .

1,500

. 15,000 »

1,290 » 116,790

c. Collection de modèles.

1 0 . Même crédit qu'antérieurement

.

.

.

»

2,500

Total artillerie fr. 289,690 Ad 1. Dans le but de conserver le matériel des pièces de campagne de 10.5 cm., on a enlevé, lorsqu'on a remplacé les 12 batteries de compagne de 10.5 cm. par des canons frettés de 8.4 cm., aux batteries de campagne de 8.4 cm. leurs affûts de rechange, et l'on s'en est servi pour équiper les anciennes batteries de lO.j cm. Cela s'est fait dans l'idée qu'on remplacerait successivement plus- tard ces affûts de rechange par la voie du budget annuel et de façon que l'effectif légal soit rétabli. Nous inscrivons cette année, pour k première fois, le crédit nécessaire pour la moitié de l'effectif à remplacer.

Ad 2 et 3. Il faut penser, chaque année, à remettre à neuf et à compléter une partie de l'ancien matériel, ordonnance de 1843, qui a souffert par un long usage et qui ne répond plus exactement aux nouvelles exigences. Eu égard aux forts achats que l'on doit faire d'autre part, nous nous bornerons, cette fois, aux caissons d'une seule batterie. Les anciens caissons et affûts qui deviendront ainsi disponibles pourront être employés utilement à l'augmentation nécessaire de nos batteries d'école de 8.4 cm. sur les places d'armes, et, en cas de besoin, ils formeront encore une réserve toujours utilisable et bienvenue.

Ad 4. Continuation des acquisitions nécessaires pour remplacer successivement les provisions de harnais, etc., de nos batteries de campagne, qui ont, en partie, été fortement éprouvées par l'usage.

12« Ad 5. Moine chiffre que l'année dernière pour compléter la réserve de guerre des objets d'équipement.

Ad 6. Cette acquisition est absolument nécessaire, car, ensuite de la suppression des batteries de 10.5 cm., il est indispensable d'avoir maintenant, sur chacune des trois places d'armes, au moins deux batteries d'école de 8.4 cm. avec une pièce surnuméraire.

Cette année, nous ne demandons qu'un crédit pour quatre batteries d'école. Jusqu'ici, on a tâché de suffire aux besoins en partie avec du matériel de corps, ce qui est nuisible au bon état des choses pour la campagne et influe d'une manière fâcheuse sur les batteries prises à partie. Il ne faudra pas seulement se procurer, pour ces deux batteries, les canons frebtés, mais encore les affûts et les avant-trains qui manquent.

Ad 7. Pour 1889, il faudra aussi établir les abris nécessaires contre les éclats et compléter le matériel d'instruction.

Ad 8 et 10. Mêmes chiffres et mêmes motifs qu'auparavant.

Ad 9. De même que pour la cavalerie, il est aussi nécessaire de pourvoir de caisses de vétérinaires les écoles d'artillerie, afin que le service vétérinaire puisse s'y faire. Il faudra donc une caisse pour chacune des places d'armes de Bière, de Thoune et de Fraueufeld, où il y a souvent plusieurs écoles en môme temps.

E. Genie, a. Eqttipement de corps.

  1. 16 chariots de pionniers d'infanterie pour les brigades de la landwehr, à 3600 francs fr. 57,600 2. Approvisionnement de bois .

. » 2.000 3. Equarrissage des bois existants . » 3,000 4. Matériel du génie à compléter . » 9,000 5. Outillage pour travaux de fortifications « » 15,000 6. Création d'un approvisionnement de matières explosibles .

.

.

» 28,000 7. Création d'un approvisionnement de rails d e chemins d e f e r .

.

.

» 28,000 fr. 142,600 b. Matériel d'école.

8 . Modèles e t instruments .

.

.

.

.

Total génie

.

1,000

fr. 143,600

127

Ad 1. Maintenant que l'équipement des bataillons du génie d'élite et des pionniers d'infanterie est au complet, il s'agit d'équiper aussi les troupes du génie de la landwehr. Jusqu'ici, ces troupes n'ont à leur disposition que deux chariots de sapeurs par bataillon et par division, chariots qui ne renferment qu'un nombre très-petit et tout à fait insuffisant de gros outils pour les retranchements.

Les pionniers d'infanterie de la landwehr sont dépourvus de tout objet d'équipement de corps. Il est donc absolument nécessaire de combler ces lacunes le plus vite qu'il est possible. C'est pourquoi nous prévoyons l'acquisition immédiate de 16 chariots de pionniers d'infanterie, dans l'idée que l'on complétera cet équipement plus tard sans autant se presser et seulement au fur et à mesure qu'augmentera l'eifectif, ce qui, pour le génie de landwehr, aura lieu dans le courant des années prochaines.

Ad 2, 3 et 4. Comme d'habitude, pour compléter selon les besoins.

Ad 5. Nos approvisionnements d'outils pour les travaux de fortifications, tels que pelles carrées, pelles rondes, pioches, haches, etc., ont besoin d'être notablement augmentés, si l'on veut qu'ils satisfassent aux exigences et que l'on puisse, même en partie seulement, mettre l'outillage nécessaire à la disposition des ouvriers civils ou des compagnies de pionniers du landsturm qu'on s'adjoindra.

Ad 6. La provision de matières explosibles achetées il y a environ deux ans est encore à peu près intacte ; toutefois, on s'en servira peu à peu, de sorte qu'elle diminuera avec le temps. C'est pourquoi il nous semble prudent, au moins aussi longtemps qu'il n'existera pas en Suisse de fabrique de coton-poudre ou de matières explosibles analogues, d'acheter de nouveau, comme approvisionnement indispensable, un chargement de 5000 kilos. Le crédit demandé y suffira.

Ad 7. Les rails de chemin de fer sont un excellent matériel pour la construction de fortifications passagères, d'abord parce qu'ils permettent d'activer notablement les travaux, et ensuite parce qu'ils donnent à ces constructions une force de résistance extraordinaire.

Aujourd'hui, nous pouvons nous fournir dans les liquidations que font souvent les compagnies de chemins de fer de leurs provisions disponibles. Aussi, pour nous en assurer une petite part modeste pour toutes les éventualités, estimons-nous absolument nécessaire de nous la procurer nous-mêmes, tout en restant dans de sages limites.

C'est pourquoi nous avons l'intention d'établir, en certains points convenables de notre territoire, de grands dépôts de rails, afin de les avoir sous la main en cas de besoin.

128 Ad 8. L'année dernière, cette rubrique n:a plus paru dans le budget. Nous la reprenons maintenant, car nous devons en provoir de nouveau l'emploi pour l'année prochaine.

P. Service sanitaire.

  1. Equipement de corps.
  2. Matériel sanitaire pour l'état-major d'armée et pour les états-majors de division .

.

.

.

.

. fr. 6,600 2. Matériel sanitaire pour les troupes de la landwehr (brancardiers de l'infanterie et des armes spéciales) . > 33,300 Lazarets de campagne.

3. Élite. Approvisionnement de médicaments de conserve 4. 20 voitures à blessés, à 2150 francs 5. Landioehr. 6 fourgons d'ambulance avec caisses .

.

.

.

.

» 11,700 » 43,000 . 12,000 fr. 106,600

b. Matériel d'hôpital.

6. Matériel de l'hôpital militaire à Thoune à compléter comme d'habitude fr.

200 7. 500 lits d'hôpitaux avec accessoires, à 150 francs .

.

.'

.

. » 75,000 »

75,200-

»

14,600

c. Matériel de transport.

8. Equipement de 3 trains sanitaires, avec matériel d e pansement .

.

.

.

.

.

.

d. Matériel d'instruction, 9 . Types e t modèles .

.

.

. fr. 800 1 0 . Matériel à compléter .

.

.

» 200 » 1,000

e. Section vétérinaire.

11. Eëcipients pour médicaments et matériel de pansement à remplacer pour les écoles et les cours » 1,000 Total service sanitaire fr. 198,400

129

Ad 1. Ces acquisitions se justifient par le règlement sur le service sanitaire, du 2 septembre 1887 (article 84). Un fourgon pour le médecin d'armée n'est pas compris dans cette rubrique, mais bien l'équipement personnel des infirmiers attachés aux états-majors.

Ad 2. Cette rubrique renferme principalement l'équipement pour les 1570 brancardiers de landwehr qui manque encore et dont on a renvoyé l'acquisition jusqu'au dernier moment, parce que ce n'est qu'en 1887 que les brancardiers ont passé dans la landwehr en nombre notable; en outre, en 1888, vous ne nous avez pas encore accordé le crédit nécessaire pour l'ensemble des trousses de médecin et de l'équipement des sous-officiers dont on avait besoin, et enfin le complètement et, en partie, la transformation du matériel sanitaire de corps pour les armes spéciales ont entraîné des dépenses plus considérables que celles qui étaient prévues.

Ad 3. L'approvisionnement, en médicaments de conserve, des lazarets de campagne est d'une absolue nécessité pour préparer la mobilisation. Pour les corps de troupes, cette opération a déjà eu lieu et a donné un très-bon résultat. Elle produit une notable économie et fournit une garantie beaucoup meilleure pour la bonne qualité des médicaments.

Ad 4. Quant aux voitures à blessés, nous nous référons à notre message pour 1888.

Ad 5. Il manque toujours 6 fourgons d'ambulance pour la landwehr. Nous demanderons, dans un prochain budget, le crédit nécessaire pour l'équipement des 16 fourgons de landwehr.

Ad 7. Des 5000 lits d'hôpitaux qui nous sont nécessaires en minimum, la Confédération n'en a encore que 1000 à sa disposition. Il nous paraît indispensable de ne pas attendre plus longtemps pour se procurer les 4000 lits qui manquent ; pour cela, il y a lieu d'inscrire chaque année au budget une somme convenable dans ce but.

Ad 8. C'est la continuation de l'acquisition commencée l'année dernière.

Ad 9 et 10. Ce sont des rubriques qui doivent revenir chaque année.

Ad 11. Ce crédit servira à remplacer les déchets.

130 G. Administration.

  1. Matériel de corps.
  2. 8 unités de subsistance, à 2 voitures chacune = 16 voitures pour les compagnies d'administration de deux divisions de l'élite. Quatrième et dernière acquisition à 6600 francs par unité . fr. 52,800 b. Matériel d'instruction.
  3. 4 garnitures de four de compagnie à 4 fours chacune, système .Peyer = 16 fours . fr. 10,500 3. 2 chariots à outils à 3300 francs » 6,600 » 17,100 c. Matériel d'école.
  4. Modèles, préparations, bibliothèque, comme les années précédentes .

.

.

.

.

.

> 3 0 0

Total administration

fr. 70,200

Ad 1. Avec ce crédit, le nouveau matériel pour les compagnies d'administration de l'élite sera au complet.

Ad 2 et 3. Le matériel d'instruction ne suffisant pas pour apprendre à charger et à décharger les fours, à paqueter et à dépaqueter les chariots à outils, à connaître le matériel et enfin ;X mettre en exploitation une boulangerie de campagne que l'on installe de temps à autre, on a été obligé, depuis l'année 1882, de se servir, dans ce but, de l'équipement de corps d'une compagnie d'administration. Par le fréquent usage qu'on en a fait, le matériel de four de cette compagnie a tout naturellement souffert.

Or, afin, d'une part, qu'à l'avenir cette compagnie reste pourvue d'un matériel pouvant supporter la campagne et que, de l'autre, l'insuffisance du matériel d'instruction et d'exploitation ne vienne pas nuire à l'enseignement de ce matériel et aux exercices de boulangerie dans les écoles de recrues, nous avons l'intention de remplacer ce matériel de corps, dont on s'est déjà à tort servi pour le matériel de four nécessaire (16 fours), et de laisser alors en permanence à la disposition des cours d'instruction le vieux matériel en question. Celui-ci pourra, du reste, toujours être utilisé comme matériel de réserve.

De même que les 4 fours attribués an matériel d'instruction, les deux chariots d'outillage disponibles (chariots-types) no suffisent

131

pas pour l'instruction. Pour les exercices aux chariots, on ne peut, chaque fois, occuper que six hommes ensemble, et il n'est pas utile de former, pour cette branche d'enseignement, plus d'une section et au maximum deux, parce que, sans cela, les autres sections restent trop longtemps inoccupées, ce que l'on doit toujours éviter.

Afin de pouvoir donner l'enseignement théorique, procéder aux exercices préparatoires pratiques pour l'exploitation des boulangeries et des boucheries de campagne et passer ensuite à l'exploitation elle-même avec le bon résultat désiré, en y employant le moins de temps possible, il faut, pour une école de recrues d'environ 130 à 140 hommes, le matériel d'instruction «ci-après : a. 8 à 12 fours ; 6. 4 à 6 chariots d'outillage.

Il y aurait donc lieu de se procurer : 1. pour une compagnie d'administration, 16 fours (4 garnitures); 2. comme matériel d'école, pour le moment, 2 chariots à outils.

Les tentes nécessaires pour l'instruction sont encore disponibles.

H. Matériel de corps en général.

  1. Achat de couvertures pour la troupe 2.

» » pièces de position 3. Fers à cheval avec outillage 4 . Chariots pour l'éclairage électrique .

.

.

. fr.

» » .

»

100,000 500,000 100,000 15,000

Fortifications nationales.

5. Achat de mortiers cuirassés de 12 cm. avec couverture et affût 6. Achat d'un canon de 5.3 cm. à tir rapide .

» 12,000 » 4,500

Total matériel de corps en général

fr. 781,500

Ad 1. A la fin de 1888, nous aurons une provision de 65,000 couvertures pour la troupe. Comme nous l'avons dit l'année passée, il en faut 80,000 pour l'infanterie d'élite seulement. Puisque les chambres ont trouvé utile, à l'occasion des débats sur le budget du matériel de guerre en 1887, de parfaire l'approvisionnement en deux ans, nous inscrivons au budget actuel le restant de la fourniture nécessaire, soit donc 15,000 couvertures. De cette façon, l'approvisionnement de l'infanterie d'élite sera au complet, aussi long-

132

temps qu'on n'aura pas en vue un effectif plus élevé que 700 hommes par bataillon.

Ad 2. Comme auparavant. Avec les crédits alloués jusqu'à 1888 inclusivement, on aura pu se pourvoir du matériel nécessaire pour armer 4 2/3 divisions d'artillerie de position, y compris les pièces de 8 cm. pour une 6me et 7m" division. Mais, comme il n'était pas pratique de n'équiper qu'imparfaitement la 5 mc division, nous avons déjà dû faire usage de l'autorisation que vous ave/donnée et entamer le crédit de 1889 pour parfaire le dernier tiors de cette division, II ne s'agit donc plus que de l'équipement de la 6me et île la 7 me division, pour lequel nous n'avons encore, jusqu'ici, que les pièces de 8.4 cm.

Avec deux crédits semblables à ceux que vous nous avez accordés jusqu'ici, nous espérons pouvoir compléter entièrement toute notre nouvelle artillerie de position. Aussi avons-nous l'intention de commander tout le matériel qui manque encore livrable un 1888 et 1889 et de prélever, par un acompte sur la caisse fédérale, les fonds qui seront nécessaires, dans l'idée que cet acompte sera couvert par le crédit que vous voudrez bien nous allouer dans ce but au budget de 1890, que nous vous soumettrons déjà au milieu de l'année 1889.

Nous vous prions d'accorder votre approbation à ce mode de procéder.

Ad 3. Ainsi que nous l'avons déjà fait ressortir au chapitre relatif à la cavalerie, le ferrage à froid a donné des résultats si avantageux que la commission respective a proposé de l'introduire généralement dans toute l'armée. L'approvisionnement de fers crue nous avions jusqu'ici était aussi insuffisant pour une mise sur pied de longue durée. Nous aurions donc été obligés, lors môme qu'on n'aurait pas adopté le nouveau système de ferrage, de faire des achats importants, et nous pensons profiter de l'occasion de ces achats pour introduire une amélioration dans le système de ferrage.

Il y a lieu de faire encore observer ici que les frais d'acquisition de ce nouveau genre de fers ne sont pas plus élevés que pour l'ancien système.

Ad 4, 5 et 6. En partie pour des études, en partie pour l'instruction des recrues de l'artillerie de forteresse, en partie aussi, au moins en ce qui concerne les pièces, pour l'essai de la nouvelle munition par la fabrique de munition à Thoune, nous nous voyons obligés de procurer à la place de Thoune un chariot pour l'éclairage électrique, un mortier cuirassé et un canon de 53 mm. à tir rapide. Il nous semble juste de ne pas grever de telles dépenses le

133 crédit pour les fortifications nationales, et nous vous prions, en conséquence, de bien vouloir, en inscrivant au présent budget les crédits nécessaires, nous permettre de rembourser les dépenses déjà faites en partie de ce chef.

J. Amélioration du matériel existant . fr. 10,000 Ce crédit est nécessaire lire pour amélio améliorer le matériel de toute nature.

Eécapitulation.

D.

D.

D.

.D.

Projet pour 1889. Budget da 18S8 Fr.

Fr.

.

632,700 17,000 . 1,151,218 1,069,053 .

171,770 186,210

I I . D . a . Habillement .

.

.

IL D. &. Armement et équipement IL E. (F.) Indemnités d'équipement IL H. Matériel de guerre : A. Etats-majors . fr. 12,600 B. Infanterie .

. » 79,000 C. Cavalerie .

. » 33,710 D. Artillerie .

. » 289,690 B. Génie .

.

. » 143,600 F. Sanitaires .

. » 198,400 G. Administration . » 70,200 H. Matériel de corps en général .

. » 781,500 J. Amélioration du matériel existant. » 10,000 K. Mobilisation . » -- :

1,618,700

Total

3,574,388

6,200 115,520 36,420 335,968 23,500 105,180 52,800 1,071,120 12,000 4,000 3,034,971

Comparativement au budget de 1888, l'augmentation des dépenses pour l'acquisition de matériel de guerre provient de l'achat considérable de vestons d'exercice prévu pour l'infanterie au chiffre rond de 300,000 francs ; ces achats devront se continuer aussi en 1890 et 1891.

Du reste, nous ne voulons pas négliger de vous faire remarquer que, par la suppression des dépenses pour articles d'hiver, pour couvertures de bivouac et pour d'autres acquisitions faites une fois pour toutes, le budget pour 1890 sera dégrevé d'une somme supérieure à 550,000 francs ; d'autre part, les crédits successifs de 500,000 francs par an pour le matériel de position disparaîtront en grande partie à dater de 1891, et les sommes qui

134

y étaient affectées seront libres et pourront trouver une autre destination.

Veuillez agréer, monsieur le président et messieurs, l'assurance de notre parfaite considération.

Berne, le 29 mai 1888.

Au nom du conseil fédéral suisse, Le président de la Confédération: HERTENSTEIN.

Le vice-chancelier de la Confédération: ScHATZMANN.

Projet.

Arrêté fédéral allouant

les crédits nécessaires pour acquisition de matériel de guerre en 1889.

L'ASSEMBLÉE FÉDÉRALE de la CONFÉDÉRATION SUISSE, vu le message du conseil fédéral du 29 mai 1888, arrête : Les crédits ci-après sont accordés pour acquisition de matériel de guerre ; ces crédits représentent une partie du budget général de 1889 et doivent y être réintégrés lorsque le projet en sera présenté au mois de décembre prochain, savoir : D. II. D. a. Habillement fr. 632,700 D . I I . D . 6 . Armement e t équipement .

.

.

» 1,151,218 D. II.F.

Indemnités d'équipement .

.

.

» 171,770 D. H. H.

Matériel de guerre, nouvelles acquisitions, artillerie de position, etc. .

. » 1,618,700 Total fr. 3,574,388

Schweizerisches Bundesarchiv, Digitale Amtsdruckschriften Archives fédérales suisses, Publications officielles numérisées Archivio federale svizzero, Pubblicazioni ufficiali digitali

Message du conseil fédéral à l'assemblée fédérale concernant les crédits pour l'acquisition de matériel de guerre en 1889. (Du 29 mai 1888).

In

Bundesblatt

Dans

Feuille fédérale

In

Foglio federale

Jahr

1888

Année Anno Band

3

Volume Volume Heft

26

Cahier Numero Geschäftsnummer

---

Numéro d'affaire Numero dell'oggetto Datum

09.06.1888

Date Data Seite

115-134

Page Pagina Ref. No

10 068 930

Das Dokument wurde durch das Schweizerische Bundesarchiv digitalisiert.

Le document a été digitalisé par les. Archives Fédérales Suisses.

Il documento è stato digitalizzato dell'Archivio federale svizzero.