255

# S T #

RAPPORT de la

Commission chargée de l'examen des fusils qui se chargent par la culasse, sur les essais du 6-11 août.

, Tit.,

I. Les fusils suivants ont été présentés aux essais que la Commission a faits à Arau du 6 au 11 avril 1866: 1° fusil suisse d'infanterie transformé par Chabot (n° 52 du contrôle) ; 2° Riera Durango (Espagne, n° 51); 3° fusil Peabody (calibre 38iv) n° 47e; 4° carabine Remington n° 53.

La description de ces fusils se trouve dans le supplément n° 2.

Outre cela la Commission s'est occupée des fusils suivants, qui ont été retirés par leurs propriétaires et qui à cause dé cela ne seront pas compris dans la description: 1° carabine à répétition envoyé par M. Martini à Frauenfeld; , 2° fusil à un coup se chargeant par la culasse, du même ; 3° » » » » » de M. Bachmann à Lenzbourg; 4° fusil suisse d'infanterie transformé par Nichols; 5° carabine de Nichols (ces deux dernières armes présentées par MM. d'Erlach et Steiger à Thoune); 6° carabine fédérale transformée par M. Pfyffer à Lucerne ;

256

7° Fusil suisse d'infanterie transformé d'après le système Milbank par M. Amsler à Schaffhouse.

II. Les essais qui ont eu lieu avec les armes ci-dessus n'ont pas résolu les questions auxquelles nous avions à répondre. Ce rapport ne peut dès-lors avoir d'autre but que d'indiquer les observations faites sur ces armes et que nous diviserons d'après les points de vue suivants: 1° justesse du tir; 2° rapidité du tir; 3° Enveloppe de la cartouche et poudre ; 4° essais avec des munitions avariées; 5° force du recul.

III.

Fusils.

Peabody Chabot

Justesse du tir.

\ Nombre Coups Distance.

de Coups touchés. Rayon.

Pas.

coups. touchés.

Pouces.

%.

30 30 100 9 300

300 300 300 300 300 300 300 500 300 300

30 29 97 8V, 30 30 100 9 50 44 88 14 Peabody 30 30 12,5 100 Chabot 30 30 100 10 » 30 30 6,5 100 Carabine Kemington 30 26 77 15,5 56 45 80 14,5 18 18 Carabine Spencer 100 5 » ·13 12 92 8 30 26 87 Peabody (n° 47e) 17 400 » 22 400 86 16 19)4 40 37 92 25,6 Chabot ., 600 94 19 16,5 600 18I9 50 30 60 48,5 1000 29 72 1000 40 31 Nous nous contentons de donner cet aperçu, duquel au reste · on ne doit déduire aucune donnée certaine sur la justesse du tir de chaque système, parce que la question de la qualité et de la quantité de la munition est loin d'être résolue. Ce n'est que lorsque la Commission sera tombée d'accord sur le système à adopter définitivement tant pour les armes à transformer que pour celles à construire de toutes pièces et sur la meilleure munition, qu'il sera possible de faire les essais définitifs sur la justesse du tir. Les résultats actuels ne doivent 'être considérés provisoirement que comem tels.

257 Nous profitons de cette occasion pour faire observer que la munition pour le fusil Chabot est confectionnée avec très-peu de soin, tellement qu'en pesant ces cartouches on a trouvé entre elles des différences de poids de 0,60 grammes (3,71 et 3,11). Une des cartouches ne contenait môme pas de poudre.

Nous ferons la même observation sur la munition Peabody, qui a présenté des différences de poids qui se sont élevées jusqu'à 0,4 grammes.

Les dimensions des cibles jusqu'à 400 pas étaient de 6//6' e t pour d e plus grandes distances .

.

.

.

. '°'/18'.

4. Rapidité du tir et facilité du maniement des armes.

Temps employé Distance.Coups Coups Coups tirés en minutes.

Pas.

tirés, touchés, par minute.

Fusils.

Chabot .

.

.

7 Martini, fusil à répétition .

.- 1min. 38'" Le même .

1 Carabine Nichols .

7,5 Carabine Eemington 7

300

50

44

300 300 300 300

16 ' 13 15 14 27 23 56 45

7,1 10,04 15 3,7 8

Parmi les armes à . un seul coup c'est donc le fusil Chabot qui l'emporte pour la rapidité du tir. Le mécanisme de la fermeture de la culasse du môme fusil fonctionne très-facilement et l'extraction de l'enveloppe de la cartouche se fait avec la plus grande sûreté; cependant nous devons faire observer que le mécanisme qui sert à l'extraction est assez compliqué.

La fermeture de la culasse de la carabine de Eemington est de même très-simple et commode, par contre, l'enveloppe de la cartouche doit être extraite à la main, parce que le mécanisme ne fait que la sortir du canon sans la rejeter au dehors.

5. Enveloppes des cartouches et poudre.

Nous donnons ci-dessous un aperçu de la munition employée pour chaque arme: Fusil.

IT

Peabody calibre 38 Chabot

.

.

»

.

.

Charge Projectile en grammes, en grammes.

.

3,5 25 poudre américaine . 3,11 à 3,71 21,5 poudre américaine .

3,4 21,5 poudre suisse

Enveloppe.

Enveloppe américaine en cuivre.

id.

'

id.

258 La Commission a consacré la plus grande attention à la question des cartouches.

Les.différentes sortes de munitions doivent être divisées comme suit : a. Enveloppes de cartouches américaines en cuivre chargées avec , de la poudre américaine.

Cette munition fut employée pour les fusils Peabody, Chabot, Eemington, Nichols et pour la carabine à répétition Martini.

b. Enveloppes de cartouches américaines en cuivre chargées avec de la poudre suisse.

Cette munition fut employée exclusivement pour le fusil Chabot; la poudre est du n° 4 et a été envoyée pour ce but en Amérique par la Confédération.

c. Enveloppes de cartouches américaines en cuivre chargées avec de la poudre suisse.

Munition employée pour les fusils Martini, Pfyffer, Amsler (vide n" l de ce rapport).

Charge en grammes.

Fusils.

Peabody calibre 38n Chabot

» Amsler Pfyffer

. . .

Martini

» »

.

.

3 5

Projectile en grammes.

Enveloppe.

25

américaine

> poudre américaine 3,11 à 3,71 poudre américaine 3,4 . ' poudre suisse n° 4 4 poudre suisse n° 4 4 poudre suisse n° 4 . | 2 poudre suisse comprimée n° 2 2 poudre suisse comprimée n° 3 2 vieille poudre de Berne

21,5 '

idem.

21,5

idem.

20 --

fabriqué par lui-même.

ici.

17,2

id.

17,2

id. '

17,2

id.

259

Ces diverses sortes de munitions diffèrent tellement entre elles tant sous le rapport du poids de la charge et de celui du projectile que sous celui de la proportion de ces deux objets entre eux, que jusqu'à présent on ne peut pas en tirer de conclusions.

Par contre les observations suivantes sur la solidité des enveloppes de cartouches et l'encrassement des armes sont dignes de remarque.

Les enveloppes américaines, sauf de rares exceptions, ne se déchirent presque pas; c'est pourquoi les gaz ne peuvent pas se répandre dans la fermeture de la culasse et par conséquent n'en-, crassent pas les différentes pièces.

Les enveloppes suisses par contre se déchirent presque toujours (nous parlons de celles qui ont été fabriquées par les personnes qui ont exposé des armes) et par suite les gaz salissent le mécanisme 'de la fermeture, gênent le tireur et sont un obstacle à la régularité des ,,coups. Par suite nous n'avons pu tirer que quelques coups d'essais avec les fusils exposés par MM. Atnsler, Martini et Pfyffer et nous n'avons pas pu les soulnettre à des épreuves définitives, c'est pourquoi nous n'avons pas donné d'images des cibles pour ces armes.

Les causes pour lesquelles les enveloppes de cartouches fabriquées en Suisse sont inférieures aux américaines ne sont pas encore toutes reconnues, mais on peut considérer les suivantes comme contribuant à cette infériorité: a. Les cartotiches suisses sont fabriquées avec du cuivre pur, tandis que l'analyse chimique a démontré qu'il se trouvait dans le cuivre des cartouches américaines une proportion · notable de zinc.

6. La cohésion du métal souffre aussi sans aucun doute des moyens de fabrication encore imparfaits que nous employons en Suisse.

c. Les charges des cartouches suisses sont en général plus fortes que celles des américaines.

Quand à ce qui concerne les qualités et défauts de la poudre, il serait trop tôt de prononcer aujourd'hui un jugement définitif.

Quand môme il arrivait, pendant le tir, que par suite de ce que les cartouches chargées avec de la poudre suisse se déchiraient, le canon et les différentes parties de la fermeture s'encrassaient, cet état de choses ne peut en aucune façon être attribué à la qualité

260 de la poudre; car le même inconvénient s'est produit quand les cartouches Martini chargées avec de la "vieille poudre de Berne se déchiraient, ainsi que lorsque deux cartouches chargées avec de la poudre américaine se sont déchirées, dans le fusil Chabot.

Nous pouvons citer à l'appui de ce que nous avançons que l'encrassement qui se produit lors du déchirement de la cartouche est indépendant de la qualité de la poudre, le fait que de la poudre suisse, chargée - dans une enveloppe américaine (Chabot), a donné d'excellents résultats de tir, car ce fusil chargé avec différentes sortes de poudre a donné les résultats suivants: Distance. Coups Coups Pas.

tirés. · touchés. Rayon.

  1. Poudre américaine b.

» suisse c.

» américaine d.

» suisse

.

.

.

. .

.

.

.

.

300 300 600 600

30 30 40 19

30 30 37 18

10" 6,"5 25,"5 15,"g

On ne doit pas tirer des conclusions prématurées de ces résultats dans un sens ou dans l'autre ; car pour le moment ils prouvent seulement qu'on ne peut affirmer quels seront les avantages ou les inconvénients de la poudre suisse employée dans les armes qui se chargent par la culasse. Il faudra, pour arriver à un jugement raisonné et définitif, de nouveaux essais qui viennent d'être ordonnés par la Commission.

6. Essais avec des munitions avariées.

Pour nous rendre compte des effets que produiraient sur les différentes espèces de munitions une exposition de longue durée dans une atmosphère humide, les cartouches suivantes ont été emmagasinées dans une cave lès le 7 février au 9 août de cette année par le président de notre Commission, après avoir été pesées avec soin.

Nous avons obtenu les résultats suivants:

261 Espèce île munition.

  1. Ordonnance fédérale asphaltée en paquet l'enne 5. 9 cartouches fédérales détachées et un paquet de capsules f .
  2. Burnside (cartouches métalliques) d. Cartouche américaine en papier avec capsules. .
  3. 10 cartouches américaines en papier capsules . .

f.10 cartouches en papier pour carahine de Sharp avec 10 capsules . . .

g. 10 cartouches de papier (Mirills patent carabine) renfermées dans une boîte de carton -

Poids primitif gram.

248

219

Poids Perte de gram, poids eu %.

251

1,7

Observations.

humide mais vivement.

brûlant

224

2,3

en grains, peu de cristaux de salpêtre.

253,5

254,5

0,28

intacte.

219,5

231,0

5,2

tout-à-fait mouillée beaucoup de cristaux de salpêtre.

386,5

394,0

2,0

grains collés ensemble, se séparant sous la pression et brûlant convenablement.

348,5

353,0

1,3

gâtée, cristaux de salpêtre.

326

313

1,7

très-détériorée, salpêtre dissous.

142,5

141

1,05

en très-bon élaj.

65

67

3,08

tout-à-fait gâtée, grains collés ensemble.

fe. 6 cartouches imperméables de Johnston et Daw 102

104

2,64

tout-à-fait gâtée, s'enflamme difficilement.

l. 6 cartouches seamlessskin (enveloppe en peau)

100

104

3,5

gâtée, s'enflamme encore convenablement.

256

256,5

0,'2

sans altération.

182

184,3

1,36 sans altération.

291

292,2

1,2

h. 1 paquet de 4 cartouches en caoutchouc de SmitlBreech-loading dans une ,, boîte de carton . . .

i. 6 seamless skin-cartouches for havy pislol dans une boîte en bois . . .

m. Un paquet de 7 cartouches en cuivre (Spencer) dans une boite de carton n. G cartouches en cuivre détachées (Spencer) . .

0.8 cnrtouches en laiton dans un paquet de carton

sans altération.

Il résulte de ces expériences que les enveloppes en cuivre conservent la pondre sans comparaison beaucoup mieux que celles de papier.

Les essais de tir faits avec les espèces de cartouches ci-dessus donnent les résultats suivants :

262 Distance.

Pas.

  1. Munition suisse d'infanterie (asphaltée) .

.

.

.' .

300 8. Munition sèche d'infanterie .

300 c.

de Spencer (enveloppe de cuivre) .

300 300 d. La même conservée dans la cave On pourra faire de plus amples comparaisons les images des cibles n09 27, 28, 29 et 30.

Coup; tirés.

30

30

Coups touchés.

7 30

18 13

18 12 en examinant

Essais sur le recul.

Les résultats de ces essais sont contenus'dans le tableau cidessous : e2 C

NO

10

.2 ^ « s ""

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

ciSSl, 5 32,8 32,2 30,0 33,0 32,6 33,0 33,2 33,3 33,6

-re (-.

<O O

·- c ' a

C.

Cfi

u

31,1 29,6 30,5 30,8 -30,5 31,0 31,0 30,7 31,0 30,8

.HJ5 o TZ, « = v '-- C£

co ** U

Z?

42,2, 39,2 38,6 39,9 40,1 41,5 41,2 42,0 42,4 42,5"

C >-> Q *--i

ti 30,5 32,3 30,8 30,8 30,8 32,0 . 30,8 31,2 30,8 30,1'

o

J=l fu JZ

W

T3 O

·" js ec <u

^ì.

SI fS

£

O.

a:

2?

30,5 31,4 30,6 30,3 31,8 31,0 31,5 30,3 30,6 30,9

33,4 32,2 33,1 32,0 33,4 32,9 32,9 32,0 33,6 34,5

^ ÏÏ

34,0 34,4 34,3 34,3 34,0 34,2 34,3 34,3 34,0 34,0

".H ì5 r/ì CO

£bc = 1 OJ

n ff

25,5 25,7 25,0 25,7 25,2 25,1 25,5 25,4 25,3 25,2-

Moyenne 3,28 30,7 41,0 31,0' 30,9 33,0 24,2 25,4 Nous terminons ce rapport avec la remarque que les essais seront continués le 3 septembre prochain.

Arau, le 24 août 1866.

Hans Herzog, colonel fédéral.

Wurstemberger, colonel.

Delarageaz, colonel fédéral.

Welti, lieutenant-colonel.

J, Vonmatt, lieutenant-colonel.

263

# S T #

RAPPORT de la

Commission pour l'introduction des armes qui se chargent par la culasse, sur les essais du 3 au 15 septembre et du 1er au 13 octobre 1866.

(D'octobre 1866.)

Tit., 1° Après que la Commission eut été rassemblée du 3 au 15 septembre, elle se vit forcée par suite de ce que le matériel nécessaire aux essais lui manquait, de suspendre ses travaux jusqu'au 1er octobre.

v La Commission commence son rapport sur les essais qui ont duré jusqu'au 13 octobre par l'énumération des nouveaux systèmes d'armes qui lui ont été proposés.

  1. Fusils au calibre suisse.

Fusil d'infanterie et fusil de chasseur transformés par l'armurier Keller, à Aarau.

Fusil d'infanterie et fusil de chasseur transformés par M. Amsler à Schaffhouse.

Fusil d'infanterie transformé par M. Schmid, à Schaffhouse.

Fusil d'infanterie transformé par M. Martin, à .Frauenfeld.

Fusil d'infanterie transformé par M. Gamma, à Altorf.

Schweizerisches Bundesarchiv, Digitale Amtsdruckschriften Archives fédérales suisses, Publications officielles numérisées Archivio federale svizzero, Pubblicazioni ufficiali digitali

RAPPORT de la Commission chargée de l'examen des fusils qui se chargent par la culasse, sur les essais du 6-11 août.

In

Bundesblatt

Dans

Feuille fédérale

In

Foglio federale

Jahr

1866

Année Anno Band

3

Volume Volume Heft

53

Cahier Numero Geschäftsnummer

---

Numéro d'affaire Numero dell'oggetto Datum

08.12.1866

Date Data Seite

255-263

Page Pagina Ref. No

10 060 367

Das Dokument wurde durch das Schweizerische Bundesarchiv digitalisiert.

Le document a été digitalisé par les. Archives Fédérales Suisses.

Il documento è stato digitalizzato dell'Archivio federale svizzero.